Aaron Rodgers Packers

Selon certaines équipes de NFL, les Green Bay Packers auraient violé une règle concernant la réserve de blessés avec Aaron Rodgers, et ces derniers pourraient éventuellement être forcés à libérer leur quarterback. On vous explique tout.

Après sa blessure à la clavicule survenue au début de la saison, Aaron Rodgers a été placé dans la « Injury Reserve List ». En plaçant un joueur dans cette liste, l’équipe dispose d’une place supplémentaire au poste concerné pour pouvoir éventuellement signer un joueur en remplacement. Pour pouvoir placer un joueur sur cette liste, il faut que sa durée d’indisponibilité soit supérieure à six semaines. Alors qu’il était auparavant impossible de réactiver un joueur préalablement placé dans la « Injury Reserve List », depuis 2017, les équipes peuvent réactiver deux joueurs de cette liste après la Week 8.

Placé dans cette liste après sa fracture de la clavicule le 15 octobre lors de la défaite face aux Minnesota Vikings (Week 6), Rodgers a été réactivé dans le groupe actif pour le match de la semaine dernière contre les Carolina Panthers (défaite 24-31). Jusqu’ici rien ne permet de déceler une violation de règle de la part des Packers. Seulement après le match de dimanche dernier, le staff de Green Bay a décidé de replacer Aaron Rodgers dans cette fameuse liste, c’est ce placement qui est aujourd’hui reproché aux Packers par les autres équipes de la ligue. Les règles de la NFL stipulent qu’un joueur pourrait être replacé sur cette liste en cas de nouvelle blessure qui le tiendrait écarté des terrains pour 6 autres semaines. Si tel n’est pas le cas, le joueur placé sur cette liste pour une blessure mineure doit être libéré par l’équipe une fois qu’il est rétabli. Or, dans le cas d’Aaron Rodgers, aucune blessure n’a été déclarée avant qu’il ne soit placé une deuxième fois sur cette liste.

C’est cette faille que les autres équipes essaient d’exploiter désespérément. Mais cette règle complexe possède des exceptions, notamment un détail qui permettrait à cette liste d’être moins stricte si l’équipe en question se bat pour une place en playoffs, ce qui jusqu’à la semaine dernière était le cas des Packers. Andrew Brandt, l’un des membres du directoire des Packers a avancé un autre argument : « Bonne chance avec ça. Des joueurs avec un ongle incarné sont mis sur cette liste à cette période de l’année. »

Bien que pour l’instant, cette histoire rocambolesque relève du fantasme, imaginer Aaron Rodgers free agent est, pour les fans de Chicago ou de Cleveland une petite lueur d’espoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here