Présentation de la finale NFC

NFL-France et Damien Foreau vous proposent chaque semaine votre dose de NFL, au programme aujourd’hui, la preview du match Panthers-Cardinals.

Ça y est, nous avons notre « final four ». Et pour la première fois depuis 2004, les 4 meilleures équipes de la saison (1 & 2 seeds) se retrouvent en finales de conférences. Dans l’AFC, Denver et Peyton Manning reçoivent les Patriots de Tom Brady. Dans la NFC, les Panthers accueillent les Cardinals.

Le plateau de ces finales nous offrira de beaux duels, à commencer par ceux entre les quarterbacks. Les trois meilleurs QB de la saison régulière (Cam Newton, Tom Brady, Carson Palmer) seront là, et même s’il n’est plus au top, Peyton Manning reste une légende.

Pour entrer dans ces matchs, je vais vous présenter chaque affiche. Contexte, comparaison des équipes,… voici le guide des finales de conférences. Place à la NFC.

Présentation de la finale NFC

CAROLINA PANTHERS (1) VS ARIZONA CARDINALS (2)

Les deux meilleures équipes de la NFC et peut être de la NFL sont là et s’affronteront pour représenter la conférence au Super Bowl. Les deux équipes possèdent les attaques qui ont marqué le plus de points pendant la saison, et sont également emmenées par des défenses redoutables. L’un des duels à suivre sera celui entre deux des meilleurs QB de la saison, Cam Newton et Carson Palmer.

Contexte

Après un titre de division contesté en 2015 (7-9 de bilan), les Panthers ont gardé leur couronne mais cette fois ils l’ont largement méritée. La franchise a bien failli terminer invaincue (15-1), et s’est ainsi assurée l’avantage du terrain pendant les playoffs. Lors de leur entrée en lice au tour précédent, ils ont écartés les Seahawks, équipe qui restait sur deux Super Bowls. Rapidement devant grâce à une course de Stewart et une pick-6 de Kuechly, les Panthers ont joué l’une des plus belles mi-temps de football que j’ai vu pour mener 31-0 à la mi-temps. Mais à l’image de plusieurs matchs pendant la saison, Carolina s’est laissé rejoindre en deuxième période et s’est fait quelques frayeurs en fin de rencontre. L’essentiel a été préservé avec une qualification pour la finale de conférence. La défense a encore été très forte, à l’image d’une ligne défensive dominante, et Cam Newton n’a pas eu à forcer son talent.

Pour les Cardinals, la qualification est passée par une bataille épique face aux Packers. Dans un match accroché, où les défenses ont été très solides, la franchise de l’Arizona pensait tenir la victoire après avoir marqué 10 points de suite dans le 4ème quart-temps. Mais en face, Aaron Rodgers ne voyait pas les choses comme ça et nous a rappellé qu’il est surement toujours le meilleur joueur de NFL avec un « Hail Mary » magique. Heureusement pour les Cards, Larry Fitzgerald a pris les choses en main pour offrir la victoire à son équipe en prolongation.

Le dernier affrontement entre les Panthers et les Cardinals a eu lieu lors des playoffs de la saison dernière, en wild-card. Carolina remportait le match, 27-16. Cam Newton avait terminé avec 198 yards, 2 TD et 1 INT, et Jonathan Stewart avait fini avec 123 yards et 1 TD au sol. Les Cards étaient très diminué puisque Ryan Lindley était le QB titulaire (82 yards, 1 TD, 2 INT) et Kerwynn Williams était le RB n°1 (23 yards).

Présentation de la finale NFC
Difficile de défendre sur un tel trio de receveur (Yeung Photography)

Comparaison des équipes

Quarterback

D’un côté, Cam Newton, le probable MVP de la saison, de l’autre, Carson Palmer, surement dans le top 3 et qui a retrouvé une seconde jeunesse avec Bruce Arians.

Newton n’a pas eu besoin de forcer son talent contre les Seattle puisque sa défense et son RB ont fait le boulot. Mais pendant la saison, Super Cam a souvent mené son équipe à la victoire. Il termine avec 35 passes de touchdown et affiche un rating de 99.2, dans les deux cas des records personnels. Il a également souvent fini le travail au sol, totalisant 636 yards et 10 TD, ce qui lui a permis de dépasser Steve Young et ses 43 touchdowns au sol en carrière (en 78 matchs pour Newton, 169 pour Young…). Sans son receveur numéro 1, Kelvin Benjamin (blessé), Cam Newton est le leader de l’attaque la plus prolifique de la ligue cette saison (500 points marqués). Le QB des Panthers est donc une menace double, qui sera très difficile à défendre pour les Cardinals.

