Runner Running hiver (1)

Pour commencer, bonne et heureuse année à tous et toutes. Que cette année soit pleine de prouesses, de défis et de courses toutes plus folles les unes que les autres.

Vous l’aurez remarqué, il fait moche, il pleut, il fait froid, bref pas le top pour aller se dégourdir les jambes et perdre les 5 kilos de foie gras, chapon farcis, huîtres et autres victuailles englouties pendant les fêtes.

Justement, profitez-en pour faire une coupure.  Il est très important, dans toute saison sportive, de savoir s’arrêter et récupérer. Le corps est toujours soumis à des contraintes, surtout en running. Les entraînements et préparations sont souvent longs et usants. Le corps donne des signes de fatigue que l’on ne voit pas toujours et, s’il est trop sollicité, on finit par se blesser.

La coupure annuelle

Pour éviter cela, faites au minimum une coupure de 3 à 4 semaines par an. Je précise ici que je ne m’adresse pas aux sportifs de haut niveau qui eux auront une coupure de 4 semaines obligatoire, avec phase progressive de remise en jambes, etc. … Je m’adresse plus au coureur du dimanche, qui fait 1 à 2 marathons par an, ponctués de quelques courses supplémentaires pour le plaisir.

Pour ces derniers, je vous propose de couper totalement du sport une bonne semaine complète. Vous pouvez pousser jusqu’à 10 jours sans souci. Pas d’inquiétude, vous ne régresserez pas et ce sera même bénéfique au global. Ensuite, privilégiez les sports portés, moins traumatisants pour les genoux et articulations (vélo, natation …) et aérez-vous du running.  Si la pause est bonne pour les jambes, elle l’est aussi pour la tête. Mentalement, nous sommes aussi fatigués d’enchaîner, de repartir, rechausser les chaussures. Donc, pensez à autre chose pendant la pause !

Et puis, doucement, reprenez la course, à votre rythme et sans forcer. Le but est de se remettre dans le bain pour repartir de plus belle et attaquer de nouveaux objectifs. À noter qu’il semblerait que pour les plus de 50 ans, la reprise soit plus difficile après cette coupure. Aussi, on peut aménager la pause de sorte que le running revienne un peu plus tôt. Mais doucement !

D’autres pauses durant l’année ?

Enfin, il peut y avoir plusieurs coupures dans l’année. Faites bien sûr la grosse coupure annuelle de 3 à 4 semaines. Mais n’hésitez pas, si le mental n’est plus là, si vous sentez une grosse lassitude physique, des difficultés à lacer les chaussures, une urticaire naissante en voyant le bitume, à faire une pause d’une ou deux semaines. Évidemment, il faut bien jauger cela en fonction des objectifs : faire une pause de 2 semaines à 1 mois d’un marathon semblerait très préjudiciable à votre performance. Toutefois après une course, s’accorder un peu plus de repos qu’à l’accoutumée ne semble pas inutile du tout si vous en ressentez le besoin.

En résumé, dans votre planning, prévoyez le temps d’une longue et belle pause nécessaire à votre corps et votre esprit. Profitez-en pour vous ressourcer, ne rien faire, récupérer. Faites une reprise tout en douceur pour retrouver des sensations optimales doucement, mais sûrement. Enfin, ne vous culpabilisez pas si vous sentez le besoin de faire une ou plusieurs autres pauses plus courtes durant l’année. Maintenant, vous pouvez digérer et décuver tranquillement de votre 1er de l’an, la reprise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here