Ce sont deux transferts qui ont secoué le monde du sport : Neymar Júnior a rejoint le Paris Saint Germain tandis que Kyrie Irving s’en est allé du côté de Boston. Plus que leurs transferts retentissants, on peut trouver certains points communs entre l’ailier brésilien et le meneur américain. En voici vingt-cinq, comme leur âge.

Ils ont tous les deux vingt-cinq ans : Nés en 1992, ils ont tous les deux atteint le quart de siècle. Pile entre la vingtaine et la trentaine, ils ne sont désormais plus considérés comme des jeunes. Ils sont professionnels depuis quelques années déjà : Neymar a signé son premier contrat professionnel au Santos F.C en 2009. Kyrie Irving a été drafté à la première position par les Cleveland Cavaliers en 2011.

Ils ont été les leaders de leur équipe dès leurs débuts : les clefs de leur équipe leur ont été laissées très tôt. Ils ont néanmoins rapidement assumé leur statut. Élus meilleurs jeunes dès leur première année : NBA Rookie of the Year 2012 pour Kyrie, meilleur jeune joueur de la Paulista A1, le championnat de São Paulo de football pour Neymar.

Ils sont très proches de leurs pères… : Neymar Da Silva Senior, père et agent parfois décrié dans le milieu, et Drederick Irving, ancien joueur de basketball professionnel en Australie… et de leur(s) sœur(s) : Rafaella Beckran ; Asia et London Irving.

Ce sont deux pères de famille : Neymar est le père de Davi Lucca, sept ans, tandis que Kyrie est papa d’une fille de deux ans prénommée Azurie. Son deuxième prénom, Elizabeth, est un hommage à la maman de Kyrie, décédée lorsqu’il avait quatre ans. Ils sont tatoués de la tête au pied

Ils sont tous les deux égéries de Nike. Ils possèdent leurs propres logos : NJR et KI.

Ils ont porté le numéro 10 : au Brésil et au PSG pour Neymar, et avec Team USA pour Irving. Ils ont porté le numéro 11 : C’était le numéro fétiche de Neymar à Santos et au Barça, ainsi que celui d’Irving au lycée et désormais à Boston. 

Ils ont brillé avec leurs pays en 2014 : si Neymar n’a pas remporté la Coupe du Monde organisé dans son pays, il avait brillé lors des premiers matchs, marquant un doublé dès l’ouverture contre la Croatie (premier brésilien à réaliser cette performance depuis Amarildo en 1962). Il porta ensuite son équipe avant de se faire blesser par Zúñiga en quarts de finale. Il assistera en tribune à la débâcle de sa sélection en demi-finale contre l’Allemagne sur le score de 7 à 1. Irving a connu un meilleur sort puisque Team USA a remporté la Coupe du Monde organisée en Espagne et face à l’Espagne. Il a été élu meilleur joueur de la compétition.

Ils se sont distingués tant bien que mal en 2015mais se heurtent à deux mastodontes : Grâce à une bonne saison où ils ont été champions (Liga BBVA et Ligue des Champions avec le Barça ; Division Centrale et Conférence Est avec Cleveland), ils ont été récompensés par les médias et leurs pairs : Irving est nommé dans la All-NBA Third Team (troisième meilleur cinq majeur de la NBA) et Neymar finit troisième au classement du Ballon d’Or. Malgré ces distinctions, chacun est éclipsé à la fois par un coéquipier et par un rival : d’un côté, Lionel Messi et LeBron James, leurs « teammates » considérés comme les meilleurs joueurs du monde. De l’autre, Cristiano Ronaldo et Stephen Curry, qui jouent aux mêmes postes qu’eux (ailier/attaquant et meneur de jeu) et qui leur barrent la route dans des équipes où ils sont en confrontation directe au sommet (Clasico, finales NBA face à Golden State).

Ils ont été médaillés d’or en 2016 : le Brésil a vaincu l’Allemagne tandis que Team USA a battu la Serbie.

Ils ont été dans l’ombre : comme mentionné plus haut, il leur a parfois été difficile d’évoluer dans l’ombre des géants que sont LeBron et Messi. Malgré des titres remportés et d’excellentes statistiques, ils n’ont parfois pas suffisamment brillé pour être autant considéré que leurs partenaires, tant ces derniers prenaient de la place sur le terrain et en dehors.

L’annonce de leurs envies de départ a énormément surpris…mais leurs motivations et leurs raisons sont les mêmes : la question a sensiblement été la même : pourquoi partir de l’une des meilleures équipes du circuit ? C’est pourtant le choix qu’ont fait Neymar et Irving en quittant le confort dans lequel ils étaient. Devenir enfin les leaders incontestés de leur « propre » équipe. Ils auront désormais une grande partie des responsabilités sportives, et c’est aussi pour cette raison qu’ils ont décidé d’aller voir ailleurs.

Leurs transferts ont été spectaculaires : rumeurs, imbroglio, réseaux sociaux, sommes folles, contournement du fair-play financier… le transfert de Neymar du FC Barcelone au Paris Saint-Germain a tenu en haleine les médias, les villes et les pays concernés. Il ne se passait pas un jour sans que le nom de Neymar soit évoqué, pour dire qu’il se rapprochait ou qu’au contraire, « se queda ». Finalement, les dirigeants parisiens ont fait sauter la fameuse clause libératoire de 222 millions d’euros pour s’attacher les services de Neymar après des semaines d’attentes et de spéculations. Pour Irving, les sommes n’ont pas été aussi folles étant donné le système de trade de la NBA, régulé différemment que dans le football. Néanmoins, cela a engendré tout autant de remous. On lui prêtait des envies de rejoindre New-York, Miami, Minnesota ou encore San Antonio, on avançait des possibilités qu’il rejoigne Phoenix ou les Clippers de Los Angeles. C’est finalement contre toute attente à Boston qu’il s’est dirigé, non sans contrepartie : Ante Zizic, Jae Crowder et (surtout) Isaiah Thomas, qui était devenu le visage de la franchise ont fait le chemin inverse, direction Cleveland. 

Ils ont éliminé leur future équipe lors de la saison écoulée : Neymar a été l’un des grands artisans de la fameuse remontada 6-1 lors du match retour de huitièmes de finale de Ligue des Champions contre l’équipe d’Unai Emery. De son côté, Irving et les Cavs ont éliminé les Celtics en finale de conférence. Ils auraient même pu les sweeper si – entre autres – Avery Bradley n’avait pas rentré son shoot clutch dans les dernières secondes du match 4 entre les deux franchises. 

Ils quittent un trio performant né il y a trois ans…pour en former un nouveau :: la fameuse MSN pour Messi Suarez Neymar et le Big Three des Cavaliers avec LeBron James et Kevin Love. Ce dernier et Luis Suarez sont tous les deux arrivés à l’été 2014. Neymar troque un Argentin gaucher et un Uruguayen droitier contre deux autres : Edinson Cavani et Di Maria (en attendant l’arrivée de Kylian Mbappé ?). Quant à Irving, il va désormais faire équipe avec Gordon Hayward, arrivé lui aussi cet été, et Al Horford, le pivot dominicain. 

Ils rejoignent deux équipes ambitieuses : Cela fait des années que le PSG veut rêver plus grand, et malgré une bonne saison l’an dernier, les rêves se sont dissipés, notamment suite au départ de Zlatan Ibrahimovic et à l’élimination en Ligue des Champions. Avec Neymar, ils tiennent enfin le joueur qui pourra (re)lancer leur projet et leur permettre d’atteindre enfin les demi-finales de la Ligue des Champions… au minimum ! Quant à Boston, ils peuvent espérer faire mieux, sur la lancée de leur bonne saison et grâce à leur coach Brad Stevens. Au point de rêver d’une finale NBA ? Possible, surtout lorsque l’on sait que leurs concurrents principaux à l’Est ont perdu leur meneur fétiche… 

L’opprobre en octobre ! : un rendez-vous particulièrement important les attend la même semaine, celle du 16 octobre : les Celtics se rendent chez les Cavaliers dès l’ouverture de la saison, le 17 octobre. Si ce rendez-vous devrait mieux se passer pour Irving que le retour de Kevin Durant dans l’Oklahoma, l’accueil du public de la Quickens Loan Arena et la première confrontation entre Kyrie et ses anciens partenaires vaudra le détour. Quant à Neymar, il jouera son premier OM-PSG le Dimanche 22 octobre. Le PSG affrontera les Phocéens et leur OM Champion’s Project pour le premier Clasico Classique de Neymar, qui ne connaîtra sûrement pas le même accueil au Vélodrome qu’à Paris, où il semble considéré comme le nouveau Prince du Parc. 

Ce sont deux artistes : hormis l’âge, c’est sans doute leur point commun principal. Neymar da Silva Santos Júnior et Kyrie Andrew Irving sont deux artistes, deux dribbleurs, techniciens virevoltants et funambules. Ce sont deux grands manieurs de ballon qui semblent imperméables à la pression et jouent dans de grands stades et parquets comme s’ils étaient au « city stade ». Quel que soit le maillot qu’ils portent, le public attend désormais qu’ils continuent à nous enchanter comme ils le font depuis quelques années déjà.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mes articles « Poin(t) Final

    […] Kyrie Irving – Neymar Junior : destins croisés (Lien) […]

    Répondre
  2. Collectif Ultra Paris – Battre la mesure

    […] ces quelques lignes, je supporte le PSG depuis quelque temps déjà et pas depuis l’arrivée de Neymar JR. Disons que depuis le début des années 1990, je suis les pérégrinations de l’équipe […]

    Répondre