Le 20 mai 2017 a probablement été le dernier coup d’une jeune bande organisée qui sévit depuis quelques années. Le Gang des Lyonnais fait référence à cette association de malfaiteurs qui réalisait des braquages et des vols à main armée de 1967 à 1977.

Il a été repris – de manière officieuse – pour qualifier une partie de l’actuelle génération de joueurs formés à l’Olympique Lyonnais. Beaucoup des joueurs de l’équipe sont issus de l’un des centres de formation les plus réputés en France. Ils y ont grandi et y ont fait la plupart de leurs classes jusqu’à évoluer en équipe première depuis quelques années. Cependant, la donne pourrait – et devrait – changer, et ce « gang » pourrait être démantelé lors du mercato estival.

Le dernier coup ?

Pour certains, le départ du club est quasiment acté. En premier lieu, Alexandre Lacazette, qui a signé ses 99ème et 100ème buts en Ligue 1 contre Nice (3-3) lors de l’ultime journée de Ligue 1. Les déclarations qui ont précédé, l’accueil du Parc OL et son émotion au moment de marquer et quitter le stade ne trompent pas. « Il y a de grandes chances que je parte » a-t-il déclaré à la fin du match. L’Atlético Madrid semble lui tendre les bras, où il pourrait former une paire avec Antoine Griezmann si celui-ci reste, ou plus improbable, un trio avec Kevin Gameiro. Il devrait aussi croiser Samuel Umtiti, un ancien membre du « gang » qui défend désormais les couleurs du FC Barcelone.

Bien que tous les regards furent tournés vers le 2ème meilleur buteur du Championnat de France, d’autres cadres de l’équipe et issus de la formation lyonnaise disputaient sans doute leur dernier match avec l’Olympique Lyonnais. Maxime Gonalons, le capitaine présent en équipe première depuis 2009 (le plus ancien avec… Lacazette) devrait partir après les récents conflits qu’il a eus avec son président. En effet, en déclarant qu’il craignait que les ambitions de son club soient à la baisse, il s’est attiré les foudres de Jean-Michel Aulas. Le président de l’OL, qui fêtera sa trentième année à la tête du club en juin, semble avoir surtout mal pris le timing de la déclaration (veille de la demi-finale retour d’Europa League face à l’Ajax Amsterdam) et le manque d’ambition avancé par Gonalons. JMA a affirmé que son capitaine pas de prolongation cette année, alors que son contrat expire dans un an. Un départ semble donc inéluctable si la situation demeure.

Corentin Tolisso est probablement le lyonnais le plus courtisé. Il a pris encore plus d’ampleur au sein du onze lyonnais. Il a doublé son total de buts par rapport aux deux dernières saisons (14 contre 7) et s’est révélé indispensable dans l’entrejeu, au point d’être sélectionné en Équipe de France le 16 mars. La Juventus a longtemps lorgné sur le milieu de terrain, mais quel que soit le club où il ira, il devra probablement payer une somme conséquente pour le joueur de 22 ans né à Tarare.

Until they’re Gone ?

Ces trois joueurs ne devraient plus être de l’effectif rhodanien l’an prochain et devraient rapporter beaucoup dans les caisses du club. D’autres départs sont également probables. Rachid Ghezzal est en fin de contrat et devrait a priori plier bagage. Son temps de jeu a diminué au fil du temps alors qu’il était titulaire indiscutable l’an dernier lors de la deuxième partie de saison. C’est aussi le cas de Jordan Ferri qui a dû faire face à une forte concurrence à son poste, avec Corentin Tolisso, Sergi Darder, mais aussi avec l’émergence de Lucas Tousart. Le natif de Cavaillon cherchera probablement à gagner du temps de jeu ailleurs.

Du temps de jeu, ce n’est pas ce qui manque à Anthony Lopes. En un an, le gardien a tout de même connu des fortunes diverses : champion d’Europe avec le Portugal, il a connu une saison en dents de scie, avec quelques prouesses qui ont sauvé son équipe (notamment ses deux arrêts lors de la séance de tirs au but en quarts de finale retour contre le Besiktas Istanbul), mais aussi quelques maladresses. Il a également été victime de jets de pétard contre Metz lors de la 16ème journée de Ligue 1. Il a surtout été pointé du doigt pour son attitude. Tout d’abord lorsqu’il a rayé le nom de Saint-Étienne de son maillot (nom présent, car le club rival fait partie des vainqueurs de la Coupe) en 16èmes de finale de Coupe de France contre Marseille ; puis lors du match Bastia-Lyon de la 33ème journée où il a provoqué le public corse qui a ensuite envahi le terrain, pénalisant le Sporting Club de Bastia. Malgré tout, le natif de Givors est une valeur sûre en Ligue 1 – présent pour la deuxième année consécutive dans la liste des meilleurs gardiens lors des Trophées UNFP – et pourrait être courtisé et candidat à un départ si une offre satisfait toutes les parties.

OL version 2017/2018 - Le Gang des Lyonnais démantelé ?

Enfin, il ne faut pas oublier Clément Grenier. Le milieu de terrain offensif a joué son premier match chez les pros en 2009, mais il s’est véritablement imposé en 2012 sous la houlette de Rémi Garde. Il a été un joueur clé de l’équipe pendant deux ans, au point d’être sélectionné pour disputer la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Malheureusement, une blessure aux adducteurs l’a éloigné des terrains jusqu’en avril 2015 et l’a empêché de la disputer. Par la suite, il a connu des blessures à répétitions qui l’ont empêché de jouer une saison pleine. Cette saison, il n’a jamais été titulaire, mais pour des raisons tactiques et non plus physiques. Il a été prêté à l’AS Roma en janvier pour gagner plus de temps de jeu, ce qui a été le cas sans que cela soit faramineux. Il ne souhaitera sûrement pas rester au club. En effet, Bruno Génésio, qui ne comptait guère sur lui, va rester l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, comme son président l’a affirmé il y a quelques jours. Il pourrait ainsi être tenté d’aller voir ailleurs si Génésio ne lui garantit pas de place de titulaire et si la Roma ne lève pas l’option d’achat insérée dans son contrat.

