UFC 229 Las Vegas

Alors que le monde du sport est à l’arrêt, pour les sports de combat, et notamment la boxe anglaise, les conséquences pourraient être dramatiques.

Dans les sports de combat comme la boxe anglaise ou le MMA, les sportifs ne sont payés que s’ils combattent. Contrairement au football ou au basket (hors contrat de sponsoring), un salaire n’est pas versé mensuellement. Alors que le coronavirus à geler la très grande majorité des manifestations sportives, les combattants peuvent se retrouver dans des conditions financières compliquées. Un champion du monde, touchant des millions sera évidemment à l’abri du besoin, mais le prospect touchant 10 000$ par combat, ou celui qui avait un combat de prévu en mars-avril peut être dans une situation assez inconfortable.

En chiffres, les sommes engagées sont extrêmement importantes. Deux athlètes de boxe anglaise et de MMA ont récemment été affectés par le coronavirus. Artur Beterbiev par exemple, champion du monde WBC et IBF light-heavyweight, a dépensé 50 000$ pour son camp d’entraînement. Alors que son combat est reporté jusqu’à nouvel ordre, il ne reverra jamais cette somme. Certes, il touche des centaines de milliers de dollars à chaque combat, mais c’est une perte importante.

À l’UFC, Anthony Smith doit affronter Glover Teixeira ces prochaines semaines. Malheureusement, son combat est aujourd’hui en danger. De son propre aveu, chaque camp d’entraînement lui coûte « en moyenne 20 000$ ». En cas de report du combat, il devra à nouveau dépenser cette somme… pour un salaire identique. Parmi les meilleurs au monde dans sa catégorie, Anthony Smith devrait évidemment s’en sortir financièrement… Ces deux exemples permettent de mettre en exergue les sommes engagées par les athlètes en amont de leurs combats. Même à des niveaux inférieurs, les camps d’entraînement sont très onéreux. Entre coachs, nutritionnistes, préparateurs physiques et partenaires d’entraînement, c’est toute une équipe qu’il convient de rémunérer.

Pour Eddie Hearn, dirigeant de Matchroom Boxing et promoteur d’Anthony Joshua, cette pause forcée, à cause du coronavirus, pourrait bien être terrible pour certains boxeurs.

« Le coronavirus va avoir un impact énorme sur toutes les entreprises, en particulier la boxe. Si cela se prolonge jusqu’en septembre, octobre, novembre, décembre, nous aurons des combattants qui n’auront pas boxé cette année. Les combattants du haut de niveau iront bien, mais les combattants qui arrivent, ceux qui commencent leur carrière ou ceux qui n’ont pas de contrat de sponsoring seront confrontés à de problèmes. »

« Ils devront abandonner la boxe et trouver un emploi, et c’est navrant pour quelqu’un qui essaie de vivre ses rêves. S’il n’y a pas d’événements, les entreprises ne font pas d’argent et les athlètes ne reçoivent pas de salaire. Nous verrons beaucoup de combattants de niveau moindre devoir abandonner la boxe, car il n’y a pas de salaire. » 

Le dirigeant sait aussi que le coronavirus n’infectera pas que la boxe anglaise : « Nous ne voulons pas que les gens quittent le sport, nous voulons qu’il y ait plus de meilleurs combattants. Regardez les Jeux olympiques, ces gens ont trimé pendant quatre ans pour réaliser leur rêve et se battre à Tokyo. Il n’y a aucune chance que ces Jeux olympiques aient lieu, alors que vont-ils faire ? Nous allons avoir un remaniement complet de chaque sport. »

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here