Preview XXL UFC 228 – Darren Till pour faire tomber Tyron Woodley ?

Ce samedi 8 septembre à Dallas, Texas, se tient l’UFC 228 qui marque le retour de la Reine des organisations après ses vacances estivales habituelles.

Cet UFC 228 lance une série incroyable d’événements qui s’annoncent passionnants (McGregor-Khabib, Diaz-Poirier, Cyborg-Nunes et peut-être des retours de St-Pierre ou Jones) et marque le retour à la compétition du controversé Tyron Woodley, champion Welterweight qui défend sa ceinture en main event après plus d’un an d’inactivité pour cause de blessure. Face à lui, Darren “The Gorilla” Till, l’étoile montante de la catégorie des Welters et qui arrive avec les dents très longues. Sur la main card on retrouve également le phénomène Zabit Magomedsharipov contre Brandon Davis (qui remplace en short-notice Yair Rodriguez) en Featherweight, Jessica Andrade opposée à Karolina Kowalkiewicz chez les Strawweights et Niko Price contre Abdul Razak Alhassan en Welter.

Parmi les combats intéressants en préliminaires on peut citer les deux affrontements de très haut niveau en Bantamweight avec Aljamain Sterling contre Cody Stamann (classés 8 et 10 dans leur catégorie) ainsi que John Dodson contre Jimmie Rivera (numéros 5 et 7 respectivement) ou encore le combat de Carla Esparza, ancienne championne Strawweight.

Le Main-event : Tyron “The Chosen One” Woodley vs Darren “The Gorilla” Till

Ce combat est l’affiche parfaite pour le titre des Welters et nous ramène aux débuts de l’UFC où les combattants étaient beaucoup moins complets et les oppositions de style plus grandes. Ici Tyron Woodley, avec un background de lutte (ancien de division 1 universitaire), affronte probablement le meilleur combattant debout de la division, Darren Till, qui vient du Muay-Thai principalement. Woodley, réputé au début de sa carrière pour ses prises de risque et son explosivité phénoménale, qu’il utilise avec parcimonie maintenant, est devenu un combattant extrêmement prudent et n’utilise que les mêmes armes : sa main droite fulgurante et sa défense. Il se voit confronté à un adversaire très créatif, ultra-talentueux en stand-up et agressif. L’opposition est totale, puisque leurs gabarits sont complètement différents : 1m75 pour Woodley et 1m85 pour Till qui est très massif pour la catégorie comme leur âge : 36 ans pour le champion (11 combats UFC) contre seulement 25 pour Till qui obtient sa chance au titre après 6 combats UFC.

Les clés du combat :

La confiance de Till : invaincu en carrière et sûr de sa force, Till a dédié sa vie à la conquête de titres de champions d’arts martiaux. plein de confiance, il n’a pas peur du champion et n’hésitera pas à venir l’agresser pour aller chercher le KO.

La lutte de Woodley : Tyron Woodley est un lutteur très très fort, mais depuis son arrivée à l’UFC, il préfère combattre de manière excessivement défensive sans chercher à mettre l’adversaire au sol puis à le punir en ground & pound. Till n’étant pas réputé pour son jeu au sol, Woodley aurait tout intérêt à profiter de son avantage dans ce domaine pour prendre l’ascendant sur le Britannique et le fatiguer.

Le poids de Till : Très grand est massif pour la division, Darren Till perd près de 15 kilos sur son poids de forme pour combattre en Welterweight et cette brutale perte de poids n’est pas sans dégâts sur l’état de son corps. Il faut donc surveiller l’impact de ce facteur sur le combat et sur l’endurance et l’explosivité de l’Anglais.

La différence de gabarit : 10 cm, c’est l’écart de taille entre les deux adversaires (sans compter le poids qu’aura repris Till après la pesée). Woodley a beau être habitué à des adversaires plus grands que lui, aucun de la division ne l’est autant que Till qui doit absolument utiliser cet avantage.

Le pronostic : Woodley par Décision Unanime.

Le co-main Event : Nicco Montano vs Valentina Shevchenko

À l’heure où j’écris ces lignes, la championne Nicco Montano vient d’être emmenée aux urgences lors de son cutting. Le combat est donc annulé pour l’UFC 228.

Montano est la première championne UFC issue d’une tribu de natifs américains (les Navajos), et est considérée très largement comme outsider dans ce combat. Cette position d’outsider, Montano y est habituée depuis ses débuts à l’UFC où personne ne lui donnait la moindre chance lors de chacun de ses combats de The Ultimate Fighter, l’émission de télé-réalité de l’UFC au terme de laquelle Montano a remporté sa ceinture de championne dans la nouvelle catégorie des Flyweights. La championne est une combattante très courageuse, bagarreuse qui ne lâche rien. Arrivée dans le MMA avec un background de boxe et Jiu-Jitsu Brésilien, elle est devenue très forte au sol pour dominer ses adversaires et arracher des décisions (4 victoires par décision unanime à l’UFC).

Son adversaire, la Kirghize-Péruvienne Valentina Shevchenko est une combattante née, pratiquant les arts martiaux, et plus précisément le kickboxing depuis plus de 18 ans et elle accumulé une quantité de combats et de victoires rarement vue à l’UFC (56 victoires en kickboxing et 15 en MMA). Shevchenko est une frappeuse de génie, comme l’en attestent ses multiples titres de championne du monde en Kickboxing et ses résultats en MMA où elle n’a jamais perdu par KO. Pour la première à l’UFC, elle va combattre dans la catégorie qui lui correspond, elle qui combattait une catégorie au-dessus chez les Bantam où la seule l’ayant vaincue est Amanda Nunes, la reine de la catégorie.

Shevchenko s’avance dans ce combat immense favorite malgré sa position de challenger au titre du fait de son immense expérience et son talent jugé supérieur à celui de Montano.

Les clés du combat :

La lutte de Montano et son courage : Pour parvenir à réussir l’impensable, battre Shevchenko, Montano va devoir s’armer de courage et tout faire pour neutraliser le magnifique kickboxing de son adversaire, à savoir l’emmener au sol et lutter pendant tout le temps qu’elle pourra, en faisant attention au jeu de soumission de Shevchenko, assez redoutable.

Le talent de Shevchenko : avec toute son expérience et son talent en kickboxing, la Kirghize devrait réussir à prendre le dessus assez facilement debout et terminer le combat rapidement par KO, mais elle doit être sérieuse et empêcher Montano de l’emmener au sol. Montano risque d’avoir beaucoup de mal à répondre aux coups supersoniques de Shevchenko.

Pronostic : Shevchenko par KO round 1 ou 2.

Le probable Co-main Event : Zabit Magomedsharipov vs Brandon Davis

Programmé à l’origine contre Yair Rodriguez, dans un duel d’étoiles montantes de l’UFC, Zabit Magomedsharipov risque de se retrouver propulsé en co-main event contre Brandon Davis, un autre jeune combattant, mais dont le talent est bien inférieur à celui du Daghestanais, suite au malaise de Nicco Montano.

Zabit est considéré par beaucoup d’observateurs comme un futur champion dans sa catégorie des Featherweights et présente un profil assez incroyable : une taille énorme pour la catégorie (1m85 pour 66kg), issu du Sambo (comme son compatriote Khabib Nurmagomedov) et du Wushu, c’est un combattant incroyablement complet, dominant ses adversaires debout ou au sol et pouvant finir un combat de toute les manières possibles (6 KO, 6 soumissions en carrière). En plus de son talent, Zabit est extrêmement créatif dans ses coups et ses mouvements, n’hésitant pas à prendre de gros risques, sûrement grâce à son expérience en Wushu. Pour un grand nombre de combattants UFC, il est “The next Big Thing” de l’organisation et peut rêver d’une trajectoire à la McGregor (double champion Feather et Lightweight).

Brandon Davis lui présente un profil bien plus traditionnel avec une formation Jiu-jitsu brésilien-Muay Thai, très courante chez les pratiquants de MMA. Après avoir brillé dans des compétitions locales il a intégré l’UFC grâce à sa victoire au Dana White’s Tuesday Night Contender. Considéré comme un combattant moyen (1 victoire pour 2 défaites à l’UFC), Davis a pour lui d’avoir eu le courage de se proposer de combattre Zabit après le forfait de Rodriguez, seulement 10 jours avant l’événement. Ce combat représente pour lui une chance de briller et de prouver qu’il mérite sa place à l’UFC, et pourquoi pas de créer un exploit.

Les clés du combat :

Le cardio et la nonchalance de Magomedsharipov : Quand un sportif est aussi incroyablement doué que Zabit, il n’est pas rare qu’il se mette à faire le show et tente des choses risquées et flashy pour se tester. Zabit n’échappe pas à la règle et manque parfois de l’instinct de tueur pour finir un combat rapidement et s’épargner des efforts. Ainsi, en laissant traîner le combat il lui arrive parfois de manque un peu d’endurance sur la fin, au risque de se retrouver en danger comme contre Bochniak où avec quelques minutes de plus il aurait pu peut-être prendre un mauvais coup.

La chance de Davis : bien que provenant du Jiu-Jitsu, Davis est plutôt intéressant debout et peut profiter d’un moment où Magomedsharipov se laisse aller trop sûr de lui pour scorer un “lucky punch” et le mettre KO. Ce scénario est hautement improbable, mais c’est la magnifique incertitude du sport.

Pronostic : Zabit par TKO round 2 (après une démonstration de son talent naturel dans le round 1)

Photo By: UFC

Leave A Comment

Your email address will not be published.