Compétitions, stratégie et enjeux ultimes, la recette des jeux de guerre

Aussi longtemps qu’on remonte dans le temps, les jeux les plus populaires ont toujours eu un élément en commun : le fait qu’ils mettent en conflit plusieurs parties.

Ces jeux, qu’elle que soit la forme qu’ils prennent : jeux d’échecs ou de dames, disciplines sportives, jeux d’adresse ou de chance, doivent leur popularité au fait qu’ils introduisent la notion de compétition. Et les jeux qui parviennent à cristalliser au mieux cette dynamique, ce sont les jeux militaires… ou comme on les appelle parfois, les jeux de l’armée ou les jeux de guerre.

Les jeux de guerre ont un attrait très fort… encore plus que les autres jeux de compétition. Et pour cause : ces jeux permettent de simuler des enjeux majeurs à savoir, la vie et la mort. Bien que la plupart des jeux proposent différentes formes de récompenses, les jeux de guerre placent les joueurs dans un rapport antagoniste absolu. Certains de ces jeux de guerre ne prévoient même pas d’issue dans laquelle les joueurs pourraient être à égalité. Et cet aspect intransigeant est une des choses que nous aimons bien avec les jeux de guerre. Soit on a gagné, soit on a été vaincus. Et aucun arbitre ne peut changer le verdict ultime.

L’autre aspect qui fait le succès de ce genre de jeux, c’est la dimension stratégique. Personne ne doute une seconde que les disciplines sportives sont très captivantes. On ne consacrerait d’ailleurs pas autant de temps à parler de tennis, de foot, de baskets et de sports de combat si nous n’étions pas de cet avis. Mais, ces disciplines supposent d’avoir certaines prédispositions physiques, ou tout au moins d’avoir pris le temps d’affûter les compétences nécessaires pour leur pratique. Bien que nous soyons tous fans de sports, beaucoup d’entre nous sont relégués au rang de spectateurs. Et avec les jeux de guerre, ce n’est pas toujours le cas.

Surmonter l’adversité, un accomplissement inégalé

Au-delà des affrontements, des batailles et des exploits du champ de bataille… les jeux de guerre peuvent être synthétisés en une réalité essentielle : la stratégie prime sur tout le reste. Si les récits d’Hannibal Barca ont traversé le temps, que les exploits de grands stratèges militaires comme Alexandre le Grand et Gengis Khan sont encore enseignés aujourd’hui, c’est parce qu’ils ont fait preuve de stratégie, même dans des circonstances extrêmement défavorables. Et c’est quelque chose que nous pouvons tous admirer. C’est d’ailleurs quelque chose qu’on retrouve souvent dans les sports pratiqués à haut niveau.

Et avec des jeux de simulation de guerre qui mettent l’accent sur la stratégie, nous avons tous la chance de nous mesurer à d’autres personnes, sans arbitrage et avec des enjeux suprêmes. Apprendre les règles du jeu, en découvrir les subtilités et remporter la victoire, en s’adaptant continuellement aux stratégies des adversaires. C’est pour cela qu’on aime regarder les sports de haut niveau, et c’est pour cela qu’on aime jouer aux jeux de stratégie militaire.

Les jeux de guerre, lorsqu’ils sont bien développés, misent donc principalement sur l’aspect stratégique des confrontations. Ils apportent un contexte historique ou parfois imaginaire, et introduisent un cadre de règles et limites au sein duquel nous apprenons à évoluer, à combattre et à vaincre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here