Anthony Mahoungou

L’espoir Anthony Mahoungou était présent lors du CFL Combine à Paris. Non pas en tant que spectateur mais pour passer les tests de sélection. On a pu l’interviewer à cette occasion.

Pour ceux qui n’auraient pas entendu parler de cet événement. La CFL (Ligue Canadienne de Football) et la FFFA (Fédération Française de Football Américain) ont organisé conjointement une journée de sélection des meilleurs joueurs français. A la fin de cette dernière, les joueurs qui ont réussi les tests avec brio sont envoyés au Canada pour participer au Global Combine de la CFL. L’un des heureux élus est Anthony Mahoungou, joueur au poste de Wide Receiver. Dans cette interview, nous sommes revenus sur sa carrière, ses objectifs, et ses attentes pour la suite. Avant toute chose, petite présentation.

Anthony Mahoungou, 25 ans, a débuté le football américain chez les Flashs de la Courneuve. Au cours de son expérience chez les Flashs, il devient un champion reconnu en France. Il décide alors de tout quitter et de partir aux Etats-Unis afin de s’investir à 200% dans sa passion. Puis les étapes s’enchaînent, il fait ses études à l’université de Purdue où il joue en tant que Wide Receiver.

Il enchaîne avec les Philadelphia Eagles où il rejoint leur camp d’entraînement, et joue quelques matchs de présaison. Malheureusement, les matchs de présaison ne se passent pas extrêmement bien, et il n’est pas gardé par les Eagles. Puis, il rejoint l’équipe allemande des Frankfurt Universe. Aujourd’hui, son objectif est toujours le même: devenir le meilleur et rejoindre le Hall of Fame. Son parcours à succès continue. Il a été retenu pour le Global Combine de la CFL qui se déroulera à Toronto.

D’où te viens ta passion pour le Foot US?

En fait, j’ai découvert le Foot US avec mon grand frère. J’avais 13 ans à l’époque. Mon frère est rentré à la maison et m’a dit “Anthony, je vais faire du Foot US”. A ce moment là, je faisais encore du soccer, et je ne savais pas du tout ce que c’était. J’ai été un peu curieux, et je suis allé voir ses entraînements et ses premiers matchs. J’ai adoré l’esprit d’équipe qu’il y avait. Et ce qui m’a plu le plus, c’est le fait que quelque soit ton gabarit, on peut t’utiliser en fait. C’est donc toutes ces choses là qui m’ont poussé à faire du foot US.

Ensuite, ce qui m’a fait tombé amoureux de ce sport, c’est la cohésion d’équipe que je n’ai retrouvée nulle part ailleurs dans les autres sports que j’ai pu faire. Puis ça nécessite une certaine mentalité que je n’ai pas l’impression de retrouver dans d’autres sports, même à haut niveau. Et voilà, une fois tombé amoureux je me suis fixé direct de très gros objectifs, et j’ai bossé pour les atteindre, ou du moins pour m’en rapprocher.

Anthony Mahoungou 3

Il parait que tu es un grand fan du manga Eyeshield 21.

Alors oui, c’est en fait comme ça que mon frère a découvert le Foot US. On est des grands fans de mangas. On ne s’en cache pas. Mais pour lui ça a vraiment été grâce à Eyeshield. Et pour moi, c’est parce qu’à cet âge tu veux faire pareil que ton grand frère. Même si en soit j’ai aussi saigné Eyeshield 21.

Ça me renvoie à une autre question. Quel est ton personnage préféré de Eyeshield 21?

Ah, c’est Panther! J’ai beau être un receveur, Monta ne correspond pas trop à mon gabarit.

Comment as-tu vécu ton expérience aux Etats-Unis? Ça n’a pas été trop dur d’être loin de tes proches?

Je n’ai pas eu peur. Encore une fois, c’est une histoire de mentalité comme je te l’expliquais. Une fois que tu décides de tout quitter pour vivre ton rêve, tu dois te rendre compte des choses telles qu’elles sont. Ma mentalité c’est: soit je réussi, soit je meurs. Ce que je veux dire par là fait référence directement à mon départ aux Etats-Unis. Lorsque je suis parti en Junior College, j’ai fait un prêt étudiant. Ce qui voulait dire, soit je réussi au bout d’un semestre à intégrer une première division et à avoir une bourse… Soit je reviens en France, je suis endetté et je dois travailler. Donc à aucun moment quand j’étais en Junior College, je me suis permis de me reposer sur mes lauriers.

Une fois arrivé en première division, mon but étant la NFL, je ne pouvais pas me permettre de me reposer sur mes lauriers. Donc non, je n’ai jamais eu peur. J’ai toujours eu une certaine confiance en moi, tout en étant le plus humble possible. Et travailleur surtout. Travailleur et persévérant.

