Lors de l’UFC 242, Ottman Azaitar fait ses débuts dans l’organisation américaine. À Abu Dhabi, son frère Abu l’accompagne.

Ce samedi 7 septembre à l’UFC 242, Ottman Azaitar (11-0) fait ses grands débuts dans l’organisation n°1 de MMA. Il rejoint son frère Abu (14-1-1), premier combattant marocain signé par l’UFC. Jamais l’un sans l’autre, les deux hommes sont aux Émirats Arabes Unis ensembles. Premier soutien de son petit frère, Abu ne combat malheureusement pas ce week-end. Il est en effet toujours en convalescence d’une récente opération. Les deux stars ont répondu à nos questions :

Je suis très heureux et très excité d’être sur cette carte. J’ai donné mon meilleur. Je n’aurais pu espérer mieux. Je prends toujours chaque adversaire et chaque combat sérieusement. Je donne mon meilleur. Je ne combats pas pour moi, je me bats pour mon pays, tous ceux qui me suivent, ma famille, mes amis. Donc je donne mon meilleur, pour le reste Dieu a déjà décidé et va m’aider pour tout.

Être à Abu Dhabi, était-ce un choix de ta part ?
Non, l’UFC m’a demandé de combattre à Abu Dhabi et j’ai dit oui. J’aime combattre ici. C’est un pays arabe. C’est très bien pour moi de représenter le Maroc dans un pays arabe. Je suis heureux des possibilités que ce pays nous offre.

Comment expliquez-vous votre succès ?
Mon frère est le premier combattant marocain à avoir rejoint l’UFC, je suis très fier de lui. Je voulais être comme lui, je l’ai suivi. Il m’a beaucoup aidé enfin d’être là où je suis.

On nous a demandé de combattre ensemble ici. Je ne pouvais pas malheureusement parce que j’ai eu une opération, il y a de ça 7 ou 8 mois. Les docteurs m’ont autorisé à combattre à partir de février de l’année prochaine. Quand il combat, c’est comme-ci je combattais, c’est comme-ci toute ma famille combattait, c’est comme-ci tout le Maroc combattait. C’est comme-ci tous le peuple arabe combattait. Être ici est vraiment beau. Ça nous rend fiers tout ce qu’ils ont apporté ici. On est très heureux et fiers d’être avec les meilleurs combattants au monde.

Avec les voyages, trouvez-vous le temps de rester au Maroc ?
Le Maroc reste notre base. Tous ces voyages, ce n’est pas gratuit. On partage tout avec mon frère. On partage les moments, les mémoires. On se prépare partout ensemble. On fait ça pour gagner en expérience, pour côtoyer de nouvelles personnes. On a commencé en 2009. On a commencé à envoyer, et nous n’avions pas d’argent, nous n’avions rien. Ce qu’on veut dire, c’est que ce n’est pas facile. Les gens pensent que tu restes à la maison et que tout vient à toi. Que l’on va tout t’apporter, que la chance va venir à toi, que la célébrité va venir à toi et que le pouvoir va venir à toi. Il faut apprendre à dépenser pour investir dans sa personne. Sinon tu vas ressembler à ça, te détruire, parler mal… rien n’est gratuit.

Abu était fort. Ottman était fort, mais de quoi sera fait l’avenir ? Regarde-moi, j’ai eu une opération au genou. Si je n’avais pas ma famille… ils me soutiennent. J’aurais beaucoup de mal sans eux. Ne pas combattre est compliqué. On investit de l’argent et du temps ensemble.

Vous avez accueilli Khabib l’année dernière, commet cela s’est passé ?
Il est venu au Maroc, il a vu là où l’on s’entraînait, il a adoré ça. Je l’ai encore invité à venir au Maroc. Son équipe est la bienvenue. On a tout ce qu’il faut au Maroc.

Vous semblez proches de lui ?
Je fais l’essentiel de ma préparation au Maroc. Ensuite, j’ai une demande de l’UFC, par mon manager Ali Abdelaziz, pour m’entraîner à l’UFC Performance Institute. J’ai donc été à l’UFC PI, je me suis préparé là-bas. Ensuite, on est allé à AKA, à San José, on s’est entraîné ensemble avec Khabib, Islam Makhachev et d’autres gars qui combattent sur cette carte. On s’est aidé. On a partagé notre savoir. C’était aussi un bon moment pour moi afin de m’entraîner avec ces grands noms. Et nous l’emporterons.

Ottman, tu es invaincu, as-tu de la pression supplémentaire ?
Je n’ai pas de pression, vraiment. Je sais que je ne combats pas pour moi. Je combats pour mon pays, mon peuple, ma famille et mes amis. Tu auras toujours de la pression dans n’importe quel cas. Tu dois réfléchir à comment gérer cette pression. Tu peux transformer la pression en quelque chose de positif et l’utiliser à ton avantage, pas à ton désavantage. Personne ne nous a forcés à être ici. On est ici parce que l’on veut être ici. On a pris cette décision pour nous. Le matin, quand je me suis levé pour aller à la salle, personne n’est venu pour me réveiller. Je me suis réveillé et suis allé au gym. J’aime être ici. J’aime le MMA. J’aime partager mon savoir, mon expérience du MMA avec les jeunes, afin d’être un bon exemple pour eux.

Quel est votre objectif à long terme ?
Le premier objectif est de croire en Dieu et d’être bon envers nos parents. On partage ces moments et on voit les sourires de la mère ou du père. C’est notre plus grand succès. C’est pourquoi Dieu ouvre beaucoup de portes. Trois portes peuvent être closes et Dieu vous en ouvrira beaucoup d’autres. Ce n’est pas à propos de célébrité. Quand Dieu ne donne pas, accepte-le. Tu peux avoir tout l’argent du monde, tu peux avoir des hauts et des bas. Il n’y a rien de plus grand qu’être humble. Présente bien, souris.

Les gens ne comprennent pas le sport. Ils pensent qu’ils doivent marcher partout avec l’air énervé. Les gens savent que tu fais des sports de combat.

Je veux ajouter que je ne me sens pas comme une star. Je me sens comme un être humain normal. Nous sommes tous pareils. Je suis peut-être plus connu dans le sport, je ne sais pas. Comme Abu l’a dit, si tu es bon et que tu as grand cœur, les gens t’aimeront, avec ou sans argent. Avec pouvoir sans pouvoir. Avec de la force ou sans force. Dans la victoire comme dans la défaite. Les gens vont t’aimer parce que tu seras authentique. Tu ne peux pas jouer un rôle. Tu dois être humble, reconnaissant, aimer ton prochain, et aider ton prochain.

Quelle était votre inspiration étant jeunes ?
Notre père était notre inspiration depuis notre jeunesse. Il nous a emmenés au sport après l’école. On s’est entraîné ensemble. C’est pour ça que l’on n’est pas effrayé par les ceintures noires… juste par la ceinture noire de notre père… parce que je faisais beaucoup de bêtises.

Merci à tous. Merci au média. Merci à cette chaîne pour nous présenter et pour partager notre message aux gens. On va donner notre meilleur pour rendre les gens fiers et heureux. Merci pour tout. Merci aux Marocains, merci aux Français. Je vous aime tous. On se voit samedi !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here