Miguel Cotto vs Antonio Margarito - la bataille sanglante

Hommage à la plus grande légende de l’histoire portoricaine et retour sur l’un des combats les plus sanglants et controversé de ces 10 dernières années : Miguel Cotto vs Antonio Margarito.

Alors que le combat du siècle est au cœur de tous les discussions et débats, un autre combat bien moins médiatisé aura lieu le même jour que Mayweather-McGregor : Miguel Cotto vs Kamegai. Comme vous le savez, ce combat représentera l’un des derniers (voire le dernier ?) combats de la légende portoricaine avant de raccrocher les gants définitivement. Pour faire honneur à ce guerrier du ring, nous vous proposons aujourd’hui de replonger dans le combat qui a marqué un tournant majeur dans la carrière d’El Angel et qui en plus de cela représente l’un des combats les plus sanglants de ces dernières décennies, j’ai nommé Miguel Cotto vs Antonio Margarito.

À l’époque, Miguel Cotto, c’est la crème de la crème de la boxe : 32 victoires pour aucune défaite et classé numéro 1 au classement des welters. Cotto est un véritable guerrier, un « in fighter » comme on en voit plus beaucoup de nos jours, avec un crochet gauche tout droit sortie des enfers.

La machine portoricaine démolit tout sur son passage et l’ensemble de ses combats sont des affrontements qui valent le détour. À cet instant, Miguel Cotto est le fighter le plus excitant à regarder, portant sur les sommets de la boxe les couleurs de son pays. Avant d’affronter Margarito, Cotto c’est juste le mec qui a détruit le maître technique Zab Judah, ou encore l’excellent Shane Mosley. Rien ne semble arrêter notre ami portoricain, enfin jusqu’à cette fameuse nuit du 26 juillet 2008.

De l’autre côté, Antonio Margarito, un fighter mexicain fort de 36 victoires pour 5 défaites, et classé numéro 4 au classement welterweight. Bien qu’ayant un style de boxe un peu brouillon et pas toujours très clair, Margarito est à l’époque réputé pour sa combativité, n’ayant jamais été réellement stoppé. Avant le combat, les opinions sont nettes : les deux styles relativement agressifs des deux boxeurs ne peuvent conduire qu’à une seule conclusion, le KO. Certains iront même à en faire un parallèle avec « The War » entre Marvin Hagler et Thomas Hearns, chose qui est loin d’être insensé.

Lors du combat, Margarito, pourtant bien plus grand que El Angel est mis en difficulté, et se fait clairement dominer durant la première reprise. Cotto enchaîne les combinaisons et tourne magnifiquement autour de Margarito, tel est le style de boxe de Miguel Cotto : une boxe de panache.

Margarito essaiera alors d’utiliser sa taille à son avantage en abusant de son jab, mais il est clair que ce dernier n’a pas le niveau technique d’El Angel. Cotto arrive donc parfaitement à casser cette distance et à asséner plusieurs coups à son adversaire.

Mais lors du second round, Margarito lance de plus en plus de punch et bloque Cotto dans les cordes. Pourtant ce dernier répondra parfaitement en assénant quatre crochets gauches d’une précision chirurgicale qui feront reculer le mexicain.

Les quatre prochains rounds seront une répétition du second : Margarito continue inéluctablement son travail de fatigue sur Miguel Cotto, le bloque constamment contre les cordes, mais Cotto réplique avec des contres précis et de ce fait touche plus Margarito. Pourtant, ce dernier ne cesse d’avancer, le camp de Cotto s’inquiète alors de plus en plus.

À partir du 7ème round, le combat tourne à l’avantage de Margarito : son travail de pression constante s’avère payant et Cotto ne réagit plus aussi vite que lors des premières reprises alors que le mexicain continue sans cesse son pressing. De plus, la face du Portoricain commence à enfler.

Cotto n’a jamais été autant en difficulté. Sa face est souvent couverte de boursouflures après un fight, mais ici elle est bien plus amochée que d’habitude. Mais Cotto fait preuve d’une combativité tout bonnement incroyable. Il ne refuse pas l’affrontement et s’attache à boxer avec une énergie hors du commun.

Lors du 11ème round, ce qui devait arriver arriva : Cotto met genou à terre pour l’une des toutes premières fois de sa carrière. Sa face est couverte de sang, son arcade et sa lèvre ouvertes. Un combat d’une rare violence est en train de se produire et le public est clairement sous le choc : une face ensanglantée comme celle de Cotto, croyez-moi qu’on n’en voit pas souvent. Mais El Angel ne cède pas et se relève, faisant preuve d’une énorme force mentale, sachant sa santé en danger ce dernier continue à faire face à Margarito.

Une minute plus tard, Cotto retourne au tapis en posant son genou une nouvelle fois à terre. À l’issue de cela, l’arbitre décide tout bonnement d’arrêter la rencontre, la face d’El Angel est très inquiétante, le sang ne s’arrête pas de couler.

Le monde de la boxe en sera totalement ébahi, tant par cet affrontement que la résistance surhumaine d’El Angel. Plusieurs boxeurs affirmeront : « à sa place, j’aurai clairement abandonné ». Kenny Bayless, alors arbitre de la rencontre avouera après le combat : « c’est le plus combat que je n’ai jamais vu ».

Les rédacteurs du magasines Fightnews affirmeront eux aussi : « un instant qui a donné à tous les fans de boxe du monde entier ce qu’ils attendaient… et bien plus encore ». Cet affrontement sera de plus surnommé « The Battle » par le monde du noble art. Ce combat sera donc bien évidemment élu combat de l’année 2008.

Mais il y a un hic, et un gros ! Lors de son prochain affrontement, Margarito affrontera Shane Mosley. Avant le combat, l’entraîneur de Mosley ira faire un tour dans les vestiaires du camp mexicain, et s’apercevra que les bandages utilisés par le mexicain sont bien plus durs que ceux autorisés. En effet, le camp de ce dernier aurait trempé les bandages du mexicain dans du plâtre. Margarito sera alors condamné pour tricherie et sera suspendu pendant un an. Comme vous pouvez l’imaginer, des bandages trempés dans le plâtre sont strictement prohibés, et mettent clairement en danger la santé de l’adversaire

Une question se pose donc : Margarito a-t-il utilisé ces mêmes bandages contre Miguel Cotto ? Eh bien tout porte à croire que oui. Une face aussi enflée en seulement 8 rounds ne peut être due à de simples punchs avec des gants et bandages « homologués ». De plus à la fin du combat, il est possible de voir les bandages de Margarito coupés à un endroit, laissant croire à une tricherie.

Quasiment aucun doute ne plane sur la culpabilité du mexicain lors de l’affrontement avec Miguel Cotto même si aucune preuve officielle n’a été rapportée. Le camp de Cotto sera quant à lui certain de cela et réclamera une revanche. Lors de cette revanche du 3 décembre 2011, El Angel battra par TKO Margarito en 10 rounds, signant la plus grande revanche de Cotto et par la même la fin d’une des plus grandes dualités de cette décennie entre le mexicain et le Portoricain.

On pourrait facilement se demander ce qu’il serait advenu si Margarito n’avait pas utilisé ces bandages, et comment se serait dérouler la carrière d’El Angel s’il n’avait pas perdu ce duel ? Il aurait probablement affronté la légende Oscar De La Hoya et aurait gravi les échelons bien plus rapidement. Mais Cotto ne baissera jamais les bras et se relèvera plus fort de cette expérience, et ce qui fait de lui le boxeur tant respecté qu’il demeure à l’heure actuelle.

Un mental à toute épreuve, une combativité hors du commun, une volonté constante de se mesurer aux plus grands, une boxe remplie de style et de panache ; comment ne pas aimer et respecter cette légende et sans doute futur Hall of Famer qui marquera à jamais le noble art ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here