Max Holloway UFC celebration

Champion featherweight UFC, Max Holloway va tenter de défendre sa ceinture face à Frankie Edgar. Une victoire confirmerait encore un peu plus son statut.

Battu par Dustin Poirier en avril dernier, le roi Max Holloway revient dans son royaume. Le champion featherweight va tenter de défendre sa ceinture face au vieux briscard Frankie Edgar. Au-delà de maintenir sa domination sur la catégorie, Mad Max doit effacer sa récente défaite des mémoires.

Sur une série de 13 victoires consécutives avant l’UFC 236, le Hawaïen avait le record en ligne de mire. Désormais, il repart à zéro. Alors qu’une montée définitive chez les lightweights semble inéluctable, Holloway peut encore nettoyer sa catégorie naturelle. Après les Stephens, Swanson, Lamas, Aldo (deux fois) et Ortega, s’offrir Edgar aurait des airs de cerise sur le gâteau. Ensuite, ce sont Volkanovski et Magomedsharipov qui l’attendront. Il y aura toujours un autre challenger.

« Anthony Pettis, ancien champion lightweight : check. José Aldo, ancien double champion featherweight : check, check. Brian Ortega, considéré comme le futur de la division : check. S’il y a quelqu’un d’autre : venez me défier. »

Porteur de ceinture depuis 2016, « Blessed » a réussi l’exploit de finir José Aldo par deux fois ! Incapable de tenir le rythme effréné de son adversaire, le Brésilien craqua au troisième round lors des deux affrontements. Brian Ortega, vu comme le favori par les bookmakers et invaincu en carrière, s’est lui pris une véritable raclée en décembre dernier. Contre Poirier, Holloway a été dépassé physiquement. La différence de poids entre les deux hommes s’est vue et le manque de puissance s’est avéré trop important. La prochaine fois qu’il montera, Max prendra le temps afin de gagner en muscle. Pour le moment, l’heure est aux affaires courantes.

Si l’affiche et les enjeux sont moins prestigieux que lors de sa dernière sortie, Blessed doit faire le job à l’UFC 240… et montrer qu’il appartient à la classe des plus grands. En effet, les plus grands champions se doivent de briller en tout temps. D’Alves à Penn, St-Pierre a su nettoyer sa catégorie. De Smith à Cormier, Jones réussit à tuer dans l’oeuf, tout embryon de concurrence. Holloway, qui est redevenu humain en avril dernier, doit maintenant balayer les doutes. Après tout, il est, pour reprendre les mots de Frankie Edgar : « aux portes du statut de plus grand featherweight de tous les temps. » Aux portes seulement ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here