MMA – L’UFC a libéré de nombreux athlètes cette semaine. Parmi eux, Fares Ziam.

Assez régulièrement, l’UFC procède à des « cuts » (fins de collaboration) massifs au sein de son portefeuille d’athlètes. L’objectif est de se séparer de fighters sur une mauvaise série ou en qui l’organisation ne croit plus, afin de faire de la place pour les nouveaux venus – souvent les talents issus du Contenders Series ou du Ultimate Fighter. Cette nuit, Aaron Bronsteter, journaliste pour TSN Sports, a révélé toute une série de noms ayant ainsi été libérés par l’UFC. Parmi eux, on retrouve malheureusement notre compatriote Fares Ziam.

Parmi les autres athlètes coupés par l’UFC, notons les deux derniers adversaires de Paddy Pimblett (Kazula Vargas et Luigi Vendramini), mais aussi Kris Moutinho, qui avait fait le buzz en encaissant un nombre démesuré de coups contre Sean O’Malley.

SUR LE MÊME SUJET :

Ziam (12-5) avait rejoint l’UFC en 2019 en provenance du European Beatdown belge. Il y avait commencé par une défaite à la décision face à Don Madge. Le natif de Vénissieux a ensuite rebondi : Fares a enchaîné deux victoires à la décision contre Jamie Mullarkey, puis Luigi Vendramini. En février dernier cependant, il s’inclinait par soumission contre le grand espoir Terrance McKinney. Un bilan mitigé (2-2) donc, mais certainement pas de quoi prévoir une telle fin de parcours à l’UFC. Fares Ziam s’était récemment installé à Sanford MMA, en Floride, pour y travailler à la suite de sa carrière.

À 25 ans seulement, une chose est sûre : il trouvera facilement une organisation pour l’accueillir. Et les histoires d’athlètes ayant explosé après une première expérience avortée à l’UFC sont nombreuses. On ne peut que souhaiter le meilleur à Fares pour la suite de sa carrière. Les options ne manqueront pas !

Partager cet article

SourceAaron Bronsteter
Crédits photosYouTube Fares Ziam
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.