Test Speedo Misfit Shine 2 : des choix forts mais pénalisants

Avec beaucoup de promesses sur le papier, nous attendions le Shine 2 avec impatience. Le bracelet déçoit quelque peu.

Shine 2 est le tracker d’activités de nage de la marque Speedo. Dans un monde où les montres et autres bracelets de sport se font toujours plus nombreux, il fallait proposer quelque chose de différent. Le Shine 2 et son application Misfit (belle et ergonomique) permettent ainsi de mesurer vos longueurs en bassin de 25 ou 50 mètres. Tout comme le premier modèle, La Shine 2 est étanche  jusqu’à 50 mètres.

Du côté des points positifs, on apprécie enfin d’avoir un bracelet que l’on peut garder toute la journée. Complètement étanche et avec une autonomie longue durée grâce à sa pile, le Shine 2 ne vous quittera pas. Disponible au prix de 110 euros, le bracelet de Speedo se montre accessible avec un design unique qui ne laissera pas indifférent.

Speedo Misfit Shine 2

En revanche, le choix de la pile pose question. Si l’autonomie de 6 mois est quasi inédite pour les bracelets connectés, on a envie de se dire : « Et après ? ». Avec tous les bracelets sur le marché, beaucoup de consommateurs risquent de rechigner à s’encombrer avec cela, alors qu’il suffit de recharger les autres via un port USB. Ensuite, si l’absence d’écran est évidemment un choix fort, on ne peut que le décrier. Visuellement, c’est agréable à l’œil, mais dans la pratique, on se retrouve obligé de sortir son iPhone et à ouvrir l’application bien trop souvent. Le fait de ne pas avoir d’évolution visuelle sur le Shine 2 quand on est en pleine activité est aussi un peu déroutant : « est-ce que ça track ou pas ? ». Enfin, comme pour le TomTom Touch, le bracelet ne s’allume pas automatiquement en fonction du mouvement du poignet pour lire l’heure. L’utilisateur est donc obligé de taper sur le Shine 2. Avec ses différentes couleurs et son absence de chiffre sur le cadran, le système de lecture nécessitera un temps d’adaptation. Enfin, l’alarme intelligente aurait pu être un très bon point si celle-ci était suffisamment performante. Sur deux semaines de test, celle-ci n’a malheureusement pas réussi à nous réveiller plus de 5 fois. Un peu juste quand on veut un réveil fiable.

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea

Leave A Comment

Your email address will not be published.