Lloris, De Gea, Courtois, Cech, Bravo – La Guerre des Goals

2000 ans après la célèbre campagne de Jules César, la Guerre des Gaules reprend un coup de jeune en Angleterre où la bataille fait rage. Combat dans le match, ce n’est pas seulement les équipes qui s’affrontent, mais aussi leurs gardiens. Tous de classe internationale, chacun veut s’imposer comme le meilleur du pays où la concurrence est la plus rude, La Sueur décrypte.

Au grand dam des Allemands cet article ne traite pas le classement mondial où leur Manuel Neuer national aurait largement eu son mot à dire, mais seulement l’Angleterre, berceau des David James, Paul Robinson et consorts. Peu aidés par certains arrivants étrangers en championnat, ces gardiens ont fait du poste un célèbre sujet de moquerie outre-Manche. Mais depuis quelques années, les grands portiers s’entassent en Premier League et aujourd’hui la plupart d’entre eux foulent les pelouses britanniques. Le plus célèbre d’entre eux réside dans la ville de Manchester et évolue sous les ordres de José Mourinho à United. David De Gea a fait beaucoup parlé de lui en début de saison dernière après son transfert avorté au Real de Madrid. Épuisant les stocks d’encre de tous les médias européens pendant l’été, ce transfert ne s’était finalement pas fait, faute d’accord signé entre les deux clubs… en vérité un accord avait bien été trouvé, mais un « problème » aurait retardé l’envoi des documents, ceux-ci n’arrivant aux dirigeants madrilènes que le 31 août 2015 à 00 :02, soit deux minutes après la clôture officielle des transferts, permettant ainsi aux Mancuniens de conserver leur superstar. Un an plus tard, l’international espagnol est toujours au club, privé de Ligue des Champions, mais prétendant sérieux pour le titre de champion d’Angleterre. Dans un effectif où la défense fait défaut depuis le départ de Sir Alex Ferguson, De Gea a enfilé plusieurs fois le costume de sauveur pour les siens. Certains vont même jusqu’à dire qu’il peut concurrencer Neuer pour le titre de meilleur gardien du monde, mais les plus réalistes lui accorderont une raisonnable deuxième place qu’il a longtemps combattue avec Courtois. Le gardien des blues, à l’image de son club, a perdu des couleurs depuis quelques mois et n’est plus aussi rassurant. Lui qui lors de l’exercice 2013-2014 bousculait Manuel Neuer aux yeux de certains, est quasiment sorti du podium des meilleurs gardiens. Victime de nombreuses blessures, le Belge est encore assez jeune pour revenir à son meilleur niveau, une chose qui aiderait grandement les affaires de Chelsea.

Autre résident de Manchester, mais de la face bleue cette fois-ci, Claudio Bravo a fait une entrée fracassante dans le classement des gardiens ces deux dernières années. Jusqu’en 2014, le Chilien évoluait avec Antoine Griezmann à la Real Sociedad, mais sa performance à la Coupe du Monde 2014 au Brésil lui a valu un ticket direct pour le FC Barcelone. D’abord engagé comme doublure et mentor du jeune Ter Stegen, Claudio a finalement montré que ses « vieux » os pouvaient faire de lui un numéro 1 sérieux, et pour cause il a remporté en 2015 avec Messi, Neymar et compagnie le trophée aux grandes oreilles de la Ligue des Champions. Malheureusement, le prometteur Ter Stegen a fini par se plaindre à ses dirigeants de son statut de remplaçant, et ces derniers ont préféré favoriser la jeunesse. Transféré au Manchester City version Pep Guardiola, Bravo a récupéré le fauteuil longtemps occupé par Joe Hart dont la carrière a pris un tournant inattendu avec son transfert au Torino. Auteur de débuts difficiles lors du derby de Manchester, les Citizens occupent malgré tout la première place du championnat. Ils n’ont en effet perdu qu’un seul match cette saison (contre Tottenham), et dominent la Premier League du haut de leur statut de favoris pour le titre. S’il n’a pas encore l’envergure qu’il avait au FC Barcelone, Claudio Bravo s’adapte petit à petit au football anglais et confirme qu’il a les épaules pour évoluer dans les plus grands clubs du monde.

Le plus expérimenté de tous les gardiens d’EPL est incontestablement le Tchèque Petr Cech, facilement reconnaissable au casque de rugby dont il a hérité après son choc à la tête face à Reading en 2006.  Moment marquant de sa carrière, cette blessure l’a éloigné plusieurs mois des terrains et a choqué une bonne partie de la planète football, mais ne l’a pas empêché de revenir à son meilleur niveau et de gagner la Ligue des Champions avec Chelsea quelques années plus tard. Depuis, le géant tchèque est passé chez l’ennemi juré Arsenal, et continue d’impressionner par sa longévité (malgré une petite bourde à ses débuts, vite oubliée grâce à ses performances). Le recrutement d’un vrai top-player à ce poste a permis à Wenger de dormir plus tranquille qu’à l’époque où Wojciech Szczęsny était sa meilleure option. Le coach alsacien peut aussi se targuer d’avoir un des meilleurs remplaçant du championnat à ce poste en la personne de David Ospina, qui s’est encore illustré grâce à son époustouflante performance face à Paris en en C1. Malheureusement pour le colombien, la place de numéro 1 est bien au chaud, Petr Cech ayant enchaîné 3 clean-sheets sur ses 3 derniers matchs toutes compétitions confondues. Terminant à la seconde place l’an passé, les Gunners peuvent dire un grand merci au rempart qui protégeait leurs buts avec seulement 36 buts encaissés sur la saison, soit un seul de plus que Tottenham, la meilleure défense du championnat.

Si les Spurs peuvent se vanter d’avoir ce titre ce n’est pas seulement grâce à leur super charnière 100% belge Vertonghen-Alderweireld, mais en grande partie grâce au français juste derrière eux. Encore auteur d’un début de saison de feu, n’ayant encaissé que 3 buts en en 7 matchs de championnat, Hugo prouve une nouvelle fois à quel point il est sous-coté sur la scène internationale, au grand plaisir de Pochettino et des supporters de White Hart Lane. Ayant largement la carrure de défendre les buts des meilleurs clubs européens, difficile de comprendre pourquoi il joue encore à Tottenham et pas dans un club comme le PSG ou le Real Madrid dans lesquels le poste de gardien a fait beaucoup de vagues ces dernières années. Souvent l’auteur de parade exceptionnelle (amplifiées par son penchant pour les plongeons théâtraux), chouchou du public français et de Didier Deschamps, il est capitaine en club et en sélection et possède un statut de titulaire indiscutable dans les deux formations, au grand malheur d’un certain Steve Mandanda. S’il n’a jamais vraiment bousculé la hiérarchie en place dans la tête de DD, Mandanda a au moins le mérite d’avoir soulevé le questionnement chez la presse et les supporters à propos de la place de numéro 1 pour l’Euro 2016. Récemment transféré à Crystal Palace pour la somme honteuse de 2 millions d’euros, l’ex-portier marseillais a tenu à lui seul la barre du navire phocéen la saison passée, l’empêchant de chavirer à de nombreuses reprises. Lui aussi incroyablement sous-coté, il n’a rejoint qu’un club de seconde zone anglaise lorsque certains s’attendaient à le voir terminer à Liverpool. Opposé au Gallois Wayne Hennessey, auteur d’un Euro impressionnant, il n’a mis que deux matchs à récupérer la place de titulaire et à montrer ce qu’il savait faire. Comme pour Lloris, il ne reste qu’à espérer qu’un club de plus grande envergure se décide à lui faire une offre, même si lui a déjà 31 ans, car les deux Français peuvent tous deux prétendre à une place dans le très haut du classement des gardiens et prouvent encore une fois que ce poste est l’un des points forts de notre Equipe de France… Affaire à suivre.

Par Tim

La Sueur

lasueur.com, votre média sportif et culturel.
Photo By: itv.com
1 Discussion on “Lloris, De Gea, Courtois, Cech, Bravo – La Guerre des Goals”

Leave A Comment

Your email address will not be published.