MMA – Ce samedi, la carte de l’UFC 259 Jan Blachowicz vs. Israel Adesanya sera le premier évènement UFC de l’histoire dans lequel quatre champions combattent dans la même soirée. Au-delà des trois titles shot, le reste de la carte propose tellement d’immenses affiches, que Dominick Cruz, Joseph Benavidez ou encore Kai Kara France se retrouvent relégués en carte préliminaire. Décortiquons ici, l’ensemble de la carte et ses enjeux :

Carte pré-préliminaire (00H00) sur UFC Fight Pass :

Mario Bautista vs. Trevin Jones (poids coq) : Après avoir réussi ses débuts à l’UFC en mettant KO Timur Valiev, le Guamien Trevin Jones (12-6(1)) a vu cette victoire lui échapper après avoir été testé positif à la marijuana. Sa suspension ayant pris fin début février, il tentera ce samedi d’obtenir sa première victoire officielle à l’UFC. Il devait initialement combattre Randy Costa, mais celui-ci a annoncé le 15 février devoir se retirer de la carte pour récupérer d’une blessure. Ce dernier est donc remplacé par Mario Bautista (8-1), qui, après avoir raté ses débuts à l’UFC en 2019 face au redoutable Cory Sandhagen, a réussi depuis à se lancer dans une série de deux victoires consécutives, la dernière remontant à février 2020 grâce à un coup de genou sauté mettant KO Miles Johns.

Uroš Medić vs. Aalon Cruz (poids leger) : Les deux purs produits du Dana White’s contender series (DWCS) nous enfoncerons un peu plus dans cette carte. Uroš Medić alias « The Doctor » est invaincu à 6-0 en professionnel avec un Finish Rate de 100%, dont cinq finitions au premier round. Il a obtenu sa place à l’UFC au DWCS en août dernier, face à Mikey Gonzalez par TKO au premier round. Il fera face à Aalon Cruz (8-3), qui a lui aussi obtenu sa place dans la promotion au DWCS en 2019, il a cependant raté le coche à l’UFC lors de ses débuts il y a un an pile face à Spike Carlyle.

Sean Brady vs. Jake Matthews (poids mi-moyen) : Ayant fait ses débuts dans la promotion à seulement 20 ans, Jake Matthews (17-4) a connu un long parcours à l’UFC avec un honorable palmarès de 10-4. Il est actuellement sur une série de trois victoires consécutives, dont la dernière remonte à septembre face à Diego Sanchez. À seulement 26 ans, l’Australien semble paradoxalement plus expérimenté que son adversaire Sean Brady (13-0), pourtant de deux ans son aîné. Ce dernier n’a que trois combats pour trois victoires à l’UFC, lui permettant ainsi de maintenir son invincibilité en professionnel à 13-0.

Kennedy Nzechukwu vs. Carlos Ulberg (poids mi-lourd) : Ancien joueur semi-pro de rugby, boxeur professionnel, candidat de téléréalité et top model. Le Néo-Zélandais Carlos Ulberg (3-0) a désormais fait la transition vers le MMA. Après seulement trois combats en professionnel, Ulberg fera ses débuts à l’UFC après avoir obtenu sa place dans la promotion au DWCS. Le partenaire d’entraînement d’Israel Adesanya au City KickBoxing fera face à Kennedy Nzechukwu (7-1), qui est absent de l’octogone depuis mi-2019. Il sorta d’une victoire face à Darko Stosic par décision.

Tim Elliott vs. Jordan Espinosa (poids mouche) : Prévu initialement pour mi-janvier, ce combat a dû être repoussé après que Tim Eliott (16-11-1) soit testé positif au Covid. Ce dernier a connu un long parcours irrégulier à l’UFC, dans lequel il a combattu les meilleurs de la division, dont Demetrious Johnson, Figueiredo, Benavidez… Lors de son dernier combat en juillet dernier, il a obtenu une précieuse victoire, lui permettant de sortir d’une périlleuse série de trois défaites d’affilée. Son adversaire Jordan Espinosa (15-8) connaît lui aussi un parcours en dents de scie à l’UFC depuis ses débuts en 2019, avec deux victoires, pour deux défaites. Les deux hommes s’affronteront donc pour un combat crucial afin de relancer leurs carrières.

https://youtu.be/goqLzPlgSMk

Carte préliminaire (2H00) sur UFC Fight Pass :

Lívia Renata Souza vs. Amanda Lemos (poids paille) :  Le premier combat féminin de la soirée mettra en scène la 15e mondiale et ancienne championne Invicta Lívia Souza (14-2), face à sa compatriote brésilienne Amanda Lemos (8-1-1). Cette dernière est sur une série de deux victoires, dont la dernière fut obtenue en août face à Inoue. Livia Souza est quant à elle, sortie victorieuse de son dernier combat face à Ashley Yoder, là aussi en août 2020.

