Roar, le film le plus dangereux de l’histoire du cinéma

Réalisé par Noel Marshall et sorti en 1981, Roar est un projet complètement fou qui sortira 6 ans après le début du tournage.

Après avoir mené à bien un film en Afrique en 1969 et découvert une maison habitée par des lions, Noel Marshall (The Exorcist) et son épouse Tippi Hedren (The Birds) décident de lancer leur propre projet.

Le pitch : Madeleine emmène ses enfants dans la jungle africaine pour aller voir son mari Hank, dont elle est depuis longtemps séparée. Hank est un scientifique excentrique qui s’est toujours battu pour la défense d’espèces en danger.

Le tournage se déroulera dans le ranch de Noel Marshall à Acton en Californie…pendant 11 ans. Toute la famille vivra ainsi avec quelque 150 tigres, lions, pumas et même 2 éléphants. Ce qui devait être une déclaration d’amour à la nature se transformera en véritable cauchemar.

Pour vous faire une idée, à la sortie du film en 1981, le slogan suivant, véridique sera développé : « Aucun animal n’a été blessé pendant le tournage de ce film. 70 membres de l’équipe l’ont été. »

Ainsi, Jan de Bont, le directeur de la photographie sera scalpé par un lion. Tippi Hedren souffrira d’une fracture de la jambe et sera également scalpé. Elle se fera même mordre au niveau du cou par un lion. Melanie Griffith, la fille de Tippi Hedren, aura même failli perdre un œil et recevra même une opération de chirurgie reconstructrice. Noel Marshall, le réalisateur, sera attaqué tellement de fois qu’on lui diagnostiquera la gangrène.

Finalement, après des inondations, un incendie et des maladies qui réduisirent drastiquement la population féline, la production aura coûté 17 millions de dollars (contre 3 millions de budget initial). Le film ne sortira pas aux États-Unis et ne rapportera que 2 millions de dollars. Plombé par la critique, ce projet d’une vie n’aura pas eu le succès escompté.

Si vous avez l’occasion de voir cette pépite, il faut savoir de nombreuses scènes de blessures réelles ont été gardées à l’écran. Ainsi, il n’est pas rare de voir du vrai sang et lorsque les protagonistes du film paraissent inquiets, c’est parce qu’ils le sont.

Photo By: Drafthouse Films

Leave A Comment

Your email address will not be published.