Festival d’Anjou – Irma la Douce

Ma soirée avec Irma la Douce au Festival d’Anjou !

Quel plaisir de retrouver Nicolas Briançon en tant que directeur artistique du Festival pour nous présenter le spectacle mais surtout pour la mise en scène d’Irma la Douce, comédie musicale créée à Paris en 1956 à partir d’une courte pièce d’Alexandre Breffort.

Voici un spectacle monté avec brio et enthousiasme ! Nicolas Briançon a fait appel à de magnifiques comédiens, qui sont aussi chanteurs et danseurs.  Nicole Croisille est plus vraie que nature dans son rôle de « Maman » , tenancière du bordel QG de toutes les filles et de tous les marloux du coin. Elle est incroyable de gouaille et de dynamisme. C’est elle qui nous raconte l’histoire d’amour romanesque pleine de rebondissements et de lyrisme d’Irma la prostituée et de Nestor le titi parisien. Ce sont Marie-Julie Baup et Lorant Deutsch  (mari et femme à la ville) qui donnent corps et voix avec talent à ces deux personnages. Ils sont entourés d’une troupe de comédiens qui changent de rôles au fil de l’histoire. La scène du bagne restera dans les mémoires pour la chorégraphie  de Karine Orts et la prestation d’Andy Cocq dans le rôle de la Douceur. La musique de Marguerite Monnot (compositeur de nombreux succès pour Edith Piaf : Milord, la vie en rose, l’hymne à l’amour,…) n’a pas pris une ride, jouée par Jean-Luc Pagni à la direction d’orchestre et à la basse, Marc Benhammou au piano, Aurélien Noël à l’accordéon et Christian Orante à la batterie. Gérard Daguerre a fait merveille dans ses arrangements musicaux. Il faut également saluer la qualité des décors de Jacques Gabel qui nous ont transportés des rues de Pigalle à Paris au bagne de Cayenne en passant par la forêt tropicale.

La scène des Arènes de Doué a parfois semblé trop petite pour contenir toute la troupe et supporté tous les décors. C’est pourquoi les comédiens ont agrandi l’espace scénique en évoluant parmi le public à son grand bonheur. Pour couronner le tout, la pluie s’est mise entre parenthèses le temps de la soirée.

Je ne peux que vous recommandez ce spectacle à retrouver ce soir et demain aux Arènes de Doué la Fontaine ! Pour rappel il a été donné au Théâtre de la Porte Saint-Martin à Paris de septembre 2015 jusqu’en janvier dernier et nommé aux Molières 2016 dans la catégorie meilleur spectacle musical.

Les prochains spectacles à l’agenda de LDC sont Mme Bovary d’après Gustave Flaubert et le Roi Lear d’après William Shakespeare dans le cadre du Festival d’Anjou lundi 20 juin !

Par LDC

Leave A Comment

Your email address will not be published.