Boxe vs. MMA – À sens unique

Alors que les combats entre boxeurs et combattants de MMA ont toujours fait saliver, il faut bien convenir que les disciplines sont à des années-lumière.

Alors que le superfight entre Conor McGregor et Floyd Mayweather se fera en boxe, les précédents ont montré que les boxeurs n’avaient aucune chance dans une cage et cela pour plusieurs raisons :

Les gants : vous l’aurez assurémment remarqué, les gants en MMA et notamment à l’UFC, favorisent l’usage des mains. En effet, le MMA (Mixed Martial Arts), comme son nom l’indique englobe des disciplines telles que la lutte, le judo ou le jiu-jitsu, des arts martiaux ou l’usage des mains est indispensables. En boxe, les pratiquants frappent uniquement. Le nombre de coups est donc supérieur et pour cela, les gants sont beaucoup plus imposants. Trois choses découlent de cela : les coups vont légèrement moins vite, les coups sont mieux amortis et la défense change radicalement. Ainsi, si les coups sont moins nombreux en MMA, la puissance est décuplée du fait la moindre taille des gants. La taille des gants fait aussi que le MMA est beaucoup plus propice au KO notamment lors de la défense avec des impacts plus violents. Sur cet aspect, les gants de boxe sont beaucoup moins favorables aux commotions (même si les coups sont plus nombreux).

La défense : en boxe anglaise, l’unique menace (et quelle menace) concerne les poings. En MMA, jambes (pieds, genoux), coudes, poings, mais aussi les mises au sol et soumission sont possibles. Ainsi n’importe quel pratiquant se doit d’avoir un bagage minimum en grappling. Lorsque l’UFC n’en était qu’à ses débuts, Royce Gracié, éminent pratiquant de jiu-jitsu brésilien fera un véritable carnage. Ainsi, il remportera les trois premières éditions de l’UFC (sous forme de tournoi à l’époque) et enchaînera 11 victoires de suite par soumission au sein de l’organisation ! Avec lui, le MMA changera de dimension et prendra conscience de l’importance du grappling. Un expert en striking se doit désormais d’avoir des notions de grappling (cf. Vitor Belfort).

La durée des combats :  En boxe, pour les combats pour le titre, la durée maximale de 12 rounds de 3 minutes (36 minutes) avec une minute de pause entre chaque round. En MMA, le standard (UFC, Bellator) est aujourd’hui de 5 rounds de 5 minutes (25 minutes) avec une minute de pause entre chaque round. Si les combats de MMA sont plus courts, aucune pause n’est tolérée et l’arbitre n’est là que pour arrêter le combat, signaler la fin et la reprise des rounds et agir en cas de manquements aux règles. Il s’agit de 25 minutes à un rythme extrêmement élevé. En boxe, les « câlins » ne sont pas rares pour ceux qui commencent à sentir la fatigue pointer le bout de son nez. L’arbitre est également mis à plus grande contribution. Cette différence de durée « en trompe l’oeil » a donc son importance. Il est beaucoup moins facile de gérer la fatigue en MMA sauf en trichant (eye-poke, coups dans les parties, pause plus longue entre les rounds, cf. Yoel Romero).

À noter que la cage, si elle joue évidemment dans le déroulement du combat, est plutôt une très bonne chose. Pour s’en rendre compte, il faut aller au delà de l’aspect visuel potentiellement oppressant et déroutant. En effet, avec la cage les combattants sont mieux protégés ! En Anglaise, il n’est pas rare de voir des boxeurs passer entre les cordes lors d’un KO (cf. Bernard Hopkins)…

Tous ces éléments font qu’un boxeur ne peut pas entrer dans la cage sereinement (face à un combattant de MMA de niveau égal). James Toney, champion du monde dans trois catégories différentes s’y était essayé contre Randy Couture à l’UFC 118. L’histoire se terminera par une soumission au premier round du champion IBF poids-lourds. La première apparition d’un boxeur professionnel à l’UFC datait de l’UFC 1 avec Art Jimmerson, mais celui-ci se retrouva face à Royce Gracie…

Si un combattant de MMA entrant sur le ring a une chance infime, la réciproque n’est pas vraie. Les règles, les gants et les disciplines qui composent le MMA signent l’arrêt de mort du boxeur, aussi talentueux soit-il. Conor McGregor aura donc une très (très) fine chance de l’emporter, d’autant plus que Mayweather n’est pas connu pour son pouvoir de KO. Si le combat avait lieu à l’UFC en revanche, ce serait la fin assurée pour l’américain.

Antoine

Antoine

Contributeur Sports US chez La Sueur
Écrit principalement sur les sports US et combats.
Antoine
Photo By: givemesport.com
4 Discussions on
“Boxe vs. MMA – À sens unique”
  • Superbe article !
    Je cherche quelques conseils sur la boxe anglaise personnellement et j’ai du mal à trouver des sites proposant des cours gratuit et simple surtout … j’en est trouver un nouveau http://www.boxeanglaise.net qui débute mais qui donne de très bon conseils!
    J’attends vos articles avec impatiente !

  • C’est pas possible d’écrire autant de conneries en si peu de texte….
    Les coups sont plus lents en boxe anglaise?? c est completement l inverse, le fait qu’il n’y ai que les poings en boxe fait que les boxeurs sont bien meilleurs avec leurs poings que les combattant mma ( ils sont plus technique, et normalement plus rapide malgré les quelques grammes supplémentaires des gants).
    « La puissance est décuplé au mma » ?
    vrai pour les blessures superficiels ( plus de sang en général)
    mais faux pour les impactes reçus au cerveau, en effet les gants de boxe provoque un ko plus rapide que les gants de mma, c’est du au fait que les gants sont plus gros et déplacent donc plus la boite crânienne (et le cerveau qui est dedans ).
    Il n’y qu’a regarder les combats de boxe dans les années 1800 qui se déroulaient sans gants et qui pouvaient durer jusqu’à 70 rounds, pour comprendre que l’effet recherché des gants n’est pas l’allongement des combats.
    Enfin bref comme dab tjr les memes conneries

Leave A Comment

Your email address will not be published.