Choi vs Swanson – Pour un des combats-dinguerie du Millénaire

Si l’UFC 206 aura été riche en émotions et en combats d’une exceptionnelle qualité, la palme de la gifle mutilante en termes de violence, de technique et de cœur revient sans même la trace de l’ombre d’un doute au dixième combat de la soirée : le Sud-Coréen Doo Ho Choi contre le Sud-Californien Cub Swanson.

Connus tous les deux pour leur magnifique technique et leur intimidante agressivité, les deux monstres n’auront pas perdu de temps pour nous mettre l’eau à ébullition. Après 2 secondes Cub envoyait déjà un énorme kick au mollet de Choi, dont le claquement s’est entendu jusqu’au Mexique. Et c’était déjà parti. Après quelques échanges Choi sweepe Swanson (ce qui n’est vraiment pas évident à dire très vite) et verrouille une potentielle guillotine, qu’il préfère concrétiser par d’énormes genoux en restant debout. Les échanges suivants mettront à l’honneur les mouvements bizarres et imprévisibles du Californien, auxquels Doo répondra par des attaques variées et particulièrement engagées. Choi est clairement propriétaire du centre de la cage et c’est Cub qui se déplace latéralement, cherchant à diffuser la pression du Coréen. Les deux se répondent dent pour dent à chaque échange. Au mi-round, le « Korean Superboy » temporise et embarque Swanson pour un petit tour en clinch contre la cage, mais loin d’être sans défense, l’Américain reste particulièrement actif offensivement. Le Coréen se fait alors retourner, mais fait parler la puissance physique pour bouger Cub, l’emmener loin de la cage et terminer par un petit trip « Saenchai-style », mais le combat revient debout et c’est reparti pour une démonstration technique. Sur la dernière minute, toutes les techniques du manuel scolaire y passent, des hook-kicks aux cross en passant par les combinaisons en kickboxing ou en Anglaise. C’est magnifique, et la folie n’a pas encore commencé. Fin du Round 1.

Dès la reprise, il est évident que toute approche « sécurité d’abord » est jetée par la fenêtre du TGV Canadien (l’UFC 206 se déroulait à Ontario, Canada). Les frappes atomiques sont sorties du hangar et les deux hommes ont clairement décidé d’en finir. L’agressivité est de mise des deux côtés et les pieds commencent à se planter de plus en plus au sol pour maximiser l’impact des tirs de mortier. Les longs mouvements, le in-&-out et la légèreté des appuis est oubliée : objectif punition.

Après une première salve, les deux combattants se retrouvent en clinch au centre de la cage. Échange d’amabilités. Les deux hommes se séparent, commencent un échange et les mouvements inhabituels de Swanson déroutent la défense de Choi, au cours de l’échange Swanson trouve la faille et heurte violemment le Coréen, ce dernier est complètement perdu et ses jambes semblent ne plus lui obéir l’espace de quelques secondes, c’est la folie, Swanson tente de finir son adversaire en balançant tout ce qu’il a, mais il se fait cueillir dans la mêlée. Il repart néanmoins en chasse sentant qu’il est proche de finir le combat, il donne tout, mais Choi ne se laisse pas faire et revient avec ses propres missiles. Swanson ne s’y attendait pas et se replie dans la panique, renversement de situation et c’est à Choi de tenter de clore le deal avec des enchaînements contre la cage. Swanson survit et accroche Doo, il réussit même à l’emmener au sol et finit en position montée, s’ensuit une ratatouille de grappling, se terminant par un retour debout pour les deux combattants.

C’est reparti pour une énorme chasse à l’homme simultanée, Swanson est TRANSCENDÉ, il est juste passé dans la matrice. Il réussit un cartwheel kick à la saenchai, puis innove avec un jab en regardant autre part à la Ronaldinho. Il sourit grand et tire la langue, il est passé super sayen. Le public Canadien est chauffé à blanc et réagit à toutes les attaques.

Swanson repart au turbin et accroche violemment le Coréen, toutes les attaques du Californien semblent passer, mais Choi réussit MIRACULEUSEMENT à rester debout et lucide. Il s’en sort et revient au centre de l’octogone, sa mâchoire a probablement fait 3 fois le tour de la cage, mais il reste présent. Fin du Round 2.

Reprise pour le dernier round. Les deux hommes se rencontrent au milieu de l’octogone et se serrent la main, Swanson se fend même d’une courte prosternation pour marquer son respect. Et on y retourne. Très actifs, Cub et Doo varient les niveaux, les angles, les attaques et les tentatives de takedowns et de clinch. Chaque coup est porté pour le KO.

Après un échange en striking, Choi trouve se retrouve derrière Swanson et en profite pour l’amener au sol, mais il se fait retourner et Cub finit en full-guard. Cub réussit brillamment à passer en half-guard mais Choi revient, écarte Swanson et réussit à revenir debout. Les échanges musclés reprennent, mais cette fois Cub est seul maître à bord, il engage un véritable massacre et tamponne Choi à répétition. Comment le Coréen réussit à rester debout ? C’est incompréhensible. In-com-préhensible. Cub décide alors d’emmener le combat au sol, il passe alors une monstrueuse projection « hip-toss » dans le plus pur style Ronda Rousien. Choi se relève. Les deux repartent à l’attaque. Il reste une minute et le public décide de mettre le feu à l’arène en se lançant dans un assourdissant bourdonnement de remerciement aux deux guerriers. Choi et Swanson repartent à l’attaque, il reste 30 secondes et Swanson repart dans son entreprise de démolition, Choi est littéralement à deux pattes de mouche de s’effondrer, mais il refuse et tient bon. Mais à 10 secondes de la fin sur un coup de pied retourné, il s’écroule finalement, et Swanson s’abat sur lui comme une meute de loup enragés. Il donne tout ce qu’il a pour finir le Coréen, mais ça ne suffira pas. La Corne retentit. Fin du Round 3. Fin du combat.

Cub Swanson bat Doo Ho Choi par décision unanime (30-27,30-27, 29-28). Ce combat est sacré « Combat de la Soirée ». Il aura toutes ses chances pour le titre de « Combat de l’Année ».

Cub Swanson et Doo Ho Choi : Merci.

Rust

Photo By: @UFC

Leave A Comment

Your email address will not be published.