Maxime Beaussire

Enfin ! Après des semaines d’attente et allant de report en report (merci le COVID), le combat tant attendu entre Maxime « Le Conquérant » Beaussire et Matteo Signani se déroulera ce samedi 10 octobre au Palais des Sports de Caen. En jeu ? La ceinture de champion d’Europe des poids moyens.

Pour signer son retour à la compétition, le normand nous a donnés rendez-vous dans une structure de la région de Caen. Son fief. Extrêmement bien entouré et équipé, le Conquérant évolue au sein de Elite Forme, une structure créée par des sportifs et notamment un ancien boxeur : Florent et Magali Roulleau.

Il faut bien l’avouer, tout ne s’est pas réellement passé comme il l’avait imaginé : « À la base, je devais m’entraîner en Angleterre. J’avais trouvé un coach, une salle. C’était parfait. Et le Covid est passé par là. Déjà le report puis cela. J’avoue, cela commençait à faire beaucoup ».

Mais le normand n’est pas du genre à se relâcher loin de là : « Après ma défaite en 2018, j’ai eu un passage à vide. Je me suis repris, je suis passé par l’Angleterre. Bref, j’ai repris le goût du ring ».

Malgré un training camp différent de ce qu’il avait imaginé, Maxime Beaussire enchaîne les sparrings jusqu’à l’épuisement. Son coach, Florent Roulleau, ne le lâche pas d’une semelle : « Te laisse pas enfermer ! » pouvons-nous attendre résonner dans toute la salle. Pendant 36 minutes, le conquérant ne lâchera rien au point de repartir avec une petite partie de la lèvre ouverte : « C’est rien on continue ! ». Cette victoire il la veut, même au prix du sang.

Quand on lui parle de son adversaire (41 ans), Maxime Beaussire reste prudent : « Il faut toujours se méfier des gars comme ça. Il a un coin qui le suit depuis toujours. Il a beau avoir 41 ans, il reste affûté et il ne va pas la lâcher si facilement que ça cette ceinture. Quand tu as deux personnes motivées pour un même objectif, ça ne peut faire que des étincelles ! »

La vie de Beaussire c’est le ring, les gants, la sueur, l’épuisement jusqu’au boutisme : « Ma vie c’est la boxe. Mais plus belle victoire reste celle en championnat de France. Mais ce combat, cette ceinture c’est comme une rédemption. Il me la faut et je ferai tout pour l’obtenir ».

La suite ? Le conquérant en parle avec philosophie et maturité : « J’ai encore de l’énergie à revendre. Je me vois bien faire encore 3 ou 4 combats. Après, c’est de l’autre côté du ring que je vois mon avenir. M’occuper de boxeurs, gérer et organiser des évènements, c’est ça qui me plaît et qui me donne envie de continuer ». Après presque deux heures au training camp, une chose est certaine. Pour le Conquérant c’est l’Europe sinon rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here