La saison de Carson Palmer n’est pas mal non plus, puisqu’il complète le podium des meilleurs QB de l’année, derrière Newton et Brady. Il affiche 4671 yards, 35 TD pour 11 INT et un rating de 104.6. Depuis qu’il est arrivé dans l’Arizona, aux côté de Bruce Arians, il a retrouvé le niveau de jeu de ses jeunes années avec les Bengals (2005-2006 notamment). Dans un style agressif et très vertical, il mène l’une des meilleures attaques de la NFL cette saison, mais un peu moins impressionnante sur les derniers matchs. Face à Green Bay, Palmer a été sur courant alternatif. Longtemps en difficulté et peu aidé par son jeu au sol, il a mieux terminé pour aider son équipe à l’emporter. Il finit le match avec 349 yards (25/41), 3 TD et 2 INT.

Avantage : Carolina

Receveurs – Tight-ends

Lorsque l’on regarde le corps de receveurs des Panthers, on comprend encore un peu plus pourquoi la saison de Cam Newton est incroyable. La majorité des équipes de NFL ne titulariserait pas les 4 receveurs principaux de Carolina, car en effet il n’y a pas de quoi rêver avec Tedd Ginn, Devin Funchess, Philly Brown ou Jericho Cotchery. Aucun receveur ne dépasse 500 yards, à part Ginn qui a réussi la saison de sa vie (739 yards, 10 TD). La seule véritable arme de poids dans le jeu de passes des Panthers, c’est le tight-end Greg Olsen, qui passe les 1000 yards sur la saison (1104 yards, 7 TD). La présence du TE, ainsi que les courses de Newton permettent aux receveurs de trouver des espaces.

Quand on regarde les receveurs des Cardinals, la comparaison est vite faite. Larry Fitzgerald, Michael Floyd et Josh Brown forment un des meilleurs trios de la ligue. A 32 ans, Fitzgerald sort d’une de ses plus belles saisons en carrière, avec 109 réceptions (record personnel), 1215 yards, et 9 TD. Après sa grosse performance lors du tour précédent, il a inscrit son nom aux côtes de grands joueurs. Avec 5 matchs à plus de 100 yards en playoffs, il se place derrière Jerry Rice (8) et Michael Irvin (6). Avec 10 touchdowns en playoffs, il est derrière l’intouchable Rice (22) et Donte Stallworth (12). En ce qui concerne les autres receveurs, John Brown passe les 1000 yards (7 TD) pour sa deuxième année dans l’élite, et Michael Floyd finit à 849 yards soit plus que le receveur numéro 1 de Carolina…

Avantage : Arizona

Running-backs

De retour en playoffs après avoir manqué la fin de la saison régulière, Jonathan Stewart a transpercé la défense de Seattle sur sa première action (59 yards) et a marqué dans la foulée. Sur le match, il totalise 106 yards en 19 courses, face à une défense pourtant très forte contre le jeu de course. Une continuité de sa bonne saison, puisqu’il aurait éclipsé la barre des 1000 yards sans sa blessure. De plus, Cam Newton est capable d’échapper à la défense grâce à ses jambes et Mike Tolbert offre une option supplémentaire pour les situations de petits gains.

En remplacement d’un Chris Johnson surprenant, le duo David Johnson (581 yards, 8 TD) et Andre Ellington a été plutôt efficace. Ça n’a pas été le cas lors du match précédent contre Green Bay, où ils ont été limités à 40 petits yards. Pour aider Carson Palmer et donc éviter que toute la pression soit sur leur quarterback, ils devront faire mieux contre une défense de Carolina encore plus forte. David Johnson peut aussi avoir un rôle important dans le jeu de passes, où il s’est montré très à l’aise pour sa première saison en NFL (457 yards, 4 TD).

Avantage : Carolina

Ligne offensive

La variété du jeu donne l’avantage à la ligne offensive de Carolina, qui est une des rares équipes à utiliser le jeu au sol sur 50% des actions. Les linemen font souvent du bon travail pour ouvrir des routes aux running-backs ou à Cam Newton. Le match de la semaine passée est très encourageant car l’OL des Panthers a fait un super boulot face à une DL de Seattle pourtant réputée. Une performance dont étaient fiers les Pro Bowler Ryan Kalil et Trai Turner.

