À 28 ans, il commence sa carrière à l’UFC tout en incarnant la nouvelle génération des lightweights. Opposé à Rodrigo Vargas dans la carte principale de l’UFC Rio Rancho, Brok Weaver compte bien grimper les échelons rapidement. De son passé marqué par les combats clandestins au sein de sa tribu des Mowa dans une petite ville de l’Alabama jusqu’au coup de coeur de Dana White, entretien sans filtre avec Chata Tuska.

Commençons par évoquer ton profil. Tu es très à l’aise dans les échanges en boxe anglaise, mais tu restes vulnérable aux soumissions. Quel genre de combattant es-tu ? Comment pourrais-tu te définir ?

J’ai commencé en tant que boxeur. Deux de mes cousins étaient des boxeurs professionnels et ils boxaient avec Roy Jones. En fait, je m’entraînais avec lui de temps en temps. Il n’est pas très loin, à Pensacola, à environ une heure de route. J’aime donc me définir comme boxeur, mais je suis ceinture marron de jiu-jitsu. Comme tu l’as dit, je peux aussi me battre, je peux compter sur ma lutte, je fais un ou deux takedowns à chaque combat. De nos jours, je me classe comme un combattant complet, mais la boxe reste ma base !

Tu t’es entraîné avec ton oncle quand tu étais plus jeune. Peux-tu me dire qui il était ?

En fait c’était mon cousin. Il a pris sa retraite en 1990. Il a boxé six fois avec Roy Jones Jr. en amateur, et je crois qu’ils ont fait 3-3. Roy ne l’a pas emmené à New York avec lui quand ils sont devenus professionnels. Il n’y est jamais allé, alors que Roy y est allé. Roy Jones a décollé pour devenir l’un des plus grands boxeurs de tous les temps. Mon oncle, c’est juste un très grand boxeur local. J’ai commencé à m’entraîner quand j’avais 12 ans. 12, 13 ans, et un peu de mes 14 ans jusqu’à ce que le gymnase ferme. Je suis passé en MMA à presque 16 ans et j’ai eu mon premier vrai combat de MMA à 17 ans. J’ai intégré dans mes combats quelques-uns de ses conseils de boxe. J’ai toujours été à cran. Peu de gens font de la boxe en MMA sans être à cran, parce que peu de boxeurs en MMA ont de bonnes mains.

Tu as combattu pour la première fois à 16 ans dans un bar contre un homme qui avait deux fois ton âge… Pouvons-nous revenir sur les circonstances et le contexte de ce premier combat ? Comment ça s’est passé ?

J’avais une fausse carte d’identité quand j’ai fait ça dans un club appelé « Guitars and Cadillacs » ! Ils pensaient que j’avais 18 ans alors que je n’en avais que 17 à l’époque. Je me suis battu contre un homme de 32 ans et j’ai perdu par décision aux points. Beaucoup de gens disaient que je ne pouvais pas gagner, mais c’était un grand combat et j’ai encore aujourd’hui des gens qui disent se souvenir de ce combat, mon tout premier combat. C’était une expérience folle pour moi !

Tu viens de McIntosh, une petite ville de l’Alabama. Tu es membre de la tribu MOWA des Indiens Choctaw. Peux-tu m’expliquer ta culture, ton enfance, l’histoire de tes ancêtres et le rapport avec les combats ?

Nous sommes les Mowa Choctaw, une très petite tribu, dans la nation Choctaw. Nous restons une tribu reconnue. Nous nous battons toujours pour être reconnus plus équitablement, j’espère pouvoir poursuivre cela et aider à ce que ça se fasse un jour. Le combat est quelque chose de très important dans notre tribu. Beaucoup d’entre nous tâtonnent, car il n’y a rien à faire. Nous faisons beaucoup de sport. Beaucoup d’entre nous sont très athlétiques, très talentueux, très passionnés, et très facile à mettre en colère. Il y a beaucoup de combats ici.

J’ai combattu tous mes amis, j’ai beaucoup gagné, j’ai beaucoup perdu. J’ai probablement perdu plus que je n’ai gagné dans la rue. Cela m’a certainement aidé à continuer à me battre parce que j’ai pris quelques coups de pied au cul très tôt et j’ai réalisé que j’avais un peu de mal Alors que si j’apprenais à me battre, je pourrais peut-être faire quelque chose de plus. Quand j’ai commencé à faire du MMA, j’en suis tombé amoureux, j’ai continué et presque 13 ans plus tard, je suis enfin ici à l’UFC.