Rogério Bontorin vs. Kai Kara-France (poids mouche) : Combat qui s’annonce très serré entre deux Top 10 de la division, le 8e mondial Rogério Bontorin (16-2(1)) fera face au 9e mondial Kai Kara-France (21-9(1)). Les deux hommes sortent tous deux d’une défaite en 2020. Si sur le papier les profils sont très similaires, en matière de style, les deux combattants s’opposent fortement. Le Néo-Zélandais Kai Kara-France est là encore un pur produit du CityKickboxing, il a passé une partie de sa vie en Thaïlande afin de perfectionner son Muay-Thai, lui permettant ainsi de culminer à neuf victoires par KO en MMA. De l’autre côté, le brésilien Bontorin utilisera sûrement davantage ses talents de grappler, le spécialiste de Jiu-Jitsu a connu onze victoires par soumission contre seulement deux victoires par KO. Un combat extrêmement serré s’annonce donc, entre deux combattants très différents.

Joseph Benavidez vs. Askar Askarov (poids mouche) : Présent à l’UFC depuis l’inauguration de la catégorie poids mouche en 2012, Joseph Benavidez (28-7) n’a connu que des combats face à l’élite de la division, lui permettant ainsi d’être encore aujourd’hui, le numéro 2 au classement flyweight. Il n’a cependant jamais réussi à devenir champion. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, l’Américain détenant le triste record de quatre combats pour le titre sans victoire. Il est d’ailleurs sur une série de deux défaites consécutives face à Deiveson Figueiredo en 2020, deux combats pour le titre laissé vacant par Henry Cejudo.

Il tentera de rebondir face au très dangereux Askar Askaraov (13-0-1), le Daghestanais est invaincu en professionnel et est actuellement 3e au classement général. Malentendant de naissance, il a su, malgré son handicap, devenir champion ACB et champion des Jeux olympiques des sourds la même année (2017). Une victoire ce samedi consolidera encore un peu plus sa place de sérieux prétendant au titre.

Song Yadong vs. Kyler Phillips (poids coq) : Les deux plus jeunes combattants de la carte se retrouveront donc face à face ce dimanche matin, du haut de ses 23 ans, le chinois Song Yadong (16-4-1) a déjà une forte expérience de vingt-deux combats en professionnel et une présence depuis 2017 à l’UFC, où il est invaincu. Son style mélangeant boxe chinoise et Jiu-Jitsu lui a permis d’obtenir quatre bonus sur ses six derniers combats. Sa dernière victoire remonte à octobre dernier, face à Marlon Vera. De son côté, Kyler Pillips (8-1 et 25 ans), tentera de parachever une troisième victoire consécutive à l’UFC, et pourquoi pas, faire une entrée dans le classement top 15 en battant l’actuel 14e mondial.

Dominick Cruz vs. Casey Kenney (poids coq) : Après avoir nettoyé la catégorie bantamweight au WEC et à l’UFC entre 2008 et 2016, avec un style et un jeu de jambes inégalés, l’ancien champion de l’UFC Dominick Cruz (22-3) a perdu son titre face à Cody Garbrandt. L’ex-champion a par la suite pris une longue pause de trois ans entre 2016 et 2020 afin de se rétablir de blessures persistantes. Lors de son retour à la compétition en 2020, il remplaça José Aldo pour un combat pour le titre face à Cejudo, qu’il perdit par TKO au deuxième round.

 En matière d’activité, son adversaire Casey Kenney (16-2-1), est en totale opposition, l’ancien champion intérimaire LFA a combattu quatre fois en 2020 et connaît une série actuelle de trois victoires consécutives, la dernière en date remonte à octobre face à l’ancien champion du Cage Warriors, Nathaniel Wood. La qualité de cette carte a poussé cet énorme combat à être en clôture des préliminaires.