Celui qui aurait le plus de chance de rester à Lyon la saison prochaine est Nabil Fekir. Il aurait pourtant pu partir lors du mercato estival de 2015, après une grosse saison où il a été élu Meilleur Espoir de Ligue 1. Sa rupture des ligaments croisés lors du match Portugal-France le 4 septembre 2015 l’a freinée dans son ascension. Il n’a pas pu donner la pleine mesure de son talent lors de cette saison malgré ses 14 buts et 13 passes décisives en 50 matchs toutes compétitions confondues. « Dans le football tout va très vite », et des offres arriveront peut-être sur le bureau d’Aulas. Toutefois, à un an de la Coupe du Monde 2018 en Russie, il essaiera certainement de confirmer à nouveau dans une équipe où il est sûr de jouer, après avoir raté l’Euro 2016.

SUR LE MÊME SUJET :

Changement d’air

Lacazette, Tolisso, Gonalons, Ghezzal, Ferri, Grenier, Fekir, Lopes… Ils pourraient ne plus porter le maillot lyonnais l’an prochain. Celui qu’ils ont arboré pendant des années et à qui ils ont donné de la valeur et de la crédibilité à la « formation à la lyonnaise », particulièrement vantée depuis l’éclosion de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa.

Désormais, il faudra faire sans la plupart de ces joueurs, et rien ne dit qu’il y aura autant de joueurs formés au club l’an prochain. Cette année, seul Mouctar Diakhaby a su tirer son épingle du jeu en devenant titulaire en défense centrale. Le jeune milieu de 18 ans Houssem Aouar, dont Benzema promet un avenir doré, a fait quelques apparitions sans marquer encore les esprits. On n’a pas eu l’occasion de revoir Gaëtan Perrin, Aldo Kalulu ou Olivier Kemen, que l’on avait pu voir parfois la saison passée. Hormis Perrin dont le prêt en janvier à Orléans a été annulé, ils ont été prêtés cette année. L’heure est donc à la reconstruction pour un groupe qui va jouer l’Europa League la saison prochaine après avoir atteint le dernier carré cette année. Ils ont quand même été sortis dès la phase de poule de Ligue des Champions.

Nouvelle ère

« JMA » a annoncé l’arrivée d’un grand joueur pour les prochains mercatos. L’arrivée de Memphis Depay en janvier dernier a été le premier coup d’éclat. On ne sait pas quels pourraient être les grands noms à venir, mais Aulas pourrait dépenser avec les ventes évoquées plus haut et les chiffres qu’il a énoncés lors de son explication de texte avec Gonalons : « On est le deuxième club français en termes d’indice UEFA. On a investi 500 M€ pour les joueurs. On a 300 M€ d’actifs. ». Pour l’instant, seul l’attaquant d’Angers Nicolas Pépé est annoncé pour la saison prochaine. Il est certain que cette liste s’allongera et que le club cherchera à se renforcer à chaque ligne.

Faire du neuf avec du jeune

En attendant, Bruno Génésio s’appuiera peut-être sur d’autres joueurs qui ont pu lui donner satisfaction cette année. Les jeunes Diakhaby, Tousart et Emmanuel Mammana ; les jeunes, mais déjà plus vieux Nabil Fekir, Rafael et Memphis Depay et les expérimentés Mathieu Valbuena, Jérémy Morel et Christophe Jallet. Nicolas N’Koulou, redevenu titulaire et à un bon niveau et Sergi Darder, qui a disparu des radars depuis quelques semaines pourraient revenir dans les papiers de Génésio.

Maxwell Cornet pourrait être un atout offensif intéressant s’il joue dans l’axe, son poste de prédilection. Néanmoins, l’accueil houleux que lui a réservé le public lyonnais lors de ses dernières sorties pourrait le refroidir. L’intersaison changera peut-être la mauvaise opinion à son sujet.

Enfin, l’avenir de Mapou Yanga-Mbiwa n’est pas certain. Il a souvent éprouvé des difficultés sur le terrain et en dehors. Après un an et un bon Euro avec la Pologne, le latéral gauche Maciej Rybus, soumis à la concurrence de Jérémy Morel à son poste pourrait également partir,.

La fin du Gang

Beaucoup d’hypothèses existent pour l’intersaison du côté du Rhône. Les probabilités sont nombreuses, mais il devrait y avoir pas mal de départs et d’arrivées. Est-ce la fin de l’omniprésence de joueurs formés au club du côté de l’OL ? Même si Aulas promet des mercato plus agités, il est peu probable que le club arrête de s’appuyer sur une formation qui a fait une partie de son succès et de sa notoriété après ses sept titres de champions consécutifs. Néanmoins, on ne sait pas si le club comptera dans les années à venir autant de joueurs formés au club dans son onze (six) et dans son effectif (douze).

L’OL version 2017/2018 aura un nouveau visage et un ADN qui à défaut d’être moins « lyonnais » cherchera à être toujours olympique. Par Babacar

Partager cet article

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mes articles « Poin(t) Final

    […] Le Gang des Lyonnais démantelé ? […]

    Répondre