En tant qu’amateur, tu as enchaîné les combats les uns après les autres. À quoi ressemblait le train de vie de Brok Weaver à l’époque ?

Il y avait des combats dans le Mississippi, et la semaine d’après, j’allais me battre pour l’Island Fights en Floride, probablement mon organisation préférée. Ça m’a aidé à entrer à l’UFC. Quand j’étais en amateur, je me battais chez eux, la semaine suivante, j’allais combattre dans le Mississippi pour le FFI. La semaine d’après j’allais en Alabama pour faire le dur à cuire, puis je retournais directement dans le Mississippi et je faisais un combat. Ils vous payaient l’essence, 100 dollars en essence, mais quand vous avez 16-17-18 ans, 100 dollars c’est 100 dollars. Et ils vous donnent une chambre d’hôtel gratuite et vous nourrissent et tout ça… Je faisais tout pour sortir de McIntosh. C’est ce que je recherchais.

Ton surnom « Chata Tuska », que signifie-t-il ?

« Chata Tuska » signifie « Red Warrior ». Je l’ai épelé un peu différemment de ce que c’est censé être. C’est censé être Chahta qui signifie Choctaw, mais je l’ai épelé Chata parce que c’était le nom du premier Indien Choctaw qui a fondé la tribu des Choctaw. Il avait un frère, Chikasaw, avec qui il s’est séparé, ce qui a formé deux tribus différentes. Il a pris la tribu Chickasaw et l’a appelée Chikasaw d’après son nom Chikasaw… Et Chata a pris la tribu Choctaw et a changé Chahta en tribu Choctaw. Ils ont divisé les nations en deux. Les Chikasaws sont juste au-dessus du Mississippi, et nous sommes juste en dessous, ici en Alabama, même si certains sont dans le Mississippi aussi.

J’aime bien prononcer « Chata » et j’aime un peu plus la façon dont c’est écrit. Les récits anciens disaient que les Indiens Choctaws viendraient un jour emmener ces gens de la ferme dans les grandes terres et qu’ils pourraient un jour interpréter une petite histoire sur une scène plus grande avec un arrière-plan. Alors oui, ça pourrait être le guerrier Choctaw, le guerrier rouge. L’un ou l’autre.

« De nos jours, il faut être un bon combattant, mais aussi un grand showman. »

Tu sais faire le spectacle en dehors de l’octogone… Est-ce un jeu, ou alors simplement ta véritable personnalité ?

C’est vraiment moi. Je suppose, en étant réaliste, qu’en grandissant, j’ai toujours voulu être le centre d’attention. Je suppose que tout le monde le veut, et j’ai trouvé un moyen de le faire. J’ai appris à gravir les échelons et quand je me suis battu, j’ai su que j’étais un bon doyen des Indiens d’Amérique. Je savais que mon peuple aimait que je me batte, qu’il l’alimentait et l’aimait, qu’il était exalté et fou. Je savais que je pouvais prendre cela et le transformer en quelque chose. Être un showman en fait partie. J’ai beaucoup regardé la WWE et la lutte, et je le fais encore avec mon grand-père. J’y ai appris des trucs, j’ai appris à parler dans le micro et à être tape-à-l’œil…

Certains sont devenus multimillionnaires en deux ans, simplement parce qu’ils ont appris à gravir les échelons. Ils savaient aussi combattre, mais de nos jours, il faut être un bon combattant, mais aussi un grand showman. Il faut être un grand acteur dans ce sport, je pense. Ce que je préfère dans le combat, c’est toujours le « walkout », parce que le « walkout », c’est tout ce qui compte. J’aime bien être le premier à sortir pour pouvoir aller dans la cage ou sur le ring, ou n’importe où je combats. Je peux y entrer et le remplir moi-même. Quand mon adversaire sort, je peux le fixer et parler, sauter et lui voler ça, et ça me donne encore plus envie de savoir que je lui ai volé son « walkout ». J’ai une autre impulsion frappante.