Pour les Cardinals, le match de la semaine dernière montre un problème qui peut se reproduire face à la défense de Carolina. La ligne offensive, si elle est dominée, ne va pas réussir à ouvrir des brèches pour les RB et ainsi laisser plus de pression sur Carson Palmer. La clé pour les Cards est d’installer ce jeu de course rapidement pour laisser plus de libertés à son QB. Cette ligne a montré pendant la saison qu’elle était capable de garder une pocket propre et n’a alloué que 27 sacks.

Avantage : Carolina

Kickers

Comme dans l’autre match, la décision pourrait se faire sur un field-goal. D’un côté Graham Gano est plutôt très sûrs, même sur les longues distances. De l’autre Chandler Catanzaro a un peu plus de mal sur les coups de pieds éloignés (0/2 à plus de 50 yards).

Comment la défense des Cards peut stopper Cam Newton ? (Grant Halverson, Getty)
Comment la défense des Cards peut stopper Cam Newton ? (Grant Halverson, Getty)

Avantage : Carolina

Front-seven

Difficile de faire mieux que le front-seven de Carolina, qui s’appuie sur une ligne défensive équilibrée et un des meilleurs corps de linebackers de la NFL. Sur la ligne, le joueur clé est Kawann Short, qui réalise une fantastique saison (11 sacks). Lui et Star Lotulelei notamment ont dominé la ligne offensive de Seattle la semaine dernière. Petit bémol, le DE Jared Allen ne devrait pas être sur le terrain dimanche. Derrière les 4 linemen, on retrouve le duo Luke Kuechly – Thomas Davis, surement ce qu’il se fait de mieux actuellement. Le style des Panthers fait que les deux joueurs restent souvent en couverture pour aider les lignes secondaires, pendant que les hommes de lignes mettent la pression sur le QB. L’interception de Kuechly face aux Seahawks en est la parfaite illustration, et montre la capacité de cette défense à récupérer des ballons (leader NFL avec 39).

Le style des Cardinals est bien différent puisqu’il est plus agressif et utilise beaucoup de blitz. Les linebackers viennent souvent aider les linemen dans le travail de pass-rush. La menace peut donc venir de partout pour Cam Newton. Dwight Freeney notamment est à suivre, il totalise 8 sacks sur la saison. Cette mise sous pression constante permet aux Cardinals de forcer des pertes de balle, ils en ont totalisé 33 sur la saison régulière (2ème NFL).

Avantage : Carolina

Lignes secondaires

Grâce au formidable travail du front-seven, les lignes secondaires des Panthers sont rarement exposées. Mais sur le papier, la situation est plus délicate qu’elle n’y parait puisque seul Josh Norman a résisté aux blessures. Tillman et Benwikere, les autres titulaires, sont touchés et ne joueront pas. Heureusement pour Carolina, il leur reste le meilleur élément, car Josh Norman s’est imposé comme l’un des meilleurs CB de la ligue cette année. Il est largement capable d’éteindre un des receveurs des Cardinals, mais il ne pourra pas s’occuper des trois.

Le style agressif de Bruce Arians est efficace mais présente des risques, le premier étant d’exposer ses lignes secondaires. Cela s’est vu sur les deux passes d’Aaron Rodgers qui ont permis aux Packers d’arracher la prolongation il y a une semaine. Face à Cam Newton ou Jonathan Stewart, le risque d’allouer des « big plays » sera de nouveau important. Heureusement pour Arizona, les lignes secondaires sont très bonnes, même sans Tyrann Mathieu (blessé). Patrick Peterson est peut-être à son meilleur niveau et il a complétement éteint le receveur numéro 1 de Green Bay la semaine dernière (0 passe lancée vers James Jones). La question est de savoir sur qui il va défendre ? Sur Ted Ginn, qui le receveur numéro 1 ou sur Greg Olsen, qui est la principale menace du jeu de passes des Panthers ?

Avantage : Arizona

Verdict

Pour retourner au Super Bowl, les Cardinals vont devoir trouver un moyen de contenir Cam Newton. Le style de jeu agressif de l’équipe de Bruce Arians (44% de blitz, n°1 NFL) est risqué face à un quarterback comme Newton, qui est mobile (10 TD au sol) et pas forcément gêné par le blitz (18 TD, leader NFL). Mais si la défense ne parvient pas à stopper le futur MVP, Arizona a les moyens offensifs pour rester dans le coup, même face à une grosse défense comme celle de Carolina. Au final, chaque équipe à ses forces, et celle qui parviendra à les exploiter au maximum sortira vainqueur.

Le choix nfl-france : Carolina Panthers

By NFL-France

Leave A Comment

Your email address will not be published.