Carte principale (4H00) sur RMC Sport (dispo ici) :

Thiago Santos vs. Aleksandar Rakić (poids mi-lourd) : En attendant le combat pour la ceinture en main-event, un autre combat déterminant chez les mi-lourds a lieu en introduction de la carte principale. Le numéro 2 au classement, Thiago Santos (21-8), fera face au numéro 4, Aleksandar Rakic (13-2). Le Brésilien Santos est sur une série de deux défaites consécutives, la première remonte à juillet 2019 dans un combat pour le titre face à Jon Jones. Ce soir-là, il est devenu le premier homme donné gagnant par un juge lors d’un combat face à Jones, un exploit qu’il a réalisé sur une jambe après avoir déchiré tous les ligaments qui soutiennent son genou gauche durant le combat. Son retour en novembre dernier face à Glover Teixeira s’est soldé par une défaite par soumission au troisième round.

Son adversaire, Aleksandar Rakic a vu sa série de douze victoires consécutives prendre fin lors d’un combat très disputé face à Volkan Oezdemir, un combat perdu par décision partagée fin 2019. Il a su renouer avec la victoire lors de sa dernière apparition, en gagnant par décision sur Anthony Smith en août dernier. Les deux hommes partagent un style de boxe tout en puissance qui les fait culminer ensemble à vingt et une victoires par KO, pas sûr que ce combat tienne les quinze minutes…

Islam Makhachev vs. Drew Dober (poids leger) : Absent de l’octogone depuis septembre 2019, le numéro 14 mondial Islam Makhachev (18-1), fera son très attendu retour ce dimanche. L’ami d’enfance de Khabib est sur une série de six victoires consécutives à l’UFC, sa dernière victoire a eu lieu face à Davi Ramos, combat gagné par décision unanime. Malgré son absence d’un an et demi, Makhachev reste le combattant avec le nombre de coups significatifs reçus par minute le moins élevé de l’UFC (0,74), ainsi que l’un des meilleurs taux de réussite en amener au sol (68% de réussite). Se dresse face à lui, Drew Dober (23-9(1)). L’américain semble lui aussi inatteignable ces derniers temps, il est actuellement sur un enchaînement de trois victoires d’affilées, toutes par KO, dont deux au premier round et deux bonus Performance of the Night. Peu importe l’issue du combat, le spectacle semble déjà être garanti avec ces deux hommes.

Petr Yan (c) vs. Aljamain Sterling (pour la ceinture poids coq) : Préparez-vous à sûrement voir votre rythme cardiaque augmenter soudainement devant le spectacle que ces deux hommes risquent de nous offrir. En termes de style, le champion Petr Yan (15-1) a fait parler son impeccable technique en boxe anglaise à sept reprises à l’UFC, capable de changer de garde en un clignement d’œil, il sait varier ses puissants coups sur chacune de ses combinaisons. Son niveau en striking lui permet d’être le deuxième meilleur combattant masculin en activité en ratio coups pris/coups perçus, avec un ratio de 3,07 (seul Ciryl Gane fait mieux avec 3,19). Pour revenir sur son parcours, le Sibérien est d’abord devenu champion ACB avant de signer à l’UFC et d’enchaîner six victoires consécutives dans la promotion, lui offrant ainsi une opportunité pour le titre face à José Aldo en juillet 2020. Face au légendaire ancien champion poids plume, Petr Yan a complètement surclassé le Brésilien dans le domaine où il excelle pourtant le plus, le pieds-poings. José Aldo s’inclina par TKO après cinq longs et douloureux rounds. Fraîchement champion, Petr Yan connaîtra ce dimanche le plus grand défi de sa carrière sous le nom d’Aljamain Sterling (19-3).

UFC 251: Yan v Aldo
Photo par Jeff Bottari/Zuffa LLC

Le Jamaïcain semble être la figure opposée du russe, proposant un striking moins rigoriste, préférant de plus courtes combinaisons, mais pouvant à tout moment inclure un coup sauté ou retourné. Ces nombreux coups imprévisibles, lui permettent ensuite de faciliter ses entrées pour des amenées au sol, domaine où il excelle davantage. Ceinture noire de Jiu-Jitsu et élève de Matt Serra, il a gagné à huit reprises par soumission en professionnelle pour seulement deux KO. Ce qui l’amène à combattre pour le titre ce dimanche, c’est sa série de cinq victoires consécutives sur les meilleurs de la division, mais surtout, sa dernière performance face à l’immense Cory Sandhagen, qu’il a soumis en moins de deux minutes.

