Comment Ernesto Valverde a refait du FC Barcelone une machine

Éliminé en quart de final de ligue des champions, hors-piste pour la course au titre, le FC Barcelone s’est rarement retrouvé dans un si piteux état. C’était sans compter sur l’arrivée d’Ernesto Valverde qui a su redonner au club sa splendeur d’antan. 

Le 29 mai dernier, le FC Barcelone officialisait l’arrivée du technicien espagnol, Ernesto Valverde. Le choix le plus pragmatique étant donné la volonté du club de recruter un ancien de la maison (ndlr- Il a été joueur du Barca entre 1990 et 1996), fin tacticien et surtout avec un réel plan de jeu.

Tout de suite dans le bain

L’homme de 53 ans a tout de suite vu son management mis à l’épreuve. Face à la stupeur qu’a engendrée le départ de Neymar, et la baisse de régime des cadres de l’effectif, Valverde est confronté à un véritable chantier. Son recrutement n’arrange pas les choses, à chaud, les choix de l’ancien de Bilbao sont qualifiés de chers ou indignes du club (les critiques font alors respectivement allusion à Ousmane Dembélé, transféré pour 150 millions d’euros, et Paulinho, qui évoluait dans un championnat relativement faible). Il est élogieux à l’égard des nouveaux venus : « Paulinho est un joueur qui évolue comme milieu relayeur, mais qui se projette très bien vers l’avant. J’ai dit quelques fois que c’est bien de le voir participer au jeu de la sorte, mais c’est fondamental pour nous et cela surprend aussi l’adversaire ». Des joueurs qui ont su faire taire les critiques par la réalité du terrain. Mea culpa, la presse catalane est beaucoup plus clémente à l’égard de l’ancien de la maison « blaugrana ». Les changements sont observables dans le vestiaire comme sur la pelouse.

Une identité de jeu 

À son arrivée à Barcelone, il reste énigmatique dans son plan de jeu jusqu’à la première journée de Liga, où il chamboule le traditionnel 4-3-3 pour un 4-4-2. Les blaugrana démarrent la saison tambour battant. Le secret ? Des cadres qui retrouvent la forme.

Dans ce système de jeu, la star du club Leo Messi est repositionnée en meneur. À ce poste « la pulga » est exemptée de tâches défensives et consacre les 90 minutes à déséquilibrer le verrou adverse. Le remplacement sur le couloir étant assuré par Rakitic, homme à tout faire, dans l’animation offensive se replace dans l’axe ce qui permet au métronome du milieu Iniesta de lancer des contres ou de trouver des décalages par ses passes chirurgicales. Autre joueur-cadre de retour en forme, Sergio Busquest, qui redevient le liant défense-attaque que tous les cadors européens rêveraient de s’offrir. Pas si loin de l’animation de fin de saison de l’ancien coach Luis Enrique, ce qui a sans doute facilité l’adaptation des joueurs comme le confie Léo Messi sur le site Tribuna : « L’arrivée du nouvel entraîneur était clair dès le début, il a dit ce qu’il voulait et nous nous sommes adaptés, ce n’était pas très différent de ce que nous faisions déjà, nous sommes devenus forts et nous avons des joueurs de haute qualité ». Avec ses joueurs-cadres prolongés et onze points d’avance sur le dauphin, l’Atletico Valverde est bien parti pour décrocher le titre de champion d’Espagne après une descente aux enfers du club la saison dernière.

 

La Sueur

La Sueur

La Sueur, votre média sportif et culturel.
La Sueur
Photo By: 懂球帝- All Football

Leave A Comment

Your email address will not be published.