Test MLB The Show 18 – Obscur objet du désir

Après FIFA, NBA 2K et NHL, on a eu le plaisir de tester MLB The Show 18. Une simulation qui fera plaisir aux fans.

Football, Basketball, Hockey, Baseball, les années se suivent et les nouvelles moutures des différentes franchises sportives pointent le bout de leur nez dans les bacs chaque année. 2018 ne déroge pas à la règle avec la sortie de MLB The Show 18. Il faut avouer que contrairement au football, NBA ou autre, le baseball n’est pas forcément légion dans nos contrées et la sortie d’un nouveau jeu n’est pas nécessairement synonyme de succès (surtout quand le jeu sort en même temps que Far Cry 5…). Retour sur cette nouvelle version !

Strike One !

Tout comme la franchise des Madden NFL, le jeu est entièrement en anglais. Si vous pensiez avoir des sous-titres ou autre, c’est râpé. Pour celles et ceux qui connaissent les règles et qui connaissent déjà les commandes, cela ne devrait pas poser de problème. En revanche pour les autres, la tâche s’annonce nettement plus ardue. Certes, les tutoriels sont assez didactiques, mais force est de constater que les développeurs n’ont pas vraiment cherché à faire simple. Idem pour les menus. Il vous faudra un certain temps avant de vous repérer.

Strike Two !

Pour ce qui est des différents modes, vous aurez la possibilité de faire une saison régulière, d’incarner un joueur à un poste précis dans Road To The Show ou de jouer à un « FUT LIKE » dans Diamond Dynasty.

Dans ce dernier, vous aurez la possibilité d’obtenir des cartes afin de collectionner des joueurs, et ce dans le but de confectionner la Dream Team de vos rêves. À noter la présence d’un mode « communauté » avec la possibilité d’acheter et/ou de vendre des cartes, objets. Bien entendu, préparez la CB, car rien n’est gratuit dans le monde du rarissime.

Ce qui est extraordinaire avec cette licence c’est qu’elle est parfaitement complète (licences, modes de jeu, etc…) mais presque inaccessible pour les novices ou les débutants. Par exemple, le mode Road To The Show est scénarisé (beaucoup moins que dans FIFA certes, mais tout de même). Les conversations avec les managers sont uniquement en anglais (bonjour lorsque l’on parle tactique…) et les menus ne sont pas pratiques du tout.

Nous retrouvons également le fameux Derby Home Run où le but est de faire le plus de home-run possible, un mode rétro (pas très utile, mais plaisant) et enfin le mode franchise où le but sera de mener votre équipe favorite à la victoire. Dans l’ensemble, le jeu est très classique dans sa proposition, mais peut se révéler être une petite mine de trésor pour celui qui la découvre pour la première fois.

Strike Three !

Graphiquement, le jeu offre vraiment un beau rendu. Les tenues des joueurs prennent en compte les glissades au sol et tout ce que cela peut engendrer. Les terrains et les tribunes sont fidèlement représentés. On appréciera, d’ailleurs, les différents conseils pendant les matchs même s’ils sont en anglais encore une fois. À noter la possibilité de suivre sa carrière précédemment commencée dans la version 2017 du jeu.

D’un point de vue jouabilité, il vous faudra deux voire trois matchs (et donc 1 heure ou deux de temps de jeu quoi) pour comprendre toutes les subtilités, car entre le batteur, le lanceur, les joueurs sur le terrain, les commandes ne sont bien évidemment pas les mêmes et cela peut vite devenir la guerre.

Strike Out !

Au final, ce MLB Show version 2018 n’est pas un mauvais jeu en soi loin de là, mais l’écart entre la proposition de jeu et les goûts du public européen pour le sport est tellement grand que l’on a du mal à se dire comment ce dernier peut arriver à s’imposer durablement sur les étagères des joueurs. Néanmoins, la richesse du contenu, ses graphismes et son esprit communautaire font de MLB The Show 2018 un véritable Home Run vidéoludique. Note : 15/20

On aime
Le contenu complet
Les graphismes
L’esprit communautaire

On aime moins
Une prise en main complexe
Aucune traduction ou sous-titres

Photo By: EA Sports

Leave A Comment

Your email address will not be published.