Une grande confrontation, qui se jouera sûrement dans la capacité de chacun à imposer son propre rythme dans la cage.

Amanda Nunes (c) vs. Megan Anderson (pour la ceinture poids plume) : La plus grande combattante de l’histoire de MMA Amanda Nunes (20-4), va tenter ce samedi, de consolider un peu plus son statut de combattante intouchable à l’UFC. La Brésilienne est invaincue depuis 2015, avec une série de 10 victoires d’affilée, elle détient les deux ceintures poids coq et poids plume simultanément. Sa dernière victoire fut face à Felicia Spencer dans sa première défense du titre poids plume en juin dernier, combat gagné par décision unanime. Ce dimanche, elle tentera de défendre pour la deuxième fois sa ceinture poids plume face à Megan Anderson (11-4).

Si certains voient dans l’Australienne une énième proie pour la « lionne », afin de maintenir artificiellement en vie la catégorie poids plume. Il existe, en creusant un peu, quelques pistes à exploiter pour tenter d’accomplir l’impossible. La Brésilienne partira certes avec un avantage conséquent sur ses capacités au sol, en revanche, Megan Anderson sera la combattante avec la plus grande allonge (183cm) qu’a connue Amanda Nunes dans sa carrière. L’Australienne possède d’ailleurs, l’un des meilleurs taux de la catégorie en termes de précision de coups significatifs avec 46%, qui reste certes en dessous des 51% de Nunes. Mais qui lui ont tout de même permis de mettre KO Cat Zingano plus tôt dans sa carrière et dernièrement Norma Dumont, lors de sa dernière apparition. Si ses chances de faire chuter la championne restent maigres, cette possibilité persiste et survit essentiellement dans sa capacité de gestion de la distance.

Si une victoire d’Amanda Nunes la propulserait toujours plus dans l’histoire du sport, une victoire de Megan Anderson créerait l’une des plus grosses surprises de l’histoire du MMA. À ne pas louper !

Jan Błachowicz (c) vs. Israel Adesanya (c) (pour la ceinture poids mi-lourd) : Comme si deux immenses combats pour le titre ne suffisaient pas pour animer un évènement PPV, l’UFC a décidé de gâter ses fans, en ajoutant un main-event opposant deux champions incontestés.

Trois ans piles après ses débuts à l’UFC, le champion poids moyens Israel Adesanya (20-0) a déjà complètement nettoyé la division en neutralisant Vettori, Brunson, Silva, Gastelum, Whittaker, Romero puis Costa. Son impressionnant style mélangeant des feintes, de la précision et un timing redoutable, lui a permis de devenir champion incontesté poids moyen avec un palmarès invaincu à 20-0, le tout en nous offrant de magnifiques démonstrations de striking. Au-delà du combattant, son style extravagant lui offre une immense fanbase, comme de nombreux détracteurs, devenant ainsi l’une des nouvelles égéries de l’UFC.

Ce dimanche matin, le Néo-Zélandais tentera de devenir le cinquième champ-champ de l’histoire de l’UFC en affrontant le champion de la catégorie du dessus, Jan Błachowicz (27-8). Le Polonais est quant à lui fraîchement couronné champion, quatorze ans après ses débuts en professionnel. Le champion mi-lourd possède un style tout en puissance, qui lui a permis de rendre inconscient sur un coup, l’ancien champion poids moyens Luke Rockhold, avant d’enchaîner de la même façon avec Corey Anderson, puis avec Dominick Reyes lors du combat du sacre en septembre dernier. Aussi à l’aise en boxe qu’en lutte, il se présentera comme le plus grand défi de la carrière MMA d’Adesanya. Même s’il a connu de nombreux combats face à des adversaires plus lourds que lui en Kickboxing comme en MMA (Paulo Costa notamment), que peut-il se passer si le Polonais tente de lutter avec lui ? Quoi qu’il en soit, ce combat entre champions semble complètement indécis entre un Adesanya qui semble imprenable et un Błachowicz maître de sa catégorie. IT’S ON !

Par Abdessamad P.

Partager cet article

Crédits photosUFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *