Caroline Garcia – Une fin de saison de championne

Alors que le début de saison nous laissez penser que ça allait être l’année de Kristina Mladenovic, Caroline Garcia nous a fait mentir en sortant une fin de saison digne d’une Top 5 mondiale. Retour sur cette fin de saison franchie à pas de géante.

Caroline Garcia était en feu

On ne voulait pas vous en parler par peur de détruire son mojo. Caroline Garcia a enfin conclu sa fin de saison en mode Warrior. Depuis l’US Open, Caroline Garcia c’est : 18 matchs et 15 victoires. Ses trois défaites ? Venus Williams, Simona Halep et Garbiñe Muguruza, toutes pensionnaires du Top 5. Depuis l’US Open, Caroline Garcia c’est deux WTA Premier, l’équivalent de deux Masters 1000 chez les hommes. Auparavant, la française n’en avait gagné aucun. Depuis l’US Open, Caroline Garcia c’est cinq victoires contre des top 10, cap qu’elle n’avait pas encore franchi cette année. En bref, depuis l’US Open, Caroline Garcia est la fille à battre.

La performance est d’autant plus grande que l’instabilité et l’inconstance des tenniswomen est flagrante. La Française a traversé la dernière partie de saison en mode 4×4 : elle a roulé sur tout ce qui bouge. Si elle a gagné le tournoi de Wuhan en évitant les top-joueuses mondiales, sa prestation une semaine plus tard à de quoi fermer des bouches : une gifle pour Cornet (6/2 6/1), de la clutchitude face à Svitolina (6/7 7/5 7/6 en sauvant une balle de match), et un couronnement maîtrisé face à Simona Halep en finale, fraîchement nouvelle numéro 1 mondiale. Au-delà des performances sur le papier, c’est le mental d’acier de Garcia qui chose : la française ne lâche plus rien. C’est bien simple, même si elle prend une bulle dans le premier set, elle est capable de renverser la vapeur pour punir son adversaire. N’est-ce pas Caroline Wozniacki ?

Caroline Garcia a donc terminé sa saison au Masters de Singapour, l’équivalent de Masters de Londres. Pour y participer, il faut être parmi les huit premières à la Race : chose faite pour Garcia à une semaine du terme en coiffant au poteau Johanna Konta et Kristina Mladenovic (coucou toi, pas trop le seum ?). Malgré sa huitième place synonyme de dernière place du tournoi, la française a franchi la phase de groupe (2 victoires, 1 défaite) pour s’incruster en demie face à Venus Williams. Dans un vrai match de tennis, la Française s’incline en trois sets et ponctue d’une bien belle manière sa saison 2017. Petit rappel : plus aucune Française n’avait participé aux Masters depuis 2011. La dernière demie ? 2006 avec Amélie Mauresmo. Ça claque sur un CV, n’est-ce pas ?

Il y a donc eu trois Caroline Garcia sur cette année 2017 pour une montée en puissance unique. Janvier-Avril : bof. Avril-Aout : sympa…. Aout-Octobre : le feu. Si l’on peut résumer ça de manière plus statistique, Caroline Garcia est passée de la 29ème à la 8ème place mondiale en cinq mois. Une place de choix qu’on lui annonçait depuis quelque temps…

La prophétie de maître Murray disait peut-être vrai…

En 2011, Caroline Garcia affrontait Maria Sharapova au second tour de Roland Garros. Alors âgée de 18 ans, la française impressionne son monde et prend même un set à la russe. Sous le choc, Andy Murray déclare que la fille en face de Sharapova sera numéro 1 mondiale un jour.

Jusqu’ici, on disait que l’écossais s’était beaucoup trop chauffé pour dire ce genre de chose tant la Française était au second plan du tennis mondial. Aujourd’hui, on se rapproche de plus en plus du tweet de notre ami Andy. Car, pensez-y, Caroline Garcia n’a que 24 ans et fait désormais partie du Top 10. Depuis le début de l’année, le classement WTA aura connu cinq numéro 1 mondiale (Kerber, S.Williams, Pliskova, Muguruza, Halep). Depuis, Kerber dégringole, Serena Williams est en « congé maternité », et les trois autres filles vacillent. Tout est possible dans ce classement WTA totalement fou. Si la Française parvient à acquérir un semblant de régularité à un niveau aussi élevé, on ne pourra qu’y croire.

Malheureusement, nous n’aurons la suite de ce compte qu’en 2018. Caroline Garcia a un peu plus de deux mois pour se soigner (car oui, en plus de tout ça, la française souffrait de la cuisse et du dos…) et pour arriver plus fraîche que jamais à l’Open d’Australie pour enfin prouver qu’il faudra plus que jamais compter sur elle. L’envol de la Française ne fait que commencer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here