Festival d’Anjou 67e – L’Affaire de la rue de Lourcine

C’est enfin parti pour la 67ème édition du Festival d’Anjou avec ouverture L’Affaire de la rue de Lourcine !

La première devait avoir lieu lundi, puis mardi… Nous voici  donc à mercredi avec L’Affaire de la rue de Lourcine !  La pluie nous a privés d’ « Ivo Livi ou le destin d’Yves Montand,» spectacle inédit d’Ali Boughebara et de Cristos Mitropoulos, qui devait se produire pour la première fois au Festival d’Anjou. Nous la retrouverons certainement à l’affiche d’un théâtre parisien et en tournée à la rentrée de septembre en séance de rattrapage. Une pensée solidaire pour toute l’équipe du spectacle !

Le grand rendez-vous annuel du théâtre de l’Ouest a enfin pu commencer hier, mercredi, dans le cadre magnifique du Château du Plessis-Macé près d’Angers. Avec une belle affaire ! Celle de la Rue de Lourcine d’Eugène Labiche ! Finalement, un vaudeville pour faire oublier la grisaille côté météo et côté actus, ça tombe bien ! Au début, les acteurs semblaient tout intimidés de cette mission d’ouvrir le festival qui leur incombait sans qu’ils l’aient voulu. Et puis la mécanique du vaudeville s’est mise en route et ils n’y ont plus pensé pour nous régaler « au Labiche ».  Les portes qui s’ouvrent,  qui se referment, qui claquent, les quiproquos, les dérapages, les rebondissements et les situations grivoises n’ont pas manqué  à l’appel.  Nous avons commencé par trouver au lit le bourgeois Lenglumé et son compère Mistingue. Puis les voir peu à peu basculer dans un vrai cauchemar dans lequel ils avaient endossé le costume d’assassins et les accompagner dans les mille et une manières d’en sortir !

Patrick Pelloquet , à la mise en scène, entouré d’une belle brochette de comédiens fait son affaire de cette Affaire.  Les comédiens font appel à toute la palette de leur jeu, tour à tour, chanteurs et danseurs, voire acteur, dans des scènes qui rappellent le cinéma muet. La musique tient un rôle important. Elle est de toutes les époques pour donner du rythme à la mise en scène et accompagner les situations rocambolesques de ce vaudeville.

Merci pour ce bon moment de théatre et rendez-vous ce soir aux Arènes de Doué la Fontaine pour Irma la Douce, mise en scène par le directeur artistique du Festival, Nicolas Briançon ! Si la pluie attend comme hier soir la fin du spectacle pour commencer à vraiment tomber…

By LDC

Photo By: 2016.festivaldanjou.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.