Boxe – Il y a plusieurs mois, Jake Paul avait exprimé ses velléités, le youtubeur souhaitait ainsi créer un syndicat pour les fighters.

En plus d’avoir fait le buzz avec son arrivée foudroyante en boxe professionnelle, Jake Paul a aussi beaucoup fait parler de lui en matière de justice salariale. Ce dernier reproche souvent à l’UFC de ne pas assez bien rémunérer certains fighters, débutants ou non. Pour celui-ci, beaucoup d’entre eux ne seraient pas considérés à leur juste valeur en terme de rémunération. Si certains grands noms de l’UFC sont d’accord avec ses idées, comme Francis Ngannou et Israel Adesanya, d’autres sont plus mitigés. Par exemple, Alexander Volkanovski et Paddy Pimblett ne semblent pas d’accord avec cette syndicalisation menée par le youtubeur. Notamment, car ce dernier peut paraître un peu étranger au monde du MMA.

S’il y a un homme qui connaît l’adversité que Jake Paul peut engendrer, c’est bien Tyron Woodley. Celui-ci s’est retrouvé sur le même ring que The Problem Child à deux reprises. L’ancien champion welterweight de l’UFC avait d’abord vu son ami Ben Askren se faire mettre KO, avant de lui aussi perdre face à Jake Paul. The Chosen One s’était même fait mettre KO lors de leur rematch à Cleveland. Après avoir quitté l’UFC sur une série de quatre défaites consécutives, les temps sont durs pour Tyron Woodley. Contrairement à Jake Paul, l’ancien champion de l’UFC n’a pas encore de date de prévu pour son éventuel prochain affrontement. De son côté, le frère cadet de Logan Paul sera de retour le 13 août pour affronter un adversaire dont le nom n’a pas encore été révélé. On ne sait pas encore si ce projet de syndicat finira par aboutir.

SUR LE MÊME SUJET :

Non, non et non

Lors de son passage dans le Residency Podcast, Tyron Woodley a tenu des propos chocs. « Je crois que Jake Paul n’est pas le p*tain d’ambassadeur pour le salaire des fighters. Pour moi, si vous n’avez jamais été sous-payé, vous ne devriez jamais être le porte-parole des athlètes sous-payés. Il en est de même vous n’avez jamais connu l’adversité. Si vous n’avez jamais été signé par un promoteur qui contrôlait vos apparitions, vos dates et votre fréquence d’affrontement. Le tout avec des menaces si vous ne vous battez pas… »

L’ancien champion welterweight a affirmé avoir parfois accusé le coup quant aux pressions de l’UFC. Toutefois, ce dernier a aussi insisté sur le fait que cela fasse partie du sport en général. « Pour ma part, on m’avait mis la pression pour mes dernières défenses. On m’avait dit qu’on me retirerait la ceinture si je ne me battais pas. On m’a aussi menacé de me mettre à la porte. C’était la même chose à chaque fois, notamment pour les fights avec Darren Till, Kamaru Usman, Wonderboy. Mais bon. C’est aussi ça le business. »

Partager cet article

SourceResidency Podcast
Crédits photosYoutube / SHOWTIME Sports

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Nemraude

    Purée, j’étais pas au courant de ses possible retrait de titre voir même de l’organisation en cas d’insponobilité. Pas de titre intérimaire pour palier à son absence à l’époque ?!

    Répondre