MMA – La carte de l’UFC 274 était chargée et a visiblement convaincu le public. Avec 400.000 PPV vendus, il s’agit du record de 2022.

L’UFC 274 offrait une carte particulièrement alléchante avec deux titres en jeu. Charles Oliveira et Justin Gaethje se disputaient la ceinture lightweight (finalement restée vacante), Rose Namajunas et Carla Esparza celle des strawweights. Mais on retrouvait également deux favoris des fans avec le choc entre Michael Chandler et Tony Ferguson. Et visiblement, le public a été convaincu : les ventes de pay-per-view pour l’événement ont dépassé les attentes. D’après Sports Business Journal, l’UFC 274 aurait dépassé les 400.000 pay-per-view vendus aux USA, un chiffre qui en ferait le record de l’organisation en 2022.

Un record surprenant à plusieurs titres. Tout d’abord, certaines des plus grandes stars de l’UFC ont déjà été têtes d’affiche d’UFC numérotés cette année. On pense à Francis Ngannou lors de l’UFC 270, Israel Adesanya contre Robert Whittaker à l’UFC 271 et surtout à Jorge Masvidal, considéré comme une superstar de l’UFC et qui affrontait Colby Covington à l’UFC 272. L’UFC 273, également, comptait deux matchs pour le titre ainsi que l’étoile montante Khamzat Chimaev. Pourtant, Oliveira-Gaethje et, très probablement, le retour de Tony Ferguson ont convaincu le public.

SUR LE MÊME SUJET :

Malgré Canelo Alvarez

Ensuite, cet UFC 274 faisait face à une solide concurrence : celle de Canelo Alvarez. Le n°1 pound-for-pound en boxe anglaise affrontait Dmitry Bivol dans la même nuit, sur DAZN. Son match se tenait d’ailleurs en plein pendant le co-main event entre Namajunas et Esparza (certains écrans en bord de cage semblaient même se désintéresser des strawweights pour plutôt regarder Canelo…). Alvarez est une superstar et un gros vendeur de pay-per-view. Et malgré cela, l’UFC 274 a réussi à battre les records.

L’UFC pourra donc tirer plusieurs constats. Premièrement, que Charles Oliveira et la division lightweight en général constituent une poule aux oeufs d’or. Ensuite, qu’elle n’est peut-être pas si dépendante de certaines de ses superstars les plus gourmandes. Les chiffres du reste de l’année 2022 seront très intéressants à suivre !

Partager cet article

SourceSports Business Journal
Crédits photosYouTube UFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Nemraude

    Bien content malgré le co-main pas terrible !

    Répondre