Dans un monde de kung-fu post apocalyptique, Biomutant est un action-RPG dans un vaste open-world. Vous êtes invités à sauver l’arbre de vie pour éviter la fin du monde et pour cela vous devrez réunir les différentes tribus sous une même bannière pour devenir le guerrier légendaire. La manière pour parvenir à votre objectif dépendra de vos choix (guerre totale ou pacification du monde).

Avec sa direction artistique originale, Biomutant a sa propre identité. Il est disponible en magasin depuis le 25 mai 2021. Rappelons également que le jeu est développé par le studio suédois Experiment 101 (anciens employés du studio avalanche qui ont oeuvré sur les Just Cause) composé de 20 personnes seulement et édité par THQ Nordic.

Un jeu très, trop généreux..

On est sur un double A comme on dit dans le jargon. Le jeu est très ambitieux, mais réalisé par une petite équipe et ne peut atteindre le degré de finition des triples A développé par de grosses équipes et avec des budgets colossaux.

En comparaison, pour AC Valhalla, au total, ce ne sont pas moins de 15 studios et plusieurs milliers de personnes qui avaient travaillé sur le projet.

Ces inspirations sont parfois trop flagrantes : Le menu et le loot similaire à celui de Fortnite, le narrateur similaire à Little Big Planet, l’arbre monde et ses 4 racines à Zelda Breath of the wild, bref les clins d’oeil c’est cool, mais ça doit être subtile…

L’idée d’incorporer un narrateur pour accompagner le récit n’est pas foncièrement mauvaise, mais dans la pratique, ce dernier est bien trop présent. Il peut même être lourd parfois, voir incohérent. Heureusement, il est possible de le faire taire depuis les paramètres.

Le jeu véhicule des valeurs comme l’écologie et la préservation de la biodiversité, mais le narrateur vient casser la profondeur du discours avec un ton  et une voix enfantine et ça c’est vraiment dommage.

Le gameplay par exemple, pendant les gunfight, on peine à sentir les impacts, manette en main. Une attaque spéciale ne se différencie pas d’une attaque basique (pas de vibrations supplémentaires).
En gros, ça manque de punch et quand on dit kung-fu, on s’attend à un truc qui casse la baraque !!!

Le jeu souffre de quelques ralentissements quand on tourne trop vite la caméra dans le jeu.
Il y a la possibilité de passer le jeu en 30 images par secondes au lieu de 60, mais c’est frustrant.

Si vous êtes un adepte des vastes open world ne soyez pas surpris, la distance d’affichage de Biomutant est faible (on ne voit pas loin, les éléments du décor spawn au fur et à mesure que le personnage se déplace).

Bref, tout ça pour dire que le studio a eu vraiment beaucoup de très bonnes idées, mais qu’elles ne sont pas suffisamment développées (faute de moyen humain et financier). Néanmoins, beaucoup de ces petits bugs devraient être rapidement corrigés avec l’arrivée de plusieurs patchs pour « une expérience plus fluide ».

L’univers et le système de progression, les vrais points forts du jeu !

Biomutant a certes de nombreux défauts (et on compare à des jeux triple A rappelons-le), mais pas que.

Son univers c’est LE point fort du jeu, le bestiaire est particulièrement grand et la patte artistique emmène un vent de fraîcheur quant aux ennemis. On se demande toujours « Mais d’où sort cette bestiole, c’est un mélange de quels animaux ? ».

Le jeu est très coloré et ça donne envie de partir dans tous les sens pour le découvrir en long en large et en travers. De plus, l‘exploration est toujours récompensée dans Biomutant : par du loot, des quêtes où des endroits insolites…

Experiment 101 a fait le bon compromis entre les zones verdoyantes à l’extérieur et les zones intérieures sombres (bunkers, tunnels et souterrains). 

Les déplacements rapides sont les bienvenus, car même si l’univers est superbe on ne va pas passer des heures à traverser la map d’un point A à un point B.

SUR LE MÊME SUJET :

Créer son personnage avec une liberté totale esthétique, mais aussi d’aptitudes a rarement été aussi poussé dans un RPG.

Le système de crafting de Biomutant est vraiment intéressant. Il est intuitif et permet vraiment de s’amuser et d’exprimer sa créativité pour crafter des armes blanches et des armes à feu toutes plus farfelues les unes que les autres.
Il permet de fusionner divers éléments ramassés dans des coffres, sur des ennemis, etc. pour créer des armes uniques.

Le gameplay évolue continuellement lors de votre aventure grâce aux aptitudes et techniques que l’on débloque. Il n’y a donc pas de répétitivité dans les phases de combats.

Vous êtes tellement libre dans la progression (niveau de kung-fu, lumière ou côté obscur, aptitudes)  et l’évolution (look, armes) de notre mutant que vous allez très vite vous créer votre propre identité. On n’incarne pas un personnage, on incarne NOTRE personnage, et ça, ça fait la diff’.

Conclusion

Si vous êtes curieux, que vous recherchez une nouvelle licence et que vous acceptez le fait que le jeu n’est pas un AAA (et donc qu’il comporte des défauts notables) alors ce jeu devrait vraiment vous plaire.

En revanche, si vous cherchez LE jeu de l’année, avec un scénario profond, des missions variées et un gameplay aux petits oignons, je vous déconseille Biomutant ou vous risqueriez d’être déçu de votre investissement.

Néanmoins, ce jeu est très intéressant. Il est riche, apporte de nouvelles idées et les thèmes abordés sont d’actualités. Plus les heures de jeux passent et plus le jeu ce révèle intéressant. On a hâte de débloquer les gadgets et de développer son mutant pour lui faire atteindre son plein potentiel.

C’est un jeu coloré dans un monde post apo et c’est assez rare pour être souligné.

N’oublions pas que le jeu est développé par une toute petite équipe et obtenir ce résultat avec seulement 20 personnes et quelques années de développement reste une incroyable performance.

Le studio mérite d’être soutenu, et si le jeu a un succès commercial, un Biomutant 2 devrait pointer le bout de son nez en espérant que les développeurs corrigent les défauts du premier jeu. Partirez-vous à la découverte de cet univers pour sauver l’arbre monde ?

Partager cet article

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *