Roberto Carlos : la puissance ne respecte que la puissance

Portrait de Roberto Carlos – Coups Francs, Real Madrid, Brésil

Qui ne se souvient pas de l’un de ses coups francs magiques ? D’une action de génie de Roberto Carlos? D’une folle envolée de l’arrière gauche mythique du Real Madrid et du Brésil ?

Roberto Carlos qui a fêté le 10 avril dernier ses 43 est sans l’ombre d’un doute, l’un des, sinon le plus grand arrière gauche de l’histoire du football.

Roberto Carlos

Qu’est-ce qui fait qu’un joueur évoluant à un poste aussi peu médiatisé en comparaison avec les meneurs de jeu et autres buteurs soit autant ancré dans les mémoires ?

Son palmarès, long comme le bras de Michael Phelps parle pour lui. Trois coupes du Monde, 1998, 2002, 2006. On rappelle pour ceux qui viennent d’une autre planète ce qu’il a fait lors de ces trois épreuves ; dans l’autre chronologique : Finales (salut Zizou), Vainqueur, Quart de Finale (salut Zizou). Correct. On a également 2 Coupes des Confédérations, 2 Copa América dans l’escarcelle. Pas mal en 125 sélections avec le Brésil. 125 ? Oui c’est le deuxième joueur le plus capé de l’histoire du pays. En club maintenant, en 11 saisons avec le Real Madrid, il raflera tout, enfin presque (aucune Coupe du Roi en deux finales) : 3 Champions League, 2 Coupes intercontinentales, 2 Supercoupes d’Europe, 4 championnats, 3 Supercoupe d’Espagne. Enfin bref, il a tout défoncé.

Merci qui pour le centre? Merci Robert!

Quand on regarde ses distinctions personnelles, on commence à apercevoir l’immensité du joueur qu’il était. Membre de la Dream Team Fifa avec Maradona, Pelé ou encore Zidane, deuxième du Ballon d’Or 2002 derrière Ronaldo et élu 4e plus grand joueur de l’histoire du Real Madrid en 2008.

Un palmarès hallucinant donc…Mais ce qui fait la renommée de Roberto Carlos et sa place de choix au panthéon des plus grands joueurs de football ce sont ces buts. Sa frappe de balle qui donnait au ballon une vitesse irréelle et qui permettait les effets les plus fous.

Il est ainsi impossible de parler de Roberto Carlos sans mentionner ce fameux coup franc… Nous sommes au Tournoi de France, en 1997 et la France affronte le Brésil. Il ne le sait pas encore, mais notre Fabien Barthez national s’apprête à être victime d’un meurtre avec préméditation. À plus de 30 mètres du but, légèrement sur la gauche, la Seleção obtient un coup franc a priori anodin. Après une course d’élan de 120 mètres comme il a l’habitude de le faire, le brésilien décoche un missile de l’extérieur du pied gauche. Effet de malade, Olive et Tom dans la vraie vie. Poteau rentrant. Fabien Barthez n’oubliera jamais Roberto Carlos et nous non plus.

Son but contre Tenerife avec Real encore Portuguesa avec les Corinthians sont également de toute beauté. On vous laisse avec les plus beaux tableaux du maître.

Photo By: sport.gentside.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.