Brock Lesnar vs. Alistair Overeem – duel titanesque

Lesnar vs Overeem, l’UFC nous avait prévenu, « It doesn’t get bigger than this ».

UFC 141, le vendredi 30 décembre 2011, l’Ultimate Fighting Championship s’apprête à être l’hôte d’une bataille unique entre deux phénomènes physiques alors dans leur prime: Lesnar vs Overeem.

D’un côté Brock Lesnar, le guerrier Viking, son mètre 91 et ses 130 kilos (oui, oui, le mec doit cuter pour pouvoir combattre chez les lourds), de l’autre Alistair « The Reem » Overeem, son mètre 93 et ses 116 kilos.  Le premier est un ex-champion poids lourd en reconquête, et l’autre fait son entrée dans la prestigieuse organisation à 31 ans après avoir tout raflé dans les autres. Dana White peut se frotter les mains, le Hype est là. C’est aussi et surtout une opposition de style entre d’un côté un lutteur ex-champion NCAA et de l’autre un striker en la personne d’Overeem AKA Demolition Man (oui le mec a les deux surnoms les plus stylés du game dans son entièreté).

Éloigné de l’octogone pour cause de diverticulite du sigmoïde (et tout est dit) pendant plus d’un an, Lesnar reste sur une défaite face à Cain Velasquez par KO au premier round en octobre 2010. Après avoir défendu avec succès son titre chez les lourds, l’enfant du Minnesota doit s’incliner face à un adversaire plus mobile, plus léger et surtout plus technique debout. Alistair est donc le test ultime pour se relancer.

Lesnar vs Overeem

Overeem justement, à cette époque est un phénOooooooooomène, un mOOoooooonstre sous TRT. La « Testosterone Replacement Therapy » était une pratique répandue dans le MMA avec des adeptes comme Rich Franklin, Chael Sonnen ou, le plus connu d’entre tous et le cas le plus éloquent, Vitor Belfort.

La parenthèse Belfort du jour :

Engagé à 20 ans par l’UFC, Belfort en a aujourd’hui 39. On peut donc parler d’un des plus gros vétérans du circuit toutes catégories confondues. Et jusqu’au bannissement de la TRT en février 2014, il en était un des plus gros consommateurs. La TRT vous permet pour faire simple de vous entraîner plus longtemps et dope vos performances physiques (ce qui dope le mental par ricochet), c’est pourquoi à 36 ans à l’époque, Vitor affichait le corps et les perfs d’un mec de 22 ans, associé à plus de 15 ans d’expérience au plus haut niveau. Belfort étant en plus naturellement talentueux et sur-agressif,  vous commencez à imaginer le MONSTRE que c’était à l’époque. Pendant Bisping-Rockhold-Henderson (3 KOs), nous avons probablement été témoins du combattant le plus dangereux et efficace de tous les temps.

Lesnar vs Overeem

Vitor Belfort pendant et après la TRT…

Mais une fois la TRT proscrite, la descente fut tout aussi spectaculaire. Son corps se transforma en ruine et même la forme de son visage changea. D’un petit light-heavyweight il passa à un gros welterweight niveau physionomie, et les performances furent aussi désastreuses que la débâcle physique le laissait deviner, il fut dominé par Chris Weidman pour son premier combat après l’épisode « TRT illégale », et s’est récemment fait manger par Ronaldo Souza (il a entre-temps mis KO Henderson, mais qui était exactement dans le même cas que lui).

 

Enfin bref, Übereem était le genre de gars capable de tellement faire kiffer une ring girl qu’elle se laisse aller à fantasmer sur son corps pendant la pesée. N’allez pas croire que le mec est juste une montagne de muscle sans les skills qui vont avec. Il arrive à l’UFC avec le bagage le plus impressionnant qui soit pour un poids lourd. Champion de kickboxing au K-1, il a également remporté les titres au Dream et au Strikeforce, signé en septembre 2011 par l’UFC. Il arrive pour littéralement tout niquer. Avant le combat, l’impertinent balance d’ailleurs « First or second round, I promise ». Autant vous dire que quand on lance ça avant de combattre le Brock, il vaut mieux assurer derrière sous peine de se faire « Frankmiriser » la gueule (je préfère vous prévenir, ne regardez pas ce combat au travail, NSFW).

Overeem commença patiemment, se tenant à distance de l’imposant wrestler et d’un éventuel takedown, qui ne se concrétisa jamais. Après une tentative manquée d’overhand du droit du hollandais qui ne profita pas à Lesnar. Le Viking répondra par une tentative de takedown des plus timorées donc forcément sans danger. « The Demolition Man » venait de se réveiller et changeait de stratégie, « oublions la tête, concentrons-nous sur le body ». Deux énormes coups de genoux dans le bide en clinch, on sent que le monument Lesnar, dos à la cage, commence à chanceler. 20 secondes plus tard,  Brock dégustera une salade tomates oignons à base, genoux et punches in da face.  Après un dernier superbe middle-kick direction le foie, Lesnar s’écrasera au sol et sera terminé par les poings d’Overeem, impossible de répondre face à cette avalanche de puissance et de technique, Mario Yamasaki doit arrêter le combat. Le néerlandais venait de terminer au premier round, l’ex-champion poids lourd de l’UFC pour son premier combat dans l’organisation Américaine. Une question demeure : pourquoi Lesnar n’a jamais essayé de tirer de son avantage en wrestling sur Overeem avec une malheureuse tentative de takedown ? (La réponse pouvant se trouver dans l’appréhension du clinch mais on ne saura jamais)

Toujours droit dans ses bottes malgré la défaite, Lesnar annoncera dans la foulée sa retraite de l’UFC au micro de Joe Rogan : « This is the last time you’ll see me in the octagon » dira-t-il. L’UFC venait de perdre son plus gros poisson en pay-per-view (rattrapé depuis par McGregor), s’en allant avec un bilan de 5-3. Overeem entrait, lui, par la grande porte.

By Zizou

Photo By: UFC, MMAFighting