Evander Holyfield – Hommage au poids lourd le plus technique de tous les temps 

Portrait du gigantesque Evander Holyfield. Un bilan en carrière qui ne représente en rien son impact sur la boxe mondial. Une légende, tout simplement.

« Ma mère me disait souvent : fils, ne sois pas un lâche, parce qu’un lâche mourra 1000 fois alors qu’un homme ne mourra qu’une seule fois ». Aujourd’hui, retour sur une figure emblématique du noble art, le grand Evander Holyfield. Longtemps peu aimé et critiqué par les médias, The Real Deal est pourtant un des plus grands poids lourds de toute l’histoire de la boxe. Il est en tout cas, le plus technique.

Tous ses fights sont des monuments d’anthologie, toutes les rivalités qu’il a pu nourrir ont émerveillé n’importe quel fan de boxe. Je vous propose donc de revivre la carrière du poids lourd le plus combatif de l’histoire.

Né le 19 octobre 1962 et premier enfant d’une lignée de 9 frères et sœurs, Evander commencera la boxe dès 7 ans. À 13 ans, il se qualifiera notamment pour les Olympiades Juniors et deviendra par la suite champion de sa grande région.

Mais à l’époque Evander n’avait pas la carrure imposante que nous avons eu l’habitude de voir chez lui. Après avoir été diplômé de son école, il mesurait seulement 1m73 et pesait 67 kg. En seulement deux ans, le monstre commencera à grandir sérieusement pour mesurer 1m83 et peser 81kg. À 20 ans, Holyfield représentera les États-Unis lors des jeux panaméricains au Venezuela, où il gagnera une médaille d’argent.

Enfin, lors des Jeux Olympiques de 1984 de Los Angeles, notre ami repartira avec une honorable médaille de bronze. Il roulera littéralement sur la concurrence, pour terminer sa carrière en amateur avec le palmarès impressionnant de 160 victoires pour seulement 14 défaites dont 76 ko.

Il commencera sa carrière en Light Heavyweight mais basculera dans la catégorie au-dessus (les cruiserweights) dès son 5e combat. Il dominait ses adversaires facilement pour ses premiers affrontements. Dès son 9e combat, il fera face à un challenger pour la ceinture WBA, Chisandra Mutti (23-5) qu’il enverra dormir en trois rounds.

Et c’est pour son 12e combat qu’Holyfield aura l’occasion de s’emparer d’une ceinture mondiale (la WBA) en affrontant Dwight Qawi. Dans ce qui sera qualifié par The Ring comme le plus grand combat des années 80 en cruiserweight, Holyfield décrochera la victoire par split décision.

Deux fights plus tard, il défendra sa ceinture contre le grand Henry Tillman, boxeur médaillé olympique qui avait en plus de cela battu Mike Tyson deux fois de suite en amateur. The Real Deal gagnera le combat en envoyant Tillman au tapis en 7 rounds. Il affrontera de nouveau Qawi qu’il battra encore, en 4 rounds cette fois. Pour son dernier combat dans la catégorie, Holyfield unifiera les ceintures WBA WBC et IBF en battant le champion Carlos De Leon.

Mais il prendra une grande décision : monter de catégorie. Les lourds, la catégorie reine depuis l’époque Ali, celle qui offre les plus grands affrontements, celle où les plus grands guerriers se rencontrent.

Marchant littéralement sur la catégorie des cruiserweight, Evander rêve du plus grand couronnement possible dans le monde du noble art des années 80 : conquérir les poids lourds.

Son objectif est bien simple, détruire Mike Tyson, actuel champion du monde des lourds. Evander ne prendra pas de pincettes et se dépêchera d’affronter la crème de la crème sans demi-mesure. En effet dès son 3e combat chez les lourds, il défiera le champion Michael Dokes (37-1). Cette fight sera élue par Ring Magazine meilleur combat heavyweight des années 1980. Holyfield gagnera par ko au 10e round.

En 1990, le monde de la boxe attend le plus grand événement de la décennie : Holyfield-Tyson.

Mais les choses ne se dérouleront pas comme prévu puisque Mike Tyson connaîtra sa toute première défaite en carrière par un inconnu, Buster Douglas. La première défense de titre de Douglas se fera donc contre The Real Deal.

En seulement trois petits rounds, Evander devient le nouveau champion invaincu unifié des poids lourds. Pour sa première défense de ceinture, il fera face à l’immense George Foreman (69-2). Ce fight sera nommée « La bataille des âges », à juste titre puisqu’Holyfiled sera âgée de seulement 28 ans alors que Foreman 42. À la surprise générale, Foreman tiendra 12 rounds, chose extraordinaire pour un homme de son âge. Mais c’est bien The Real deal qui sortira vainqueur.

Un an plus tard, Holyfield veut toujours affronter la star de la catégorie, le king Mike Tyson. Mais ce dernier va feindre une blessure à l’entraînement. Quelques mois plus tard, Tyson sera condamné à 6 ans de prison pour viol. Vient ensuite le meilleur, les trois affrontements qui ont fait d’Evander Holyfield la légende qu’il est et qu’il restera à jamais : les affrontements avec Riddick Bowe. Si vous n’êtes pas au courant, c’est tout simplement l’une des plus grandes rivalités de toute l’histoire du noble art.

Trois combats au sommet, pour enfin voir un nouveau roi de la catégorie être couronné. Premier fight en date, le 13 novembre 1992. Le combat ira jusqu’à son terme et Riddick gagnera par décision unanime. Le 10e round sera élu round de l’année. C’est la toute première défaite du monstre Holyfield et le début d’une série difficile pour notre ami.

C’est lors de leur second affrontement que l’évènement le plus bizarre de l’histoire de la boxe se produira. Un homme en parachute atterrira en plein dans l’arène et plus précisément à quelques centimètres de la femme de Bowe, alors enceinte. L’individu se fera littéralement tabasser par tout le clan Bowe et sa femme sera directement transportée à l’hôpital.

Pour en revenir au fight, ce sera cette fois Holyfield qui l’emportera par décision unanime. Un partout, il faut donc faire la belle. Et c’est ce qui se passera le 4 novembre 1995. Evander sera mis au tapis au 8e round et ne s’en relèvera pas. Ce n’est qu’en 1996 que le moment tant repoussé arrivera, le combat contre Tyson ! Donné vainqueur par tout le monde, Mike Tyson se fera pourtant surprendre dans un fight monumentale. Holyfield remportera le combat au 11e round et gagnera enfin le respect qu’il mérite.

Quelques mois plus tard, la revanche est annoncée. Et la suite, vous la connaissez certainement. Le pauvre Holyfield attire décidément les événements bizarres puisque cette fois-ci il se fera mordre l’oreille par Mike Tyson, l’arbitre stoppera alors le combat et Holyfield sera donné gagnant.

Mais The Real Deal est aussi connu pour ses deux affrontements avec le lion Lennox Lewis, en 1999. Le premier fight donnera lieu à une égalité quelque peu controversée, mais le second sera remporté par Lewis dans une décision unanime des juges.

Dans l’ensemble, que retenir de ce géant de la boxe ?

Eh bien tout d’abord, que c’était un géant ! Un monstre de talent, probablement le poids lourd le plus technique de tous les temps. Un panel de coups au corps à corps tout simplement magnifique. Cette splendeur technique est en partie due au fait que la catégorie des poids lourds n’est pas sa spécialité.

En plus de ses qualités techniques tout bonnement fantastiques, Holyfield est un guerrier comme il nous en a été peu donné de voir : il a affronté les meilleurs, peu importe son âge, il n’a jamais, au grand jamais refusé un combat. C’est ce qui fait la grandeur du personnage, même si son bilan victoire/défaite (44-10-2-1) n’est pas si extraordinaire, cela se justifie facilement par le fait qu’Holyfield a affronté tous les plus grands de sa génération et des générations précédentes.

Même s’il allait au tapis, il n’abandonnait jamais, se relevait toujours avec cette même hargne qui faisait pâlir de peur certains de ses adversaires.

Dans une conférence de presse, Holyfield déclara : « je n’avais pas de père, mais j’avais la meilleure mère. C’était elle le vrai Real Deal. Elle me disait souvent : fils, ne sois pas un lâche, car un lâche mourra 1000 fois alors qu’un homme ne mourra qu’une seule fois ».

Evander est un monument pour n’importe qui, souvent critiqué et rejeté par les médias, il est le parfait exemple du gars qui a réussi à faire taire tous les préjugés par la simple force de ses poings.

Côté palmarès, il a été le tout premier boxeur de l’histoire à devenir champion unifié des cruiserweight puis des poids lourds. Il est de plus le seul poids lourd de l’histoire à avoir été 4 fois champion du monde dans la catégorie.

Alors ne vous fiez pas à son ratio de victoire, mais plutôt à son formidable palmarès qui inspire le respect le plus total.

Le magazine BoxingScience classe de plus Evander comme le plus grand boxeur cruiserweight de tous les temps, et dans le top 25 des plus grands boxeurs de toute l’histoire.

Un monument, que tout amateur de boxe se doit de connaître ! À choisir entre un Tyson et un Holyfield, il n’y a certainement pas photo, Holyfield remporte haut la main la palme du boxeur le plus talentueux et du plus grand guerrier !

Photo By: notinhalloffame.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.