La Sueur rend hommage : les grandes tragédies de l’Histoire du Football

Ce mardi 29 novembre, une nouvelle ligne s’est ajoutée à la longue liste des tragédies liées à l’Histoire du Football…

Après Furiani, Hillsborough, Bruxelles, Glasgow et encore bien d’autres tragiques évènements, c’est en Colombie qu’a eu lieu le drame. En route pour jouer la finale de la Copa Sudamericana, 76 personnes ont trouvé la mort dans le crash de l’avion qui transportait l’équipe de Chapecoense, équipe de D1 brésilienne. 

Medellín, Colombie – 2016

La nouvelle est tombée ce mardi matin dans une ambiance lourde, contrastant fortement avec l’engouement qu’avait provoqué cette même équipe de Chapecoense quelques jours auparavant. En gagnant contre la grande formation argentine de San Lorenzo en demi-finale de la coupe sud-américaine, le petit poucet brésilien avait surpris la Planète Football tout entière. Cette victoire lui offrait un ticket direct pour jouer la première finale de son Histoire contre l’Atletico Nacional à Medellín, en Colombie… Loin de s’imaginer l’impact qu’auraient ses mots un peu plus tard, Caío Junior, l’entraîneur de Chapecoense, avait déclaré en conférence de presse après la rencontre face à San Lorenzo : « Si je meurs aujourd’hui, je mourrais heureux. ». Sur 77 passagers (l’équipe, le staff et des journalistes), 6 ont miraculeusement survécu à ce crash d’une violence inouïe dont les causes sont encore incertaines aujourd’hui. Le bilan initialement établi à 75 morts a été baissé à 71, 4 des passagers inscrits sur la liste n’ayant pas embarqué.  Cet évènement, fait forcément échos aux autres tragédies qui ont frappé le monde du football.

tragédies de l’Histoire du Football 

 

Furiani, France – 1992

L’évènement le plus proche pour les habitants de l’Hexagone a eu lieu à Furiani en Corse, au sud de Bastia. Le 5 mai 1992, la demi-finale de Coupe de France opposait le Sporting de Bastia à l’Olympique de Marseille. Le coup d’envoi de la rencontre était prévu pour 20h30, mais dès 19h, la tribune est déjà largement remplie. La sécurité du stade s’inquiète rapidement en voyant l’agitation des supporters, sachant que la tribune reposait sur des cales en bois risquant de ne pas résister a des secousses si importantes. Un appel est fait par le speaker du stade vers 20h pour tenter de calmer la foule, sans succès. À 20h20, alors que les journalistes en poste dans la tribune venaient tout juste de prendre l’antenne, celle-ci s’effondre, faisant chuter la foule de plus de 15 mètres. Certains supporters envahissent la pelouse pour tenter de fuir, mais beaucoup n’y parviennent pas, le bilan est de 18 morts et 2 357 blessés.

 tragédies de l’Histoire du Football

  

Sheffield, Angleterre – 1989

La « Tragédie de Hillsborough » ayant frappé les supporters de Liverpool a marqué les esprits en Angleterre et partout en Europe. Encore une fois pour un match de Coupe, les Reds de Liverpool se déplacent à Sheffield au nord du pays. Dans un contexte frappé par le Hooliganisme, les autorités décident de placer des grillages entre les différentes sections de gradins et le terrain. Alors que le coup d’envoi est prévu pour 15h, les supporters Reds commencent à s’agglutiner à l’entrée de la Tribune Ouest dès 14h. Conçue dans les années 1960, cette tribune est celle qui accueillait les supporters visiteurs à chaque match du club Sheffield Wednesday, et ne comportait aucune place assise. Face à l’afflux de supporters, les membres de la sécurité décident d’ouvrir une porte initialement dédiée à la sortie et ne contenant pas le tourniquet de régulation du passage. L’ouverture de cette entrée provoque un afflux massif des supporters de Liverpool qui se dirigent tous vers la section centrale de la Tribune Ouest, déjà remplie dans sa quasi-totalité. Ne se rendant même pas compte de ce qu’ils sont en train de provoquer, des centaines voire des milliers de supporters continuent de s’agglutiner, provoquant une bousculade générale. Le mouvement de foule compresse certains supporters contre les grillages, d’autres sont obligés d’escalader pour accéder à la tribune supérieure. Malheureusement certains d’entre eux ne parviennent pas à s’en sortir et meurent asphyxiés ou piétinés par la foule… Bilan : 96 morts et 766 blessés.