Certaines personnes se laissent envahir par les nerfs au point de ne pas pouvoir faire ce qu’elles doivent faire. Bien sûr, j’ai peur quand je suis là-dedans, mais j’aime ça, ça me stimule. Si je peux faire en sorte que tout le monde devienne fou et me réclame. Je dis toujours que je vais faire en sorte que les fans de mon adversaire veuillent que je gagne avant que le combat ne soit terminé, simplement à cause de ce que je dis, de ce que je fais, de la façon dont j’en sors, de ma personnalité et du fait que je suis charismatique et que je submerge la foule d’énergie.

C’est un peu un BOAF (NDLR : bête de fête). Tout est prémédité d’une certaine façon. Je sais ce que je vais faire, ce que je vais dire la plupart du temps. Avant que j’aille là-bas, c’est prémédité dans ma tête et quand les lumières me frappent et que la chanson démarre, je rentre là-dedans, tout est question de jeu à partir de là, avec les nerfs à vif. Les gens disent toujours que je suis un bon combattant, mais je suis un grand combattant quand j’entre là-dedans parce que je ne me fige pas, je ne laisse pas les nerfs m’envahir. Je crois simplement que c’est une partie de ce que je suis en tant que combattant.

Depuis ta victoire dans le DWCS, tu es un combattant de l’UFC. Tu étais très heureux après ta victoire, même hystérique… Un rêve pour toi ?

Je savais qu’après le combat, j’avais pratiquement le contrat. Je savais qu’en sortant, j’avais fait vibrer la foule. Je voyais Dana sourire tout le temps et quand il a dit « Je serais idiot de ne pas signer Brok Weaver », c’était vraiment un rêve devenu réalité. Tout ce dur labeur, tout ce temps. Les gens me disaient que je n’y arriverais pas, me disaient d’abandonner, car ça ne payait pas… Le 15 février, c’était le début de tout ça et je me réveille encore tous les matins et je me dis : « Je n’arrive pas à croire que je suis à l’UFC ». Ça prend beaucoup de temps à se faire. Peu de gens tiennent 10 ans ou plus et continuent à tenter jusqu’à y arriver. En général, au bout de 10 ou 11 ans, les gens abandonnent et vont travailler dans des bureaux. Je suis juste content d’avoir tenu bon un peu plus longtemps et d’avoir continué jusqu’au bout pour y arriver.

Mon manager n’arrêtait pas de me dire « encore un combat, encore un combat ! », « gagne ce combat, c’est juste un combat de plus et tu vas y arriver et gagner ce combat »… Ces dernières années, c’était toujours « un combat de plus ». Je disais à ma famille et à mes amis « c’est juste un combat de plus, je vais y arriver » et puis je n’y arrivais jamais.

En février 2019, Dana White devait assister à l’un de tes combats à Island Fights, mais il n’a pas pu venir… Tu as été terriblement déçu. As-tu douté à un moment donné ?

Dana était censé venir à Pensacola pour nous regarder nous battre et il a dit qu’il s’était cassé le pied. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle il n’est pas venu. Il a dû changer de voiture, il avait beaucoup de maux de tête, il ne voulait pas venir à Pensacola et faire tout ça. Je comprenais totalement. Ils l’ont annoncé la nuit avant le combat après la pesée et j’ai dû y aller et me battre avec l’un de mes coéquipiers avec qui je m’étais entraîné. Et je savais que ce serait un combat difficile. Je savais que ce serait sur Fight Pass et que beaucoup de gens regarderaient. Mais j’ai gagné ce combat et j’ai combattu à nouveau.

Ils m’ont dit « un combat de plus, un combat de plus ! » et j’ai pensé « mec, fais-moi entrer au Contender Series et si ça ne marche pas, j’irai probablement au Japon et je me battrai pour un championnat ou quelque chose comme ça, je ne sais pas ». J’avais des doutes, comme tout le monde. J’ai donc continué à m’entraîner, tous les jours, deux ou trois fois par jour. Je m’entraînais, je m’entraînais, je m’entraînais. Je gagnais mes combats grâce au cardio, en poussant le rythme, en gardant un rythme de combat très élevé.

À l’approche de ton premier combat à l’UFC, comment se passe ta préparation ?

