Les gagnants et perdants des Wild-Cards

NFL-France et Damien Foreau vous proposent chaque semaine votre dose de NFL, au programme aujourd’hui, les gagnants et perdants des Wild-Cards.

Ce n’est pas parce que nous sommes en playoffs qu’il faut perdre les bonnes habitudes. Comme pendant la saison régulière, je vous propose les gagnants et perdants du week-end.

La dure loi de l’élimination directe rend la chose assez facile, mais il y a quelques subtilités tout de même. Ainsi une franchise sort avantagée sans jouer et un coach est gagnant alors que son équipe a perdu…

Le retour de l'attaque des Packers ? (Sky Sports)
Le retour de l’attaque des Packers ? (Sky Sports)

Les gagnants

L’attaque des Packers

En manque d’efficacité durant une bonne partie de la saison, et notamment sur les 2 derniers matchs, l’attaque des Packers s’est réveillée au bon moment. Encore poussive lors de la première mi-temps face à Washington, elle est apparue changée en deuxième période.

Cela commence avec le jeu de passes. Aaron Rodgers termine le match avec 210 yards (21/36) et 2 touchdowns, sans aucune perte de balle. Il a enfin pu compter sur des receveurs disponibles et qui assurent leurs réceptions. Randall Cobb et Davante Adams marquent.

Le jeu au sol a également fait la différence en deuxième mi-temps après avoir été un non-facteur en début de match. 124 yards, 2 TD et une moyenne de 5.4 yards par run pour Eddie Lacy et James Starks au retour des vestiaires. Lacy a fait un bon match, avec notamment 2 grosses courses (11 yards sur une 4ème tentative, 30 yards juste derrière) qui mènent au touchdown de Starks (qui donne l’avantage à Green Bay). Son fumble terni un peu sa partie et l’empêche surement de retrouver la confiance totale de McCarthy.

Les linebackers des Packers

Si l’attaque s’est retrouvée et a marqué beaucoup de points, la défense de Green Bay a également fait le job pour contenir les Redskins. Kirk Cousins a passé une soirée compliqué, se faisant sacké à 6 reprises. Les linebackers des Packers ont été particulièrement en vue pendant tout le match, aussi bien pour contenir le jeu au sol que pour mettre la pression sur le QB. Clay Matthews totalise 1.5 sack et force un fumble, Mike Neal prend 2 sacks.

Russell Wilson

Globalement, le match du QB des Seahawks est très moyen. En feu sur la deuxième partie de saison, il a semblé paralysé par le froid glacial du Minnesota. Il était donc très loin de son niveau, mais il a su sortir des actions clés aux moments importants.

La première permet à Seattle de marquer le seul touchdown du match et de revenir à 2 points. Le snap est mauvais et le ballon part derrière le QB, qui réussit finalement à s’en sortir et  à trouver Tyler Lockett (bon boulot du WR derrière). Sur l’action suivante, Wilson trouve Baldwin pour le touchdown.

La deuxième action paraît anodine mais est au final la plus importante. Sous la pression d’Everson Griffen, tout le monde pense que Wilson va prendre un sack et reculer de 20 yards. Le QB réussit finalement à s’échapper et lance la balle en touche, ce qui permet à Seattle de rester à une distance correcte pour frapper un field-goal. Et ces 3 points s’avéreront décisifs.

Knile Davis

Le RB des Chiefs a lancé ces playoffs sur une action spectaculaire, en retournant le kickoff en un touchdown de 106 yards. C’est le deuxième plus long touchdown de l’histoire des playoffs, après celui de 108 yards de Jacoby Jones lors du Super Bowl XLVII avec Baltimore.

Davis a parfaitement a mis Kansas City sur orbite, les Chiefs n’ont jamais regardé derrière pour aller chercher une première victoire en playoffs depuis 22 ans.

Mike Zimmer

Malgré la défaite des Vikings, on ne peut pas reprocher grand-chose au coach Mike Zimmer. Déjà parce que sa franchise aurait dû se qualifier sans cet incroyable field-goal raté. Et parce que la saison de Minnesota est globalement très positive. Zimmer s’est d’ailleurs dit « fier de son équipe, de l’esprit de ses joueurs, et de l’âme combative ». Des qualités qui leurs ont permis de remporter la division NFC North et qui ont failli leur permettre de sortir les Seahawks. Les Vikings sont en avance sur leur projet et ils devraient rester une force de la NFC dans les saisons à venir.

