Boxe Elie Konki

Brahim Asloum, ancien champion olympique et champion du monde pro, a organisé son treizième gala de boxe au Palais des Sports Marcel Cerdan de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). L’ensemble de ses boxeurs se sont illustrés avec brio.

Guillaume Fresnois vs Alexander Cazares (8×3) : Pour la prise d’antenne en direct sur RMC SPORT, les deux boxeurs sont vite rentrés dans le vif du sujet, en s’observant très peu. Alexander Cazares a les aspects du boxeur dur au mal, très rapide dans l’enchaînement de ses coups. Aucun des deux n’a voulu céder le centre du ring. À partir du 2e round, Guillaume Fresnois est parvenu à placer son bras arrière (pour rappel, il est fausse patte). À deux reprises, son adversaire a été touché par ses deux droites, et il a réagi systématiquement par des séries d’enchaînements. Son orgueil touché, il ne voulait pas laisser Guillaume installer sa boxe et lui a envoyé un message clair: méfie-toi, je suis là. Guillaume ne s’est pas laissé impressionner non plus, avec un une garde imperméable ; il a laissé passer la tempête mexicaine. Son adversaire est devenu au fil du combat brouillon, en se laissant volontairement enfermer dans les cordes pour chercher le coup fort. À partir de ce moment précis, Guillaume a réalisé un beau combat, on ne voyait que lui.

Guillaume Fresnois a été contraint de tout faire, après que son adversaire ait opté sur une boxe basée sur le contre. Chaque fin de round était explosive du côté mexicain, peut-être pour impressionner les juges, mais son manque de boxe lui a été préjudiciable. Les juges ont donné unanimement la victoire à Guillaume Fresnois.

Yvan Mendy vs Alain Christian Sangue (8×3) : Yvan Mendy a imposé son rythme dès le début, Christian Sangue, qui a remplacé au pied levé l’adversaire initialement prévu.  Ce jeune boxeur de 19 ans n’a pas eu à rougir de sa prestation, bien au contraire. Tout le long du combat, il a tenté au maximum de ne pas se faire cadrer, et a répondu par de très beaux crochets bras avant. Yvan Mendy est parvenu peu à peu à dicter le rythme du combat, sans grande surprise du fait de son expérience, dès la deuxième reprise. Au bord de la rupture, son adversaire a été sauvé par le gong.

À partir de la troisième reprise, le schéma fut quelque peu répétitif, Yvan semblait ne pas vouloir abréger le combat. Peut-être un souhait de sa part de faire des rounds, afin de retrouver des sensations post-confinement. Victoire logique d’Yvan Mendy par décision unanime.

Elie Konki vs Anuar Salas (10×3) : Le Français Elie Konki s’est frotté au Colombien Anuar Salas (20-7-1, 12 K.O) en guise de Main Event. Le Colombien a rapidement imposé sa boxe offensive, et prenant notamment le centre du ring. Elie a pris la température en se chauffant tranquillement, sans chercher le coup dur. Il a même encaissé une lourde droite, mais n’a pas flanché. En début de combat, le message du colombien a bien été transmis, la rencontre ne sera pas vraiment pas une partie de plaisir. Les néophytes auraient pu légitimement penser qu’il n’allait pas causer de problèmes du fait de son nombre de défaites (3), et de l’invincibilité d’Elie. Mais quand on se penche de plus près sur les revers du colombien, il a perdu récemment aux points contre deux boxeurs invaincus  dans le Top 50 mondial. Hier soir, Elie Konki a réalisé un combat signature, en écrivant le scénario tout le long du combat. La seule inquiétude que son coin a pu ressentir résidait dans le punch de son adversaire. Au bord du ring, en huis clos, on entendait les lourds bras arrière d’Anuar Salas. Elie a parfaitement géré sa puissance en absorbant les coups, grâce à sa garde hermétique. À noter ses magnifiques phases défensives, dos aux cordes, en attendant le bon moment pour réaliser un pivot et se retrouver à la place de son adversaire du soir.

Elie Konki s’est imposé logiquement par décision unanime. Il ajoute ainsi le titre WBA Inter-Continental, à son palmarès des plus flatteurs. Piqûre de rappel pour celui que l’on surnomme “Spider” (l’araignée), champion de France à quatre reprises, il s’est offert le titre de l’Union européenne le 13 décembre dernier. Elie Konki fait désormais partie du Top 10 mondial WBA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here