Test de FIFA 19 – Oui mais…

Après PES, nous avons pu tester FIFA 19. Une édition sans grandes surprisse et qui fait le travail mais sans véritable plus.

Alors que PES 2019 est déjà dans les bacs avec des arguments non négligeables, voilà qu’EA SPORTS sort sa nouvelle mouture de FIFA. Comme chaque année, l’éternel débat : est-ce que FIFA est meilleur que PES ? Cette année, j’ai décidé de faire le comparatif par rapport à FIFA 18. Retour sur une expérience un peu décevante.

FIFA en mode DLC

Depuis la mise en place de son aventure scénarisée The Journey, FIFA a pris une autre tournure. Outre le fait d’être un jeu de sport, il est devenu un véritable « jeu vidéo » à part entière. Ce mode de jeu est une des clés de voûte du jeu et est parvenu à se faire une place et à gagner la ferveur des joueurs au fil des ans.

Alors que dans les épisodes précédents, un chapitre était focalisé sur un personnage précis, désormais une alternance s’effectue assez subtilement et nous sommes amenés à gérer aussi bien Alex, Danny ou Kim durant les quelques chapitres qui rythment l’aventure. Si vous aviez FIFA 18, tant mieux puisque vos sauvegardes pourront être reprises et vos stats par la même occasion.

Bien que l’aventure soit inédite, nous sommes toujours dans le même schéma narratif. Les sessions d’entraînement ont un air de réchauffé, le principe de choisir tel ou tel trait de caractère n’a pas changé non plus et les interactions sociales ne sont pas non plus au menu cette fois encore. Il est toujours possible de changer le style de votre personnage, mais cela n’affectera en rien l’histoire ce qui est bien dommage.

The journey entame sa troisième saison. C’est toujours intéressant et passionnant, mais disons que l’on se repose tout de même un peu sur ses lauriers et c’est sincèrement dommage. De nouveaux modes font leur apparition cette année : le mode survie qui vous permet d’éliminer un joueur de l’équipe adversaire à chaque but marqué et le mode sans arbitre qui fait de FIFA un bon jeu d’arcade où tous les coups sont permis. Ne tirons pas à boulets rouges non plus et soulignons les choses positives quand elles le sont. Ces nouveaux modes sont frais, divertissants et animeront clairement vos soirées entre potes et autre.

Sincèrement, j’aurais aimé que les efforts mis en place pour créer ces nouveaux modes soient également intégrés dans la composition graphique et au niveau du gameplay…

FIFA 18 1.5

Dans une vidéo publiée sur SNAPCHAT, Mohamed HENNI disait de FIFA 19, sur le ton de la plaisanterie, que ce dernier était en fait FIFA 18, mais avec Valère GERMAIN qui avait la note de 78. Bien que cela soit sur le ton de l’humour, on ne peut pas dire qu’il ait vraiment tort. Si l’on enlève les nouvelles couleurs des menus, l’habillage à l’écran et que l’on donne la manette à un néophyte, ce dernier pourrait parfaitement croire qu’il s’agit de FIFA 18 qui plus est si les équipes se mettent à jour automatiquement…

Graphiquement, il n’y a pas de réelles (r)évolutions. Bon alors oui Cristiano Ronaldo a bénéficié d’un traitement particulier (en même temps c’est un peu normal puisqu’il est la tête d’affiche), mais d’un point de vue morphologique, les joueurs semblent figés sans réelles expressions. À titre d’exemple, les visages et les corps sont, à mon sens, nettement plus fluides sur PES 2019.

D’un point de vue gameplay, je trouve que ce dernier s’est amélioré. La balle semble plus lourde et moins « légère », même si sa dynamique est bien éloignée d’un PES. Lorsque je joue à FIFA, j’ai toujours l’impression qu’aucune balle ne peut être perdue. Alors que sur PES, une passe trop fortement dosée et c’est la sortie assurée. J’ai fait le test de nombreuses fois en poussant trop fortement le ballon. Dans aucun cas, elle n’est sortie du terrain…

Petite nouveauté avec une jauge qui apparaît lors d’un tir ou d’un coup de pied arrêté. Cela vous permet d’ajuster au mieux votre tir et de faire mouche un peu plus facilement. Pour ce qui est des gestes techniques, je les trouve plus faciles à réaliser grâce à l’utilisation du stick analogique droit. Avec  FIFA 19, la jouabilité gagne en simplicité sans pour autant gagner en réalisme. Paradoxe footballistique.

Tout comme pour PES, j’ai testé plusieurs matchs avec tous les modes de difficulté proposés. J’ai trouvé l’IA un poil plus percutante sur PES, même si FIFA n’a pas à rougir de ce côté-là. Niveau contenu, certes la Champions League est désormais présente dans le jeu avec tous les autres modes qui ont fait la réputation de FIFA (FUT, Coupes, etc…), mais cela ne suffit pas pour en faire une offre de jeu suffisante du moins pour une nouvelle édition.

FIFA est le jeu le plus vendu en France et restera, sans aucun doute, leader cette année encore. Néanmoins, si vous cherchez une vraie expérience PES 2019 vous procurera de meilleures sensations. Reste le mode The journey qui vous tiendra en haleine quelques heures durant. Note : 6/10

Mister Baddack

Mister Baddack

Monsieur Sports de Combat chez La Sueur
Mike Tyson, MMA & Café
Mister Baddack
Photo By: EA Sports

Leave A Comment

Your email address will not be published.