Battus par Khabib Nurmagomedov, Dustin Poirier et son coach Mike Brown se sont heurtés à la réalité de l’octogone. En cas de revanche, ils reverraient leur gameplan.

Après une prestation décevante dans l’ensemble, Dustin Poirier s’est fait soumettre au 3e round par Khabib Nurmagomedov. L’Américain qui espérait beaucoup de ce combat, était très déçu après l’arrêt de l’arbitre. Pour son coach Mike Brown, quelques choix tactiques différents devraient être appliqués pour une revanche.

« Nous devons rester au centre de la cage et ne surtout pas reculer. Il faut combattre au centre. Que l’on fasse du striking ou qu’il tente un takedown, tout doit se passer au centre. Il ne faut jamais reculer. Si on est proche de la cage, et qu’il tente un takedown, on se retrouve directement en situation de grappling. Même si tu n’es pas au sol, il te maintient contre la cage… et tu te retrouves en situation de grappling. J’aurais préféré ne pas donner notre dos, utiliser la cage d’une autre manière. C’est une chose que Dustin fait cependant très bien, donner son dos, puis se relever en scramble. Par deux fois, Dustin a tenté le switch sur Khabib et j’étais très surpris de le voir réussir à stopper cela. Dustin arrive pourtant à faire ça à tout le monde à la salle. »

SUR LE MÊME SUJET :

« La troisième chose serait de contrer les mains sur les tentatives de rear-naked choke. Si tu combats les mains, tu as moins de chance de te faire soumettre, même si tu as plus de chance de rester au sol. Mais une fois que tu as tapé le combat est terminé donc bon… tu n’as pas de seconde chance. Même si on était dominé, je me disais qu’après chaque round, il allait être de plus en plus difficile de nous mettre au sol. Plus de sueur, plus de fatigue… et j’avais le sentiment que Dustin avait la possibilité de le mettre hors course à n’importe quel moment. J’aurais aimé voir le déroulé des choses dans les quatrièmes et cinquièmes rounds. » Malheureusement pour Mike Brown, la revanche ne devrait pas avoir lieu.

Partager cet article

Tags UFC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Lord Volde

    Il y a une constante à laquelle ce site semble impuissant à y échapper : la médiocrité rédactionnelle des articles et l’emploi d’une terminologie inadaptée pour décrire le réel ou le factuel. Le combat ayant été arrêté à la suite de l’abandon du challenger qui a été soumis par étranglement arrière du champion ; il est impropre d’écrire que le combat a été arrêté par l’arbitre car cette situation ne correspond pas à la réalité des faits et s’avère donc inexact au regard du bon usage de la langue française.

    Vous pouvez toujours refaire le match en recourant à l’imagination, mais quand un adversaire plonge sur le corps d’un autre, ce dernier ne peut rien faire d’autre que de bouger pour tenter une esquive ou de reculer pour amoindrir la force de projection impulsée dans la tentative de mise au sol. La puissance de Khabib est telle que rien ne peut entamer la puissance virile de l’ours qui finit toujours par repousser sa proie qui s’efforcera de fuir le plus souvent et fort logiquement en reculant ou en se déplaçant en arrière.

    Répondre
    • Lord Volde

      erratum : inexacte

      Répondre
  2. Kwizatshaderakfr

    La force de l ours… Nawak. Le grappling n est pas une affaire de force mais de gestion du centre de gravitebcomme l esqualade. Encore une diatribe de fanzouze. La désillusion va être grande quand cuycuy va lui ouvrir l arcade avec une conclusion en corner stoppage.

    Répondre