Test DETROIT BECOME HUMAN : Libertatem

Testé et approuvé ! On a pu jouer à la version complète de Detroit Become Human. Oui, le jeu est une véritable claque !

Je parlais au début du mois du test de la démo jouable de Detroit Become Human de mon enthousiasme vis-à-vis de cette expérience de jeu. Après avoir eu l’occasion de mettre la main sur la version finale et je vous confirme que mon avis n’a pas bougé d’un iota. Retour sur cette immersion vidéoludique totale.

Immersion totale

Le jeu se divise en « séquence ». Chacune d’entre elles à sa propre « arborescence », cela signifie que plusieurs évènements peuvent être déclenchés et vous emmener vers une fin différente selon les choix. Ce système offre donc une durée de vie  non négligeable puisque le but va être, si le cœur vous en dit, de découvrir les autres fins. Car oui, se contenter de première fin du jeu serait criminel.

Par exemple et sans vous spoiler puisque ce que je vais vous narrer était dans la démo jouable : qu’advient-il du récit si lors de la première mission avec Connor si vous décidez de vous sacrifier pour sauver la petite fille ? Tout cela pour vous dire que la moindre décision aura une influence sur la suite du récit.

Plus l’on avance dans le récit et moins nous avons l’impression de faire face à un jeu vidéo, mais davantage à un film interactif. Mais le principe du jeu vous permet de passer du statut de passif (spectateur) à celui d’actif rapidement (joueur).

En effet, chacune de vos interactions avec le décor ou avec des personnages vous demandera de prendre des décisions très rapidement ce qui peut être frustrant d’ailleurs puisque pour des joueurs qui, comme moi, aiment prendre leur temps, nous voilà bousculer dans nos habitudes. Mais cela n’est pas plus mal au final, puisque nous vivons la chose intensément.

Ce qui est paradoxal avec Detroit Become Human c’est que, sous couvert d’une immersion et d’une liberté de jeu, le joueur se retrouve rapidement « téléguidé ». Certaines missions consistent à aller d’un point A à un point B sans possibilité d’explorer plus en profondeur la ville de Detroit. Dommage.

Libertatem

À tour de rôle, vous incarnerez Connor (androïde le plus perfectionné de chez Cyberlife), Markus (un androïde au service d’un artiste peintre) et Kara (androïde au service de Todd, un père drogué et violent).

3 personnages pour 3 destins opposés, mais qui, selon vos choix narratifs, pourront se croiser. Ce qui est parfaitement passionnant avec ce jeu, c’est qu’il aborde d’un point de vue métaphorique la condition humaine aujourd’hui et notre assouvissement à la technologie. L’être humain crée la machine pour se libérer des tâches contraignantes et se retrouve lui-même prisonnier de sa propre vie, vivant mal son manque de liberté qu’il a cédé. C’est en cela que David Cage (le réalisateur et le scénariste du jeu) a réussi à nous offrir une véritable expérience.

Jouer à un jeu vidéo c’est aussi faire corps avec le récit qui se déroule devant nous. C’est précisément cela que nous offre Detroit Become Human. Nous ne jouons pas, nous vivons le jeu.

Action !

Detroit Become Human a été pensé comme un film. Ce sont de véritables acteurs qui ont été modélisés et qui ont prêté leurs voix. On aura même le plaisir de retrouver Lance Henriksen qui interprète un rôle secondaire. L’univers musical a également été travaillé puisque d’une bande-son a spécialement été conçue pour le jeu avec un thème précis par personnage.

Certaines séquences de jeu vous demanderont d’être attentif avec notamment la présence de QTE (Quick Time Event). Concrètement, il vous faudra appuyer sur des touches au bon moment ou diriger la manette dans tel ou tel sens afin d’interagir avec l’action à l’écran. Manquer l’une des actions vous dirigera vers un autre aspect du scénario. Le jeu prend en compte tout le potentiel de la manette. Que ce soit au niveau des touches que du pavé tactile, votre manette de jeu ne vous aura jamais autant servie. Complet on vous avait dit !

Graphiquement le jeu est extrêmement travaillé. Certaines animations notamment celui de votre personnage peut sembler lourde par moment ainsi que quelques angles de caméra qui ne sont pas très judicieux par moment.

Premier jeu de Quantic Dream sur PS4, cette expérience Detroit Become Human n’est pas exsangue de quelques défauts, mais s’avère être un must have. Véritable récit interactif, il vous mettra face à vos propres choix et à vos émotions les plus enfouies. A l’heure où l’intelligence artificielle s’invite dans tous les débats et où l’être humain vit à perte chaque jour, Detroit Become Human est comme une caisse de résonnance, un écho, à notre monde et à notre condition humaine sur le déclin. Note : 09/10

Mister Baddack

Mister Baddack

Monsieur Sports de Combat chez La Sueur
Mike Tyson, MMA & Café
Mister Baddack

Les derniers articles par Mister Baddack (tout voir)

Photo By: PlayStation

Leave A Comment

Your email address will not be published.