Denver Broncos

Sans jouer, les Broncos sont peut-être un des grands gagnants du week-end. L’idée de recevoir Pittsburgh n’est pas forcément une bonne nouvelle (Denver a perdu en fin de saison contre les Steelers), mais quelle équipe se présentera au Mile High Stadium ?

Le QB de Pittsburgh, Ben Roethlisberger, n’a toujours pas relancé le ballon et il ne sait pas s’il en sera capable avant ce week-end. Même s’il joue (ce que les Steelers disent), il sera loin d’être à 100%. Et s’il n’est pas sur le terrain, Landry Jones sera le QB titulaire. Le WR, Antonio Brown, est en protocole commotion suite au plaquage dangereux de Burfict, et il est très incertain pour ce match. Enfin, DeAngelo Williams n’a pas joué samedi et doit voir un spécialiste pour son pied cette semaine.

Houston, nous avons besoin d'un QB ! (ESPN)
Houston, nous avons besoin d’un QB ! (ESPN)

Les perdants

Brian Hoyer

La piètre prestation de Brian Hoyer a rappelé au plus mauvais moment que les Texans ont besoin d’un quarterback. L’ex joueurs des Browns, pourtant correct pendant la saison, a craqué face aux Chiefs. Il perd 5 ballons, dont 4 interceptions et son attaque ne marque pas le moindre point. Hoyer a semblé perdu sur le terrain, comme si la scène était trop grande pour lui à ce stade de la compétition.

Houston devrait se pencher sur les QB de la prochaine draft…

Blair Walsh et Jeff Locke

La soirée et les jours qui ont suivi le match ont dû être compliqués pour Blair Walsh. Le kicker a assumé la responsabilité de la défaite après son field-goal raté de 27 yards qui a coûté la qualification aux Vikings. Walsh a craqué au moment le plus important, alors qu’il était jusqu’ici parfait (3/3, avec des tentatives bien plus lointaines).

Jeff Locke, qui avait le rôle de « holder » (joueur qui tient le ballon), peut également être blâmé. Il a mis le ballon avec les lacets vers son kicker, pas la position optimale. Un petit détail qui peut avoir une grande conséquence.

Adrian Peterson

Décidemment, Adrian Peterson n’y arrive pas face à cette défense de Seattle. Limité à 8 courses et 18 yards lors de leur premier affrontement, il a de nouveau eu beaucoup de mal. A.P a pourtant eu beaucoup plus de ballons cette fois, puisqu’il totalise 23 courses. Mais il n’est pas parvenu à prendre à défaut le rideau défensif des Seahawks et ne termine qu’avec 45 yards, soit une moyenne de 2 yards par course.

Mais le plus gros problème est son fumble. Alors que Minnesota menait 9-7, Kam Chancellor fait perdre le ballon à Adrian Peterson. Les Seahawks passent devant au score sur l’action qui suit.

Jeremy Hill

Même mésaventure pour Jeremy Hill, qui perd un ballon crucial. Le RB, qui avait marqué un touchdown plus tôt, perd donc la balle à 1 minute 36 de la fin du match, avec un score de 16-15 pour Cincinnati. La suite on la connaît. Tout n’est pas de sa faute, mais il a permis à Pittsburgh de récupérer la possession avec suffisamment de temps pour marquer.

Vontaze Burfict et Adam Jones

Les autres responsables de la défaite des Bengals, ce sont les deux défenseurs qui ont pété les plombs en fin de rencontre.

Vontaze Burfict a été à la limite pendant tout la rencontre (il l’était déjà lors des précédents affrontements), mais il avait pesé sur le match en sackant et blessant Big Ben. Sur le dernier drive, il est allé trop loin en rentrant violement dans la tête d’Antonio Brown. Il prend 15 yards de pénalité sur le moment et a depuis été suspendu 3 matchs par la NFL.

Adam Jones a ensuite définitivement fait perdre son équipe avec une nouvelle pénalité de 15 yards, pour conduite anti-sportive. Ce sont donc 30 yards qui sont « donnés » aux Steelers, qui se retrouvent en parfaite position pour frapper le field-goal de la victoire.

Marvin Lewis

Difficile de traiter un coach de loser lorsqu’il a un bilan aussi bon que Marvin Lewis. Mais son bilan ne sert à rien s’il ne parvient pas à gagner en playoffs. Le coach des Bengals a perdu son 7ème match de playoffs…en 7 participations. Pour la 5ème saison de suite, Cincinnati sort dès le premier tour.

Encore un gros match de Travis Kelce (Kirby Lee - USA Today)
Encore un gros match de Travis Kelce (Kirby Lee – USA Today)

Les meilleurs joueurs des wild-cards

QB

Aaron Rodgers

21/36, 210 yards, 2 TD, 0 INT, 1 sack, 0 FUM, 93.5 Rate

Les wild-cards se sont montrées impitoyables avec les QB, qui ont globalement eu du mal. Aaron Rodgers tire son épingle du jeu grâce à une très belle deuxième mi-temps et un match sans perte de balle.

Sacké à 6 reprises, Kirk Cousins termine avec le plus gros total de yards du week-end (329). Alex Smith a été plutôt bon après son interception de début de match. Ben Roethlisberger et Russell Wilson ont été décisifs dans les moments clés.

RB

Eddie Lacy

12 courses, 63 yards, 5.2 AVG, 1 TD, 1 FUM

Aucun RB n’a dépassé les 100 yards sur ces wild-cards. Le plus proche a été Alfred Blue (99 yards). Le joueur qui m’a fait la meilleure impression est Eddie Lacy. Même s’il a perdu un fumble en fin de match, il s’est montré explosif et puissant, ce qui lui a permis de gagner un bon nombre de yards à chaque course (5.2 AVG). Lacy sera important pour les Packers s’ils veulent aller au Super Bowl et ce match est encourageant.

James Starks (12 courses, 53 yards, 4.4 AVG, 1 TD) a montré qu’il pouvait lui aussi être efficace pour Green Bay. Le duo des Steelers (Todman, Toussaint) a montré de belles choses face à une bonne défense des Bengals. Spencer Ware (16 courses, 67 yards, 4.2 AVG, 1 TD) continue d’assurer le remplacement de Jamaal Charles.

WR

Antonio Brown

7 réceptions, 119 yards, 17.0 AVG, 0 TD, 0 FUM

Le meilleur receveur de la saison a encore passé les 100 yards malgré un match défensif. Hélas pour lui et les Steelers il a été victime d’une commotion sur le mauvais plaquage de Burfict et est incertain pour le prochain match à Denver.

Le duel Brown – Green avait tenu ses promesses puisque le receveur des Bengals a lui aussi livré un match de qualité (5 réceptions, 71 yards, 1 TD). Cobb et Adams ont marqué les touchdowns, mais c’est James Jones (7 réceptions, 81 yards) qui a été le plus en vue pour les Packers.

TE

Travis Kelce

8 réceptions, 128 yards, 16.0 AVG, 0 TD, 0 FUM

Le TE des Chiefs avait brillé face à Houston en début de saison, il a récidivé en passant les 100 yards et en étant la cible numéro 1 pour Alex Smith. Avec la blessure de Maclin, qui est incertain pour le prochain match, il sera encore plus important.

Très belle prestation, encore, pour Jordan Reed. Le TE de Washington prend 120 yards en 9 réceptions, et marque 1 TD dans la défaite contre Green Bay.

K

Chris Boswell

4/4 FG, 0/0 XP, 12 points

Blair Walsh aurait pu être là s’il avait passé son field-goal de 27 yards… Chris Boswell n’a pas craqué pour donner la victoire aux Steelers et a livré un match parfait.

Cairo Santos, Mason Crosby et Steven Hauschka ont également été très solides.

Défense

Mike Neal

Superbe match pour le linebacker des Packers. Neal réussit 2 sacks et un total de 3 QB hits. Il force et récupère un fumble.

Son coéquipier Clay Matthews (1.5 sacks, 3 QB hits, 1 FF) a lui aussi été une force dans la défense de Green Bay. J’ai également aimé le match de Ryan Shazier avec Pittsburgh (13 tackles, 2 FF, 1 FR), ainsi que la prestation d’Eric Berry avec les Chiefs (3 tackles, 2 Pdef, 1 INT).

By NFL-France

Photo By: media.advance.net

Leave A Comment

Your email address will not be published.