Boxe – Le Cubain Guillermo Rigondeaux et le Philippin John Riel Casimero se rencontreront ce samedi pour disputer le titre WBO de la catégorie bantamweight. Rigondeaux mettra également en jeu son titre de champion WBA (Regular) de la même catégorie.

Conditions : Revenant après plus d’un an d’absence, Guillermo Rigondeaux est à présent sur une série de trois victoires consécutives, la dernière contre le Vénézuélien Liborio Solis. De son côté, John Riel Casimero est sur un momentum assez impressionnant, puisqu’il n’a pas perdu depuis presque quatre ans et a enchaîné pas moins de 6 victoires avant la limite, dont une à l’encontre du Sud-Africain Zolandi Tete.

Au-delà de ces statistiques, il convient de rappeler que Guillermo Rigondeaux a aujourd’hui plus de 40 ans et une longue carrière derrière lui, tant en amateur (475 combats amateurs, 2 titres olympiques) qu’en professionnel (20-1-1). À 31 ans, John Riel Casimero (30-4) est en plein dans son prime et semble s’être stabilisé dans la catégorie bantam, après avoir longtemps évolué dans les catégories inférieures (light flyweight, flyweight et super flyweight).

Résumé : Il s’agit d’une confrontation de haut niveau entre l’un des plus grands boxeurs de la catégorie (l’Histoire rendra un jour justice à Rigondeaux, foi de Polydomso !) ayant depuis quelques années entamé la phase descendante de sa carrière, et un action fighter qui a récemment perfectionné son jeu et qui est actuellement au top de sa forme (tant du point de vue technique que de ses capacités physiques).

La rencontre promet d’être épique et violente en ce qu’elle oppose, un as des contres et du déplacement (Rigondeaux) à un puncher agressif misant sur la prise de risque et sur une haute fréquence d’attaques (Casimero).

El chacal est l’un des boxeurs les plus cruellement sous-estimés de la catégorie, la faute un rythme de combat erratique, une absence de promotion médiatique et une défaite assez humiliante face à Vasyl Lomachenko.

Cette sous-appréciation paraît délirante lorsqu’on la confronte aux accomplissements du Cubain. En effet, Guillermo demeure l’un des meilleurs boxeurs amateurs de tous les temps ainsi qu’un excellent champion professionnel ayant surclassé l’intégralité de ses adversaires, ne s’inclinant que devant une autre légende de la boxe et, qui plus est, dans une catégorie supérieure à la sienne.

Dans les faits, Rigondeaux est un boxeur southpaw maîtrisant à la perfection l’art des déplacements défensifs (tant au niveau du footwork que des mouvements de buste), le travail de prise de distance et de contrôle du bras avant et disposant de contres vénéneux capables de venir à bout ou de dissuader la plupart de ses adversaires. À la fois styliste et puncher, El Chacal a su prendre le meilleur de la boxe cubaine (déplacements en in and out, jeu du bras avant, contres) et Américaine (mouvements de tête, déplacements latéraux, rapidité de combinaison). En réalité seuls l’âge et un éventuel déclin physique constituent des inquiétudes concernant son niveau actuel.

SUR LE MÊME SUJET :

John Riel Casimero est un boxeur puncher agressif disposant d’un style divertissant et d’une mentalité de guerrier qui tranche avec celle de son actuel adversaire. Ayant évolué dans plusieurs catégories, et réussi à décrocher des titres mondiaux dans ces dernières, Casimero n’a attiré que récemment l’attention sur lui.

Cet intérêt soudain est en partie dû à son statut de champion WBO des bantams mais s’explique surtout par son enchaînement de victoires par KO depuis juillet 2018 (6 victoires avant la limite). Il apparaît que Casimero a enfin réussi à développer le style correspondant à sa physicalité, trouvant un équilibre entre agression constante (haut volume d’attaques), prises de risque ponctuelles (recherches d’angles originaux dans ses combinaisons) et maintien d’un minimum défensif (emploi d’une garde en philly shell lors des phases d’agressions de ses adversaires) lui assurant des victoires spectaculaires.

Parmi les incongruités de son style, il convient de mentionner ses explosions en shift/uppercut du bras arrière lui permettant de surprendre bon nombre de ses vis-à-vis lors des phases d’échanges à mi-distance (passant d’orthodoxe à southpaw lors de l’envoi de l’uppercut du bras arrière, Casimero poursuit sa combinaison dans une autre garde, acquérant ainsi un angle d’attaques inédit sur son adversaire). Ce style d’agression implique néanmoins de se découvrir régulièrement ce qui pourrait éventuellement l’exposer lors de ses phases d’attaques, et ce à plus forte raison face à l’un des meilleurs contreurs de la catégorie.

Casimero subira également un désavantage tant en taille qu’en allonge qui pourra s’avérer problématique considérant les capacités de déplacements et de travail du bras avant de Rigondeaux.

Le match up apparaît favorable à Rigondeaux qui aura en face de lui un adversaire cherchant à lui mettre la pression et se découvrant pour dérouler son jeu d’attaques. Toutefois, l’état actuel du boxeur cubain reste soumis à un aléa (ses dernières sorties ayant été bien plus difficiles que prévu) ce qui est loin d’être le cas pour Casimero qui demeure sur la meilleure forme de sa carrière.

Pourquoi regarder : Parce que Rigondeaux est une légende, parce que Casimero amène du chaos et de l’action dans chacun de ses combats et parce que les stratégies et tactiques employées par ces deux combattants sont très rarement aussi maîtrisées en MMA.

Partager cet article

Crédits photosGuillermo Rigondeaux / Instagram
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Donsalinas

    Très bon résumé de la situation. Peut-être un bémol sur le money fight vs Adesanya : ce dernier s’étant fait dominer par le champion mi-lourd, cela a mis un terme à un éventuel money fight vs Jones. Même si Jones était déjà monté en lourd, il aurait fait ce money fight si Adesanya avait été double champion.

    Répondre
  2. Martinelli

    Jones ne combattra plus, il a peur. Et de plusieurs choses d’ailleurs. De perdre son invincibilité, de se prendre un k.o etc.
    C’est cousu de fil blanc.
    Mais il continu à faire croire .
    Un peu comme quand il raconte qu’il ne se dopait pas.

    Répondre