En marge de l’UFC Auckland, l’UFC organisait une conférence de presse pour le combat Israel Adesanya vs. Yoel Romero.

Le 7 mars prochain, Israel Adesanya affronte Yoel Romero pour une première défense de ceinture. Pour cet UFC 248, l’organisation met le paquet dans la communication. Ainsi, après une première conférence de presse dans le Texas ; nous avons eu droit à une deuxième rencontre avec les médias en marge de l’UFC Auckland. À 3 semaines du choc, la température monte. Prêt à affronter Cannonier ou Till si Romero manque le poids, Adesanya était déchaîné en conférence de presse. Il a tout de même présenté ses excuses concernant ses remarques sur le 11 septembre :

« Je ne me prépare jamais pour qui que ce soit spécifiquement jusqu’à ce que le combat soit annoncé, mais on se prépare pour un gars comme lui depuis mon arrivée à l’UFC. Parce que tout le monde se disait : « Ah, c’est juste un kickboxeur venu de Nouvelle-Zélande, il suffit de le mettre au sol et t’es tranquille. » Ouais, 8 ont essayé, 8 ont échoué à l’UFC donc… ce ne sera pas différent avec lui. »

« C’est un gars que personne ne veut affronter. C’est le grand croque-mitaine, tout le monde se dit « oooh ». Même Darren Till, « je veux bien combattre tout le monde sauf Yoel »… Pourquoi ? Je l’ai vu se faire sonner, je l’ai vu se faire terminer, je l’ai vu se faire ensanglanter, je l’ai vu pleurer… Je VAIS le faire pleurer. »

« C’est juste un être humain, comme tout le monde, et on essaie de créer ce mythe à propos de lui : « c’est du métal. Le frapper c’est comme donner des coups à un bout de métal, il ne tombe pas. » Je le toucherai suffisamment. Je le toucherai suffisamment et il finira par s’effondrer comme les tours jumelles. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here