Paris St-Germain – un statut de grand d’Europe à assumer

Dominateur comme jamais en Ligue 1, le Paris St-Germain est bien moins impressionnant dans le groupe de la mort en Ligue des Champions.

Détenteur d’un nouveau record national au terme de 14 journées de championnat, tous les regards sont désormais tournés vers le PSG avec sans cesse la même question : « Quand arrêtera donc la série de victoires du champion en titre ? » qui possède désormais 15 points d’avance sur son dauphin. Cette formation, portée par un duo Neymar-Mbappé semble s’imposer comme l’une des meilleures attaques en Europe actuellement, à tel point que le coach Tuchel a décidé de se passer des services de son buteur phare uruguayen lors du coup d’envoi de la 4e journée de Ligue des Champions dans le bouillant San Paolo (et ce malgré le premier retour officiel d’« El Matador » plus de 5 ans après son transfert au PSG).

Concernant l’épopée parisienne dans la course à la fameuse « Coupe aux Grandes Oreilles » depuis l’arrivée aux commandes des Qataris en 2011, et suite à ses nombreuses aventures et dates marquantes, trois saisons de LDC se doivent de retenir notre attention : trois rendez-vous au cours desquels Paris aurait pu et aurait dû inverser la tendance.

Tout d’abord, durant la dernière année de présence de son géant suédois (2015-2016) qui les aura tant portés depuis son arrivée en 2012 : Paris hérite de Manchester City en quart de finale ; adversaire qui semble à première vue largement à la portée des Parisiens. Cependant la physionomie du match sera différente, car Zlatan Ibrahimovic connaît une soirée noire avec d’énormes ratés et cet affrontement aller-retour se soldera par un éclair de génie de Kevin De Bruyne ne laissant aucune chance à Sirigu et aux Parisiens.

Ensuite, la saison 2016-2017 lorsque Paris se voit confronter à son cauchemar de la LDC depuis l’arrivée des Qataris : le FC Barcelone. Toutefois face à cette montagne de talent, Paris créée la surprise au match aller en venant étouffer les Espagnols 4 à 0 et en se mettant dans une position plus que favorable pour le retour. Mais la planète football le sait bien, rien n’est simple quand il s’agit d’éliminer la bande à Lionel Messi, qui plus est dans leur stade mythique du Camp Nou. Les Parisiens sont menés 3 à 0 au bout de 50 minutes de jeu et les blaugranas veulent forcément y croire. C’était sans compter sur Cavani qui à la 62e minute venait mettre fin (pour un temps) aux espoirs barcelonais. La suite du match fait certainement parti des soirs d’or de la Ligue des Champions où chaque passionné de football se doit d’être devant sa télé pour assister à la dernière demi-heure et plus particulièrement aux 5 dernières minutes d’un joueur : Neymar, qui à cette époque faisait encore les mauvais jours des Parisiens.

Pourtant, le PSG a eu l’occasion de tuer le match quelques minutes après le but de Cavani, et ainsi d’éliminer un des cadors européens, mais l’Uruguayen dans un excès de confiance et certainement de décontraction venait de rater son face à face et dans le même temps de mettre un terme à l’aventure européenne de son équipe. En effet, après avoir obtenu et transformé un coup franc somptueux à la 88e minute, Neymar venait dans le temps additionnel de transformer un penalty obtenu par la roublardise de son coéquipier Suarez, face à un Marquinhos naïf et trop engagé. C’est alors que pendant une poignée de minutes, le Camp Nou tout entier avait retrouvé de la voix, en poussant ses joueurs à aller chercher un exploit. Cette délivrance est survenue par l’intermédiaire du jeune Sergi Roberto sur un ultime coup franc barcelonais mal renvoyé par la défense parisienne, orchestré une nouvelle fois par le talent et la patte de Neymar, qui venait par la même occasion perpétuer la malédiction de Unaï Emery lui qui n’avait jamais gagné au Camp Nou avec Séville.

Enfin, le rendez-vous de l’année dernière a encore montré aux Parisiens que même les transferts de Neymar et Mbappé avaient certaines limites. Pour leur défense, hériter du double champion en titre n’était certes pas un cadeau, mais à ce moment-là de la compétition le Real Madrid connaissait des heures compliquées. Encore une fois, le caractère, l’expérience et surtout l’envie d’une équipe a prouvé que dans le football tout était possible en dépit de l’état de forme du moment. Même si Rabiot avait ouvert la voie à ses coéquipiers, rien n’a pu empêcher le navire parisien de sombrer et par la même occasion d’entraîner l’éviction quasi certaine, en fin de saison, de son coach.

À la suite de ces échecs, Paris se doit donc de redresser la tête et d’aller chercher une première demi-finale tant attendue sous l’ère qatarie. Le plus grave dans ces résultats négatifs réside dans le fait que ce sont le plus souvent les caractères, les attitudes des Parisiens qui dérangent, comparés à leur niveau de jeu. À l’image de ce début de campagne à Anfield ou au match aller contre Naples où l’on observe un repli défensif quasiment inexistant des 3 attaquants, que Paris peine à vendanger des points et que cette équipe doit s’en remettre le plus souvent au talent individuel (à l’image de Di Maria contre Naples), et ce malgré la kyrielle de stars présentes sur le terrain à chaque début de rencontre.

Alors oui leur domination nationale est irréfutable et Paris sera certainement une nouvelle fois champion de France, cela ne fait aucun doute, mais cette équipe dispose-t-elle du caractère nécessaire pour aller chercher plus qu’un simple quart de finale de la Ligue des Champions ? Cela passera par une remise en question, l’analyse de certaines attitudes et très certainement une remobilisation générale de toute l’équipe comme nous avons pu le constater durant les 45 premières minutes du match retour à Naples. Le plus dur ne fait que commencer pour les Parisiens dans le « groupe de la mort » et un résultat avec la manière sera évidemment attendu pour la réception du vice-champion en titre au Parc des Princes pour le compte de la 5e journée. Cela sera certainement l’ultime test des Parisiens qui se doivent de relever la tête et d’envoyer un signal fort à toute l’Europe face à la troupe de Mohamed Salah.

Photo By: Nike, Montage La Sueur
1 Discussion on “Paris St-Germain – un statut de grand d’Europe à assumer”
  • Hello ! Le Paris Saint-Germain fait sans doute partie des meilleurs clubs d’Europe, mais il a encore quelques lacunes à combler pour enfin gagner la C1. Le talent est là, mais cette équipe manque cruellement de sens du sacrifice.

Leave A Comment

Your email address will not be published.