 tragédies de l’Histoire du Football

 

 

Bruxelles, Belgique – 1985

La Finale de la Coupe d’Europe 1985 opposait la Juventus de Turin et Liverpool. À l’époque, le Hooliganisme est à son paroxysme en Angleterre. L’atmosphère est électrique, et la tension est palpable dans le stade bien avant le début de la rencontre. Les Hooligans anglais et Tifosi italiens sont côte à côte, séparés par un espace vide d’une quinzaine de mètres. De nombreux supporters sans billets profitent des failles du système de contrôle pour rentrer dans le stade et la sécurité est beaucoup trop légère pour gérer une telle foule. Les deux blocs de supporters s’insultent et se jettent divers objets dès leur arrivée. Plus de 1h30 avant le début de la rencontre, les Hooligans escaladent les barrières et débordent les gendarmes censés s’occuper de la sécurité. Dans une manœuvre classique du Hooliganisme, les Anglais envahissent la tribune des Italiens. Moins habitués à ce genre d’évènements, les Italiens paniquent et provoquent un mouvement de foule vers l’autre côté de la tribune. Les grillages et accès au terrain sont fermés, la sécurité empêchant même certains de s’enfuir sur la pelouse. Sous la pression, les grilles de séparation et un muret s’effondrent. Des supporters meurent piétinés ou asphyxiés. Les Tifosi présents dans la tribune d’en face décident d’envahir la pelouse pour aller se battre contre les Hooligans, la police belge intervenant juste à temps pour les en empêcher. Un Italien pointera même une arme à feu en direction des forces de l’ordre. Bilan final : 39 morts (dont 32 Italiens, 4 Belges, 2 français et 1 nord-irlandais). La rencontre s’est poursuive à 21h30, comme si rien ne s’était passé, Michel Platini offrant la victoire à la Juventus…

 tragédies de l’Histoire du Football

 

Glasgow, Écosse – 1971

Affiche mythique, le derby de Glasgow ou « Old Firm » comme il est appelé là-bas a toujours soulevé la passion des foules. Cette année-là, dans le Ibrox Park des Rangers, le score reste vierge jusqu’à ce que le Celtic trouve enfin le chemin des filets à la 88ème. Déçue par le manque de spectacle, une grande partie des supporters avait décidé de quitter le stade et fait donc demi-tour en entendant les applaudissements. Tout de suite après, les Rangers égalisent. Au moment où la majeure partie des supporters s’apprête à rentrer dans la tribune, d’autres décident à leur tour de quitter le stade, écœurés pas l’égalisation. Les deux groupes se retrouvent donc au même moment dans le tristement célèbre escalier 13, qui s’effondre sous leur poids. Le bilan fait état de 66 morts et 200 blessés.

tragédies de l’Histoire du Football

Nombre d’autres tragédies ont eu lieu : à Munich, au Caire, à Abidjan… Faisant chaque fois un grand nombre de victimes. La Sueur rend donc hommage non seulement à toutes les victimes du crash aérien de Chapecoense, mais aussi aux supporters de Furiani, aux victimes du drame de Hillsborough, aux personnes décédées à Bruxelles et à Glasgow et à toutes les autres victimes dont l’histoire n’est pas racontée dans cet article.

Par Tim

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.
Photo By: RTL France, tempsreel.nouvelobs.com, au-premier-poteau.fr, footmercato.net, football-bible.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.