F1 2018 – Pôle position sans concurrence

On a testé la simulation star de Formule sur PlayStation 4 : F1 2018. Un nouvel opus de haute volée pour codemasters.

21 ans que je n’avais pas joué à un jeu de F1. Alors oui forcément, lorsque l’on passe de Formula One sur PlayStation à F1 2018 il y a comme une histoire à réécrire. Une mise à jour s’est donc imposée et je ne vais pas vous mentir, l’update est toujours en cours. Après plusieurs séances d’essai, des grands prix et le mode carrière, où j’ai peu brillé, retour sur une simulation exigeante.

Les sensations

Celles et ceux qui ont déjà joué aux précédentes versions prendront mes propos pour des banalités sans nom, mais la sensation de conduite est tout bonnement surprenante. Nous sentons vraiment la lourdeur du véhicule et le moindre mouvement brusque du stick analogique et c’est le dérapage direct. Une version VR aurait été excellente au passage et aurait enfoncé le clou ! Durant une course vous pouvez absolument tout gérer puisque vous êtes en lien permanent avec votre staff technique. La reconnaissance vocale fonctionne et vous permet de poser des questions et de gérer votre course alors faut-il être équipé du matériel adéquat bien entendu.

L’immersion est totale et le ressenti à son maximum pour peu que vous ayez un casque et c’est l’extase. Les doublages en VF sont de bonne qualité excepté dans le mode carrière, mais j’y reviendrai. Du côté gameplay, il n’y a franchement pas grand-chose à redire. Personnellement, il m’a fallu un bon petit temps d’adaptation pour maîtriser ma voiture, mais dès que vous prenez les choses en main, c’est du bonheur.

J’ai découvert la fonction “flashback” qui, en gros, vous permet de revenir à un moment précis de la course, généralement avant que vous n’ayez eu un accrochage ou un accident. Cette fonction peut être pratique surtout lorsque vous gérez une course impeccable, mais que vous arrivez tout de même à vous planter comme un as (je parle pour moi là).

Les dégâts sur la voiture sont bien apparents et souvent, au moindre choc c’est passage par les stands obligé surtout si vous faites les Grands Prix dans leur intégralité.

Une carrière à gérer

Outre les modes classiques du style : Grand Prix, entraînement, etc… avec la possibilité de conduire des voitures contemporaines et rétro, le plus gros du morceau reste le mode carrière. Véritable colonne vertébrale du jeu, il vous demandera de nombreuses heures de jeu pour parvenir à vos fins et devenir le plus grand des champions.

Ce mode m’a convaincu, malgré quelques petites réticences au niveau de la mise en scène. Après avoir créé votre avatar, l’ensemble du jeu se déroule à la première personne. Vous aurez ainsi l’occasion de rencontrer la presse à de nombreuses reprises. Vos réponses forgeront votre profil et sachez que selon l’écurie que vous choisissez, ces dernières peuvent plus ou moins satisfaire votre staff.

Bien que l’ensemble soit bien orchestré, les doublages sont vraiment moyens et les lèvres bougent seules et ne sont pas synchronisées avec les dialogues. Dommage. Cela donne un côté artificiel à l’ensemble. Votre écurie sélectionnée, vous aurez des objectifs à remplir, des mails à lire et tout un arbre de compétences à compléter afin d’optimiser au mieux votre véhicule et ainsi devenir le meilleur du circuit.

Chaque participation à des essais libres, qualification et bien entendu Grand Prix vous feront gagner des points que vous pourrez ensuite dépenser en paramétrant votre voiture. Arriver au sommet vous prendra du temps (beaucoup) surtout si vous souhaitez peaufiner votre véhicule comme vous l’entendez.

En comparaison avec FIFA versus PES, F1 2018 n’a aucun concurrent en face et peut donc se tarir d’être la meilleure simulation de Formule 1 sur le marché. Néanmoins, prudence a bien peaufiner les quelques détails qui gravitent autour des courses comme l’ambiance dans les tribunes par exemple. Les spectateurs ressemblent à des pièces en carton à taille humaine parfaitement rigides. Cela fait un peu moyen pour un jeu sortant en 2018.  A l’inverse, les voitures sont sublimes, les circuits fidèlement reproduits et la vision cockpit est un pur régal. En ce qui concerne le reste, F1 2018 se positionne clairement en numéro 1 et c’est une pôle position que l’on ne peut pas lui retirer. Note : 7,5/10

Mister Baddack

Mister Baddack

Monsieur Sports de Combat chez La Sueur
Mike Tyson, MMA & Café
Mister Baddack
Photo By: Codemasters

Leave A Comment

Your email address will not be published.