MMA – Extrêmement loquace ces derniers temps concernant l’UFC, Luke Rockhold est revenu sur le cas Francis Ngannou.

Après plus de deux ans d’absence, Luke Rockhold revient en novembre prochain face à Sean Strickland. Lors de l’UFC 268, l’Américain en profitera pour faire son retour dans sa catégorie de prédilection, les -84 kilos. Loquace quant aux négociations difficiles avec l’UFC concernant son retour, Luke Rockhold est revenu sur le cas Francis Ngannou. Selon lui, les champions Israel Adesanya et Kamaru Usman, proches du Predator, auraient dû monter au créneau.

« Personne n’a assez de cou*lles. Personne n’a assez de cojones. C’est le problème. Pas assez pour faire la différence. Il y a très peu de gens qui ont des putains de cou*lles, mais pour réunir le bon nombre de personnes pour faire cette chose, cela n’arriverait jamais. Pas dans un avenir proche. L’UFC donne suffisamment pour que tout le monde revienne pour en avoir plus. Vous voyez ce que je veux dire ? Et puis quand quelqu’un commence une conversation, il est mis de côté jusqu’à ce qu’il n’ait plus d’argent et qu’il veuille revenir. Les athlètes doivent faire ce qu’ils ont à faire, et ils doivent prendre le chèque qu’on leur donne. C’est le jeu dans lequel nous sommes. »

SUR LE MÊME SUJET :

Il a ensuite utilisé l’exemple récent de Francis Ngannou avec le titre intérimaire organisé entre Gane et Lewis : « S’ils font ça à Francis et que personne d’autre ne parle. Ses deux frères (Adesanya et Usman – NDLR) ne se sont pas mis derrière lui et été les hommes qu’ils auraient dû être quand il a été mis à l’écart. Vous avez deux frères nigérians, ce sont des champions, ils auraient dû rester à ses côtés et être des hommes, et cela pourrait peut-être changer le paysage actuel. Mais c’est à peu près tout. J’y ai vu une opportunité pour que les choses changent. En dehors de cela, vous avez besoin de 25 grands noms du sport. Ces 25 gars ne peuvent se mettre d’accord. Il en faut peut-être plus, peut-être moins. Ça n’arrivera pas. »

« C’est la seule chose que j’ai vue qui aurait pu changer les règles du jeu et changer les choses pour le mieux. Si tu fais le fou avec Francis et que tu as cette fraternité nigériane de trois potes ; si ces deux-là étaient montés au créneau, ils auraient pu tout changer. Ils auraient pu baiser l’UFC profondément et durement. Mais les deux ne sont pas montés au créneau. »

Partager cet article

Crédits photosUFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.