UFC – Considéré comme l’un des plus grands combattants de tous les temps en MMA, Jon Jones se prépare à affronter Francis Ngannou.

Hormis une disqualification dans un combat qu’il dominait de la tête et des épaules, Jon Jones n’a jamais perdu au cours de sa carrière. À 34 ans, l’Américain a rendu son titre des -93kg pour se lancer dans un nouveau défi : devenir le patron des lourds. Alors qu’il est en conflit avec l’UFC sur la question du salaire, Jon Jones poursuit ses entraînements en vue de la montée chez les lourds. Invité du podcast de Steve-O Wild Ride, il a donné les clés du combat contre Francis Ngannou, mais aussi son raisonnement dans la demande d’une augmentation :

« Je pense que je suis plus battable chez les lourds, et c’est pourquoi je suis allé voir Dana White pour avoir une augmentation. Daniel Cormier a obtenu une augmentation quand il est passé chez les lourds. Je cherchais une augmentation pour devenir poids lourd. Francis Ngannou fait peur. Il y a de grandes chances qu’il me brise la mâchoire. Je suis d’accord avec ça. En tant que combattant, j’ai botté suffisamment de culs pour que si quelqu’un me bat, alors on passera tous une bonne journée. Je suis d’accord avec ça. Mais cela devrait s’accompagner d’une augmentation de salaire. Je pense que chez les poids lourds, les chiffres du pay-per-view vont inévitablement augmenter, plus de gens vont regarder. »

Selon Jon Jones, aborder le combat contre le Predator est « simple » : « Avec Francis Ngannou, c’est très simple : il faut être à l’aise avec le pire des scénarios. Le pire des scénarios est qu’il vous mette KO, qu’il vous fracture peut-être un os au visage. C’est le pire des cas. Si vous vous sentez à l’aise avec cette idée, cela devient facile. Il ne vous met pas KO et ne vous brise pas le visage parce que vous êtes intelligent, vous êtes rapide, vous avez un menton, vous avez de bons mouvements de tête, vous pouvez lutter. »

« Il y a de nombreuses façons dont les choses peuvent se dérouler. Donc, je pense juste au pire des scénarios et je me dirige mentalement vers un endroit où je pense de cette manière : ‘OK, je me prépare à aller dans la cage et ce type pourrait peut-être me blesser ce soir’. Francis Ngannou est dangereux, je crois qu’il a une chance de me mettre salement KO, disons-le à voix haute. Mais si je ne suis pas mis KO, je crois que je gagne ce combat. Je dois juste réussir à passer le premier round, et je gagne ce combat. »

Crédits photosZuffa LLC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Arthur Dumas

    Jones dit de la merde. Ngannou n’a pas que le KO et peut même lutter ou soumettre

    Répondre