Anthony Mahoungou Purdue

Ce sont donc tous les enjeux que tu t’es fixés qui t’ont permis de tenir pendant ces 4 ans?

Oui c’est ça. Il faut. Parce que, par moments, ta famille te manque énormément. En fait, c’est là que tu te rends compte si tu aimes vraiment ce sport, et si tu veux en faire ton job ou ta vraie passion. A partir du moment où ta famille te manque, que ta mère est un peu malade et que toi tu ne peux pas l’appeler aussi souvent que tu veux… Tu dois te dire que ça doit payer. Il n’y a aucune autre option.

Donc tout cela t’as amené à jouer le dernier match de la saison et de ta carrière universitaire. Pour couronner le tout, lors de ce match tu marques le Touchdown de la victoire. Est-ce que tu peux nous décrire ce que tu as ressenti à ce moment là?

Au niveau du Foot US, c’est le meilleur moment que j’ai vécu. Et pourtant, j’ai eu la chance de partager beaucoup de moments que je chéris. Que ce soit avec mon club formateur les Flashs, ou en équipe de France. Mais ce Touchdown vraiment, ce match… C’était vraiment une très belle illustration de ma carrière universitaire. J’ai eu des hauts et des bas. Mais encore une fois, parce que je suis persévérant, il fallait que tous ces sacrifices paient. Mais ce Touchdown c’est un moment que je ne pourrais jamais oublié. Ce qui me réchauffe le plus le cœur, ce n’est même pas la fierté que ça a pu me procurer. Mais la fierté de ma famille vis-à-vis de ce moment. Et le fait, qu’ils soient encore plus fier que moi… Moi, je suis aux anges.

Ensuite, tu as enchaîné avec les Philadelphia Eagles, puis avec le club Frankfurt Universe. Comment décrirais-tu ces expériences?

Oui, j’ai enchaîné avec les Eagles en camp d’entraînement et pré-saison. Puis avec Frankfurt un petit peu. Mon expérience à Philadelphie c’est quelque chose que j’essaie de revivre. Je ne le cache pas. Encore une fois, étape par étape. Et la NFL ça restera pour moi, tant que je joue au football, l’objectif à atteindre. Et je ne parle pas de faire partie seulement d’une équipe, je parle de jouer.

Ma première expérience à Philadelphie c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. De voir des grands noms… Tu vois tu es dans les vestiaires. Tu es le nouveau. Et tu as une superstar qui vient te voir et qui te dit “Anthony, ça va?”, je suis là depuis trois jours et il connaît déjà mon nom tu vois! Et puis Frankfurt c’était une très belle expérience, surtout humaine. J’ai rencontré des gens qui vivent de ça aussi, et qui profite du sport pour voyager à travers le monde. Et puis pour moi c’était une très bonne manière de me remettre dans le bain. Parce que ça faisait un petit moment que je n’avais pas joué au Foot US.

Ma famille est venue me voir à plusieurs occasions. C’était la première fois qu’ils me voyaient jouer en live depuis ma finale junior en 2013. Mes parents ont été reçus comme des rois. Petite pub pour Frankfurt mais vraiment ils ont accueilli mes parents avec le plus grand respect et amour possible. Et j’en suis très satisfait.

As-tu un exemple au sein du Foot US ou quelqu’un qui te motive à te dépasser?

En soit, étant donné qu’encore une fois moi je vise les étoiles… Après on peut me dire que je ne suis pas réaliste, etc. Ce n’est pas mon problème. Quand je réussirai à atteindre la NFL, à être titulaire et à jouer. Mon objectif encore une fois ce sera d’être dans le Hall of Fame à la fin de ma carrière.

Après pour répondre à ta question précisément. Pour le moment un joueur que j’apprécie énormément regarder c’est DeAndre Hopkins. Et pourquoi, c’est parce que la mentalité qu’il a, et la manière dont sa mentalité est transmise sur le terrain… C’est ce que j’essaye d’atteindre réellement. Ce n’est pas le plus rapide. Mais c’est quelqu’un de violent dans tout ce qu’il fait. Violent dans ses tracés, violent dans l’aspect physique du jeu. Et des mains incroyables. Il n’est pas encore dans le Hall of Fame, il joue encore. Mais je n’ai aucun doute qu’il y sera un jour. Et c’est définitivement le receveur que je regarde énormément.

Quelles sont tes attentes avec le CFL?

Déjà être l’un des meilleurs prospects… Le meilleur prospect du Combine de Toronto! Être drafté au premier choix comme Valentin Gnahoua l’année dernière. Et ensuite, impressionné au camp d’entraînement, et gagné ma place en tant que titulaire. Gnahoua a failli gagné la Grey Cup et bien moi mon but ce sera de gagner la Grey Cup!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here