Le 19 novembre dernier, l’américain Andre Ward (33ans, 31-0, 15 KO) affrontait le russe Sergey Kovalev (34ans, 30-1-1, 26 KO) au T-Mobile Arena de Las Vegas.

Après avoir été expédié au tapis à la deuxième reprise par celui que l’on surnomme « The Krusher », « The Son Of God » lui a tout de même ravi ses trois joyaux mondiaux WBA, WBO et IBF par décision partagée (114-113, 114-113, 114-113).

En acceptant un combat revanche, Andre Ward a remis au goût du jour l’adage « c’est dans les vieux pots qu’on fait la bonne soupe ». La trentaine passée tous deux, mais au sommet de leur art, on pourrait bien avoir un des combats de l’année ce week-end malgré peu de retentissements en France, à mort le buzz. Pas convaincus ? On va tenter de vous faire changer d’avis pour que vous programmiez un réveil dans la nuit de samedi à dimanche.

Andre Ward a été envoyé pour la première fois de sa carrière au tapis, première et dernière ?

« Ce soir-là, Je n’étais pas dans ma forme de destruction habituelle. » Sergey Kovalev va donc mettre les bouchées doubles pour, en plus de réitérer l’exploit, faire en sorte que l’américain ne se relève pas cette fois-ci ; surtout lorsque l’on sait que sur ses 30 succès, 26 se sont terminés par K.-O. 

Preview Andre Ward vs. Sergey Kovalev – Guerre Froide 2.0

Après l’arroseur arrosé, le cogneur cogné ?

À trop chercher le knock-down, le rouleau compresseur Kovalev ne va-t-il pas lui-même se mettre en danger et possiblement se faire contrer durement par le fin tacticien Ward? Scénario plausible, car forcément le russe devra aller de l’avant pour espérer reprendre ses titres mondiaux. Pour rappel, c’est au challenger d’être le plus actif, autrement dit dans le milieu pugilistique « de faire le combat ».

114-113 pour les trois juges, une fois, mais pas deux ?

Si l’issue de leur première rencontre a été jugée dans un « mouchoir de poche », on peut être certain que les deux boxeurs vont œuvrer, si le combat atteint son terme,  afin de  faciliter le travail des juges avec la volonté de l’emporter sur l’autre de manière claire, nette et précise ; quitte à se mettre en danger pour aller chercher le coup qui marquera les esprits à chaque reprise.

Spectacle assuré, tout bon pour nous ! Si notre bla-bla ne vous a toujours pas convaincus, les highlights parlent d’eux-mêmes. Réalisé par HBO Boxing, ce retour en arrière et ce clap de fin  ont excité nos papilles, à la manière de Jean Reno dans les Visiteurs : « Ces amuses bouches m’ont mis en appétit ! ». Choc à suivre en direct sur L’EQUIPE 21 à 3h00.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *