Après 2 ans d’absence, Assassin’s Creed, la licence phare d’Ubisoft revient sur le devant de la scène. Développé par Ubisoft Montreal, cet opus se veut comme le renouveau de la série. En effet, mélangeant la partie RPG des deux derniers titres et la formule à succès des tous premiers épisodes, Valhalla veut tirer son épingle du jeu pour conclure cette trilogie !

La trame : Eivor, le fils adoptif d’un jarl viking part en Angleterre pour y fonder une colonie

Le but : Faire prospérer sa colonie, former des alliances et agrandir sa renommée.

La discrétion est de la partie (enfin!!!)

Le monde ouvert de Valhalla nous laisse une vraie liberté quand à la manière de mener à bien ses objectifs. Si certains préféreront foncer dans le tas à grand coups de haches, les anciens fans pourront choisir une approche plus élaborée : Se mêler à un groupe de moines pour ne pas attirer l’attention des gardes, s’asseoir sur un banc pour observer leurs rondes, Ramener un ivrogne pour qu’il aille distraire des gardes ou simplement utiliser sa cape et avancer à pas de loup pour retarder le déclenchement de l’alerte par les gardes.

Vous l’attendiez, elle fait son retour :  La lame secrète !

Après 5 ans d’absence (et oui déjà…) le symbole des assassins est bel et bien de retour ! La possibilité de faire des éliminations discrètes et stylés est de nouveau présente dans le jeu pour notre plus grand plaisir.
Pouvoir one shoot des ennemies à la file en se faufilant dans des buissons, depuis des corniches, des tas de foins ou de fleurs fait du bien. Les ennemies les plus costauds peuvent également être éliminés en une seule fois via un système de timing simple.

Un système de progression bien foutu :

Là où les 2 épisodes précédents pêchaient fortement, les développeurs ont écouté la communauté.

Fini le loot à tout bout de chant où on se retrouve avec un inventaire de 150 armes toutes identiques avec seulement des niveaux différents.

Le loot est bien plus restreint tout en restant conséquent.

Des hâches, lances, seax (sorte de glaive),  marteaux, fléaux, grandes épées et boucliers sont de la partie. Le joueur est libre dans son choix pour l’utilisation : Une arme à deux mains, une arme et un bouclier ou bien la façon barbare : une arme dans chaque main ! Il est également possible de changer son équipement en plein combat.

Il en va de même pour le set d’armure qui est en 5 partie : Le casque, le buste, les gantelets, les jambes et la cape.
Porter une tenue d’un même ensemble rapporte un bonus de stats pour notre guerrier.

Un vraie arbre de compétence digne d’un RPG.

Composé de trois branches principales :
– Combat rapproché –> Voie de l’Ours
– Combat à distance –> Voie du loup
– Assassinat / Discrétion –> Voie du corbeau

Il dispose d’un total de 406 améliorations faisant évoluer les stats d’Eivor selon la branche choisie mais également des possibilités nouvelles dans le gameplay, comme par exemple pouvoir faire disparaître automatiquement un corps après un assassinat ou guider une flèche après l’avoir décochée pour en modifier la trajectoire.

On retrouvera des aptitudes à placer dans les flèches directionnelles pour faire des raccourcis manettes en mains. Il vous faudra les trouver dans des camps ennemis ou châteaux généralement très bien gardés. Ces aptitudes s’utilisent avec des barres d’adrénaline (qui s’obtiennent en infligeant des dégâts aux ennemies sans en subir) et facilitent le gameplay.

Il vous sera possible de tirer plusieurs flèches sur des ennemis d’un seul coup ou infliger un terrible coup de pied renversant (clin d’œil au coup de pied spartiate). Ces aptitudes sont aux nombres de 22 et peuvent toutes êtres améliorées une fois en collectant les fameux « livre du savoir ».

SUR LE MÊME SUJET :

De plus, il nous faudra faire progresser notre colonie qui est l’un des éléments central du jeux. Que dis je… C’est notre but premier, la raison de notre départ de Norvège.

Il vous faudra mener à bien des pillages de monastères avec votre équipage pour récupérer des matériaux spéciaux nécessaires au développement de notre village. Vous pourrez naviguer sur les fleuves d’Angleterre à bord de votre Langskip pour rejoindre différentes régions et piller tout ce qui se trouvera sur votre route. Le système de progression de la colonie réuni les savoirs faire des meilleurs artisans (forgeron, tatoueur, éleveur de bétails et j’en passe).

Et sinon le scénario ?

Assassin’s Creed Valhalla revient très fort cette année ! Après deux opus clairement creux en terme de narration, celui-ci est riche. On se plongera aisément dans cet univers plus que captivant.

Les missions secondaires sont très nombreuses et bien pensées, pas de côtés rébarbatif ou de missions sans intérêts où l’on se déplace d’un point A à un point B.

Elles sont très courtes : entre 2 à 5 minutes ce qui leur donne une vraie âme, de plus elles sont marquées par un humour fin et maîtrisé qui nous fera régulièrement sourire de par ses situations loufoques.

Vous rencontrerez de nombreux personnages historiques et vos choix ont de réels conséquences sur votre histoire et son dénouement.

Une partie mythologique est également présente et la manière d’y accéder est très bien pensée (pas de spoil vous verrez par vous même). Cet aspect est très intéressant et n’est pas là juste pour nous rajouter des heures au compteur.

La culture viking très rattachée à la mythologie nordique, il vous sera plaisant de découvrir certains aspects pour comprendre quelques références à certains moments du jeu, vous savez le fameux « heeeein ok… ».

En conclusion :

Cette année nous avons enfin le droit à un très bon cru. Un scénario riche, une durée de vie autour des 150 heures de jeux pour le 100 %. Un Monde ouvert  gargantuesque et des missions secondaires bien pensées. Quelques défauts sont quand même présents comme quelques bugs de textures ou de script qui peuvent sortir le joueur de l’immersion.

Un gameplay maîtrisé qui évolue au fur et à mesures du jeu et un univers plaisant à découvrir .
A vos haches, l’Angleterre sera vôtre !

Partager cet article

Crédits photosUbisoft
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *