Retour sur l’incroyable Marseille-Montpellier de 1998

Dans un stade Vélodrome en fusion, l’Olympique de Marseille offrira l’un des plus gros retournements de situation du football moderne.

Le 22 août 1998, lors de la troisième journée de Division 1, l’Olympique de Marseille de Laurent Blanc accueille Montpellier. Si on se souvient de cette saison pour le duel OM-Girondins, le match entre les deux clubs du sud de la France entrera dans la légende. À cette époque, les deux équipes affichent des onze de départ impressionnant pour notre championnat.

Marseille : PORATO, GALLAS, BLANC, DOMORAUD, BLONDEAU, ROY, GOURVENNEC (CAMARA 46′), BRAVO (DUGARRY 60′), PIRES, MAURICE, RAVANELLI. Entraineur COURBIS

Montpellier : MARTINI, BAILLS, SAUZEE, SILVESTRE, FUGIER (MAHOUVE 65′), SERREDSZUM, ROUVIERE, DOS SANTOS, GRAVELAINE, BAKAYOKO (DELAYE 73′), ROBERT. Entraineur GASSET

Les Montpelliérains ouvrent le score à 15e minute par Bagayoko. 19 minutes plus tard, l’attaquant ivoirien s’offre un doublé. Le score est alors de 4-0 pour Montpellier. L’OM et tout le Vélodrome sont alors en PLS.

« On n’était pas en train de perdre, on était ridicule. Dans ces cas-là, tu ne penses plus au résultat ni à la victoire. J’ai fait en sorte qu’on remporte la deuxième mi-temps. C’était la 3e journée de championnat. Il restait encore 35 matches. En sortant, je croise Michel Mézy et Louis Nicollin qui sortent, eux aussi, de leur vestiaire. Ils viennent vers moi pour me consoler, mais sans me chambrer. Et moi, ça m’énerve ! Alors je leur dis : « Pourquoi tu me consoles ? On va gagner 5 à 4 ! » – Rolland Courbis pour RMC à la mi-temps du match.

Sur le banc au début du match, Christophe Dugarry fait son entrée en jeu à la 60e minute. Sur son premier ballon, il donne une passe décisive à Maurice. Puis, marque un doublé en sept minutes. Le score est alors de 4-3 en faveur de Montpellier. Dans un Vélodrome bouillant comme jamais, les Phocéens poursuivent leur remontada. Eric Roy, suite à une déviation de Fabrizio Ravanelli envoie une mine dans la surface pour l’égalisation. À la 90e, suite à un accrochage sur Pirès, l’OM obtient un penalty. Laurent Blanc applique la sentence. But. Marseille vient de revenir des enfers.

Guillaume

Redacteur en Chef chez La Sueur
Écrit NBA, Football, NFL, MMA, sport en général et culture.
Photo By: Classic Football TV

Leave A Comment

Your email address will not be published.