Si je ne m’entraîne pas, mon corps ne peut pas maintenir ce rythme, alors je m’assure toujours un bon entraînement. Et je fais du cardio. Je fais à peu près la même chose, je m’entraîne à la maison, je vais à la salle de sport locale, je fais du cross-training dans le coin, je m’entraîne avec l’un de mes entraîneurs et mon partenaire d’entraînement, Blake Singley, chez lui. À partir du 20 janvier, j’étais à Coconut Creek pendant deux semaines, avec la meilleure équipe américaine (NDLR : American Top Team), pour travailler avec eux et les voir. Histoire d’être un peu plus vif pour mes débuts.

Ton adversaire : Rodrigo Vargas. 11 victoires, 3 défaites et beaucoup de TKO. Selon toi, quelle est la clé pour gagner ce combat ?

J’ai regardé deux ou trois vidéos, mais ces jours-ci, je ne regarde pas beaucoup ces vidéos parce que je ne veux pas devenir son fan en secret. Si vous avez l’impression de trop regarder leurs vidéos, vous commencez à trop vous préoccuper de ce qu’ils font et de ce que vous devez faire. Dès qu’ils m’ont donné son nom il y a quelques semaines, je suis allé regarder quelques-unes de ses vidéos, trois ou quatre. Et maintenant, je sais ce que j’ai à faire, je sais quel genre de combattant il est.

Quel est ton plan pour remporter cette opposition ? Quel aspect de ta panoplie est le plus important pour obtenir la victoire ?

Je vais me battre, je vais m’avancer, je vais faire pression. Je vais lancer un combat de chiens avec lui, le maintenir à mi-régime. À peu près la même chose que je fais avec tout le monde, en essayant juste de le pousser, de le briser et de voir où ça mène. Il frappe fort, je suppose… Alors on va voir s’il peut m’attraper avant que je l’attrape. Maintenir la pression sur lui jusqu’à ce qu’il craque. Vargas, il aura mal à la tête, il faudra qu’ils lui donnent de l’Advil !

Tu as combattu en welterweight ainsi qu’en lightweight dans les autres organisations… Mais maintenant à l’UFC, tu es chez les lightweights. Quelle est ta vraie catégorie ?

Mon manager veut que je descende à 155 livres (NDLR : environ 70 kg). Je suis un gros 155, mais je suis un petit 170 livres de taille moyenne (NDLR : catégorie des moins de 77 kg). J’ai dit à mon manager : « Les deux me conviennent, donne-moi le match, donne-moi le poids, je le ferai ».

Tu as 28 ans… Maintenant, à l’UFC, tu es dans une catégorie très dense avec de grands combattants. Quel est ton plan de carrière ?

Mon plan de carrière ? En 2020, j’ai dit à Dana que je pouvais me battre quatre-vingts fois par an. Je veux qu’il me donne des combats cette année. Je veux être dans le top 15, le top 10 peut-être à la fin de l’année pour voir si c’est possible. Je sais qu’ils veulent me former. On va voir si j’obtiens quelques victoires impressionnantes, qui je vais sauter, quel rang je vais atteindre d’ici la fin d’année ou début 2021. Je veux me battre contre quelqu’un qui est dans le top 10 et m’y faire une place. Je suis vraiment fier, j’essaie juste de me laisser aller, j’essaie même de ne pas faire de jiu-jitsu ni rien. Je mets au sol et je laisse faire. J’ai une équipe très compétente. Je sais comment me battre contre ces gars maintenant, mais je vais probablement croiser les pires d’entre eux !

Quel est le style de combattant que tu détestes ? Qui te dérange le plus ?

Ces gars qui ne jurent que par la lutte et qui cherchent absolument les takedowns, et qui peuvent vous placer des guillotines à tout moment… Ce sont probablement ce genre de gars qui sont les pires pour moi.

Donc si je comprends bien, un combattant comme Ben Askren est le pire pour toi ?

Oui. Je voudrais me battre contre Ben, je pense que je le mettrais KO. Mais ça pourrait aller dans les deux sens. Il pourrait se cogner à ma jambe où je pourrais le mettre KO.

Qui est le combattant que tu aimerais affronter ? Le combat de tes rêves ?

Le combat de mes rêves, ce serait probablement avec Nate Diaz !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here