À Détroit, la curieuse tradition de balancer des pieuvres sur la glace

Retour sur la traditionnelle très particulière de Détroit où les fans des Red Wings balançaient des pieuvres sur la glace pour encourager leur équipe.

Au printemps prochain, une page va se tourner dans l’histoire du hockey à Détroit et plus généralement de la NHL. En effet, La vieillissante Joe Louis Arena, l’une des rares salles outre-Atlantique à ne pas avoir succomber aux sirènes du naming va fermer ses portes pour laisser la place à une nouvelle patinoire, la Little Caesars Arena. Inaugurée en 1979, cette enceinte qui portait le nom du plus célèbre boxeur de l’histoire après Muhammad Ali était l’âme de cette ville qu’on surnomme Hockeytown. Car si les Pistons en NBA sont populaires, l’équipe numéro 1 de la capitale de l’automobile reste celle des Red Wings, qui depuis 1926 ont remporté onze Coupes Stanley. Une des franchises les plus régulières du sport nord-américain qui n’a pas loupé les playoffs depuis 26 ans (1990). Durant cette période toujours aussi palpitante qui va déterminer le champion de la saison, les fans de la Joe Louis Arena ont adopté une curieuse tradition. Afin de porter chance à leurs protégés, les partisans balancent des pieuvres sur la glace. Un rituel qui existe depuis 1952 et qui est devenu le symbole des Red Wings.

Passion fruits de mer

Pour ceux qui se posent la question, non il n’y a pas de pieuvres géantes dans le lac Michigan. L’origine de ce rituel provient de deux frères Pete et Jerry Cusimano, propriétaires d’une poissonnerie. Le 15 avril 1952 au début de la finale entre Détroit et Toronto, ces deux fans ont lancé un mollusque encore vivant sur la patinoire. Pourquoi une Pieuvre ? Car le nombre de ses tentacules (8) correspondait à l’époque au nombre de victoires nécessaire pour remporter la série. Suite à cet acte superstitieux, les Red Wings ont battu les Maple Leafs et ont ainsi pu décrocher une nouvelle Stanley Cup. La légende est née. Depuis, on ne compte plus le nombre d’Octopus balancé sur la glace de la Joe Louis Arena. Généralement, ce lancer intervient juste après les hymnes nationaux ou bien suite à un but des Wings. Elle est ensuite ramassée et brandit comme une offrande religieuse. Celui qui s’occupe généralement de récupérer l’animal n’est autre que le conducteur de la zamboni, Albert Zobotka, une véritable légende à Hockeytown. Une tradition qui s’est propagée hors des murs de la Joe Louis Arena puisque même à l’extérieur on peut voir des supporters de Détroit envoyé des poulpes sur la surface glacée, comme ce fut le cas à Dallas en 2008.

detroit-pieuvre-NHL-2

 

 

La NHL n’aime pas le poisson

Malheureusement en 2011, la NHL a décidé  d’interdire le jet de pieuvres à Détroit comme n’importe quel objet. Une décision ridicule selon les joueurs comme le gardien Chris Osgood qui à l’époque ne s’est pas privé de le mentionner : « C’est un peu ridicule qu’ils soient préoccupés par une tradition qui se passe dans notre patinoire. Veulent-ils que tout le monde vienne dans la patinoire et s’assoie sans rien faire ? La situation est un peu exagérée et ces personnes-là prennent les choses trop au sérieux ».

detroit-pieuvre-NHL-3

Ainsi, le partisan Tom Balish avait cette année, écopé d’une amende de 500 $ pour avoir commis un tel acte. Depuis, la tradition a sérieusement pris du plomb dans l’aile. Pourtant, l’octopus est devenu le symbole des Red Wings. Lors de l’entrée des joueurs sur la glace, une pieuvre géante descend du toit de l’Arena.

Lors de la saison prochaine, il en sera fini de la Joe Louis Arena et de toute une époque. En espérant que dès la première rencontre dans le nouvel amphithéâtre des Red Wings, un partisan brave les interdits et perpétue cette étrange tradition qui fait la réputation d’Hockeytown.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: Sports Illustrated / Sporting News / NESN / thesipadvisor

Leave A Comment

Your email address will not be published.