Critique Les 7 Mercenaires – le manque d’inventivité d’Hollywood

Critique du film Les 7 Mercenaires réalisé par Antoine Fuqua avec Denzel Washington. Un remake qui manque encore une fois d’inventivité pour être nécessaire.

Après Ben-Hur de Timur Bekmambetov sorti il y a quelques semaines, Hollywood nous pond un nouveau remake d’un film culte : Les 7 Mercenaires. Réalisé par Antoine Fuqua, ce western reprend les codes de l’original (lui même un remake des 7 Samouraïs) avec Steve McQueen, mais avec un manque flagrant d’inventivité et d’inspiration artistique.

On a convoqué toute la cavalerie

Pour ce remake des 7 Mercenaires, Sony joue gros et sort l’artillerie lourde pour éviter au maximum le ratage. On retrouve donc à la réalisation Antoine Fuqua, connu pour Training Day et plus récemment Southpaw (la Rage au ventre). Avec une carte de visite correcte, il a pour objectif d’apporter une touche de modernité à ce western de 1960. Au scénario, c’est un certain Nic Pizzolatto qui a été engagé après une saison 2 de True Detective ratée, le brillant écrivain continue ainsi son parcours à Hollywood (visiblement pour le pire).

Devant la caméra, c’est Denzel Washington qui tient le premier rôle, surfant depuis un certain Django sur la tendance du black cowboy. À l’heure où les noirs se font descendre par la police américaine, on se dit que des rôles comme cela sont nécessaires pour la diversité (sérieusement mise à mal). Par ailleurs, figure également Chris Pratt (Jurassic World, Les Gardiens de la Galaxie), Ethan Hawke (Boyhood) ou bien encore Vincent d’Onofrio (Jurassic World). C’est donc un peu le film des retrouvailles pour Fuqua, Washington et Hawke, eux qui avait collaboré sur Training Day en 2001.

L’histoire change quelque peu par rapport au film de John Struges. Au lieu d’un brigand qui attaque un petit village du nord du Mexique, c’est ici un méchant industriel du nom de Bartholomew Bogue qui veut récupérer une ville d’honnêtes travailleurs pour s’accaparer les réserves d’or. Désespérés, les habitants de Rose Creek vont engager 7 cowboys pour se débarrasser du méchant Peter Sarsgaard.

Contrairement aux deux derniers Quentin Tarantino qui sont un hommage aux westerns spaghettis, Les 7 Mercenaires sont à l’opposé total avec un côté beaucoup plus sérieux. La volonté d’Antoine Fuqua était de se rapprocher plus des 7 Samouraïs. On a donc droit à un film où les gunfights sont rois, entrecoupés de scènes plus calmes où on refait le monde et où on tente quand même de sortir 2-3 blagues (réussies), histoire de détendre l’atmosphère.

Vintage movie

Malheureusement, tout cela ne fonctionne que moyennement. Ils ont beau être sept, aucun acteur ne semble emmener le film vers le haut. Si Denzel Washington est toujours aussi impeccable, on ne peut pas en dire du reste. L’ensemble des personnages est trop policé. Voulant jouer la carte (très louable) de l’intégration, Fuqua enlève toute substance et pesonnalité à ses héros.

7-mercenaires

Pour le reste, les scènes de gunfights manquent cruellement de saveur et sont beaucoup trop prévisibles. La bataille est à l’image du film : sans surprise. À cela s’ajoutent des séquences slow-motion qui n’apportent rien et paraissent obsolètes.

Des choix artistiques clairement douteux sur l’ensemble avec une volonté de rappeler les westerns de papa avec filtre old-schol, gros plans sur le visage des acteurs, etc… Tout cela semble bien désuet et on aurait aimé un peu plus de modernité. Tourné en 35 mn (Tarantino avait d’ailleurs raison de capter Les 8 Salopards en 70), Les 7 Mercenaires se voient infligés en plus d’images de synthèses ratées (on a encore mal aux yeux après avoir vu le dernier plan) et totalement inutiles pour un film du genre.

Tous contre Trump

Sortis aux États-Unis, en pleine campagne présidentielle (le film cartonne d’ailleurs au Box-Office US), Les 7 Mercenaires ont tout de même le mérite de montrer le vrai visage d’une Amérique faite de diversité avec ces héros de toutes origines.

Si le film se regarde (surtout pour celui qui n’a pas vu l’original), on se demande quand même pourquoi faire un remake, surtout pour un résultat final bien moyen. Cette version des 7 Mercenaires est encore la preuve du cruel manque d’inventivité de la part d’Hollywood observé depuis maintenant trop longtemps. Messieurs les scénaristes et (surtout) les producteurs, on veut du neuf et vite !

Les 7 Mercenaires (USA-2h13)
Réalisé par Antoine Fuqua
Avec Denzel Washington, Chris Pratt et Ethan Hawke

Pierre-Andrea

Pierre-Andrea

Journaliste chez La Sueur
Ecrit sur la NHL, le surf, le running et la culture
Pierre-Andrea
Photo By: Sony - Columbia

Leave A Comment

Your email address will not be published.