MMA – À l’UFC, la paie de certains débutants peut susciter des débats, et pour Derrick Lewis, d’autres sources de revenus seraient à prendre.

Dans l’octogone, le bulldozer du nom de Derrick Lewis fait des ravages depuis maintenant 8 ans. Fort de ses 20 KO en carrière, dont 13 infligés à l’UFC, le Texan s’est déjà affirmé comme l’un des plus grands noms de la division. Avec ces multiples Fights et Performances of The Night enregistrés en carrière, il a su se faire prendre au sérieux aussi bien par les fans que par les autres fighters. Arrivé dans le monde du MMA en 2010, il débarque dans l’octogone 4 ans plus tard. Derrick Lewis connaît donc a priori assez bien le système de rémunération des organisations qu’il a fréquenté.

À l’UFC, la paie de certains fighters faisant leurs premiers pas dans l’UFC fait régulièrement débat comme ce fut par exemple le cas lors de l’UFC Londres, avec Paddy Pimblett qui effectuait son 2e affrontement dans l’octogone. La rémunération d’Askar Askarov, 2e du classement de la division flyweight, a également été à l’origine de quelques réactions éruptives. Mais de nombreux athlètes, beaucoup moins connus du grand public, doivent encore pratiquer une activité professionnelle parallèle afin de pouvoir se garantir un revenu décent. L’UFC reçoit d’ailleurs assez régulièrement des critiques ce genre de problèmes.

SUR LE MÊME SUJET :

Cumuler les emplois ?

Pour Derrick Lewis, il serait plus prudent de conserver une source de revenu stable et durable, même en ayant signé pour plusieurs fights dans l’octogone. Interviewé par Noah Kagan, il a décidé de se livrer. « Je crois qu’il faut essayer de trouver autre chose. Vous gagnerez probablement plus d’argent en commençant à travailler à un emploi régulier qu’en performant dans une cage. Oui, ça, c’est sûr. Pour ma part, je n’avais pas d’autre choix. J’adore me battre. J’adorais me battre dans la rue gratuitement. Alors autant avoir une paie. […] Au début, vous n’avez pas une grande rémunération. Je suis un des 5 ou 10 meilleurs athlètes payés de l’UFC. Donc je suis plutôt bien payé. »

Et effectivement, Derrick Lewis n’a pas à se plaindre de sa rémunération. En 2018, son KO infligé à Alexander Volkov lui a rapporté gros. On parle alors de 270 000 dollars de recette pour cet affrontement, sans compter les 50 000 dollars qu’il a récoltés grâce à sa Performance of The Night. Après une défaite enregistrée face à Tai Tuivasa, The Black Beast tentera de se refaire une santé en affrontant Sergei Pavlovich le 30 juillet prochain. À l’instar de son duel face à Ciryl Gane, il performera dans son État d’origine.

Partager cet article

SourceNoah Kagan
Crédits photosUFC / Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Nemraude

    Je me remets toujours pas du fait que Tuivasa est mis K.O Lewis. Il va revenir, j’en suis certain.

    Répondre